AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les prédéfinis Marvel (surtout les PVS) !
Nous manquons de mutants, de vilains et de civils ! N'hésitez pas !


N'hésitez pas à venir voter pour nous aux top-sites toutes les deux heures !
Et également à remonter notre sujet PRD !


MERCI DE PRIVILÉGIER LE GROUPE DU GOUVERNEMENT ET DES CIVILS !!

Autrement, nous nous verrons contraints de fermer certains groupes.
Merci de votre compréhension.


Partagez | 
 

 let's go fighting. | FT. PETER J. QUILL & WILMA L. SCHNEIDER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 







Invité

Invité








MessageSujet: let's go fighting. | FT. PETER J. QUILL & WILMA L. SCHNEIDER   Jeu 23 Avr - 14:45



Let's go fighting


Peter J. Quill & Wilma L. Schneider & Karla A. Sofen


Depuis que Karla avait abandonné sa profession de psychologue, ayant marre de dépendre des gens pour gagner sa vie, elle s’était lancée dans le crime. En passant par le Docteur Faustus, elle apprit par la suite que le premier Moonstone avait été capturé par les autorités, et que le gouvernement demandait un psychologue pour l’étudier. Ce fut en cet instant même que les diaboliques intentions de Karla se formèrent, et qu’elle se proposa pour le poste. Engagée, elle commença alors à étudier Lloyd Bloch, et découvrant que ses pouvoirs étaient animés par une pierre d’origine extraterrestre, elle commença à le dissuader que sa gemme le transformait progressivement en monstre. Le manipuler avait été un jeu d’enfant pour Karla, qui récupéra par la suite la gemme afin de l’absorber et devenir la nouvelle Moonstone, abandonnant Lloyd à son triste sort. Et ce fut à la suite de cet événement que Karla commença réellement ses actes de criminelle. Pillant des magasins, organisant des braquages, rien ne pouvait l’arrêter surtout qu’avec ses nouveaux pouvoirs elle se sentait en confiance. Elle pensait que rien ne pouvait être en mesure de la stopper, à croire qu’elle se surestimait bel et bien.

Il fallait dire que Moonstone ne préparait jamais de plan d’attaque pour aller braquer telle ou telle banque, ou pour commettre d’autres délits. Non, elle choisissait juste l’endroit qui lui plaisait le plus et attendait que la nuit ne tombe pour enfin passer à l’action. C’était une chose qu’elle faisait régulièrement, à vrai dire, pour subvenir à ses besoins quotidiens par exemple. Elle était bien obligée, donc, et refusant de s’appliquer aux lois de la société actuelle, voler était la seule option qui lui restait. Rejetant l’une de ses mèches blondes en arrière, Karla laissa apparaître sur ses lèvres un vil sourire tandis que ses yeux scrutaient la bijouterie. Trois heures s’étaient déjà avidement écoulées depuis que la nuit était tombée. Pour Karla, c’était le moment rêver pour piller cet endroit. Cette fois-ci, on ne parlait pas d’un besoin mais d’une chose dont la jeune femme avait envie. Elle souhaitait posséder tout ce qui se trouvait dans ce frêle endroit qui valait énormément d’argent. Elle était bien consciente que la bijouterie devait être des plus surveillée, ainsi donc elle avait désactivé tout système de surveillance en y allant en tant que Karla Sofen dans l’après-midi même afin de jeter un œil à ce qu’elle pillerait. Et, ces choses l’ayant ravie, elle s’était finalement décidée. Cela allait être un jeu d’enfant, elle n’aurait nul besoin de passer par une quelconque porte ou autre. Capable de se rendre intangible, elle passerait facilement à travers les murs.

Il était l’heure. Karla voletait dans les airs depuis plusieurs minutes déjà, observant les environs. Une fois sûre que personne ne la verrait pénétrer l’enceinte de ce bâtiment, elle se posa tranquillement sur le trottoir où se trouvait la bijouterie, et releva un regard vers l’ancienne. Un autre sourire vint éclairer son visage malicieux, et sans plus attendre, elle usa de la pierre qu’elle avait absorbée pour passer à travers la porte en verre. Jetant un coup d’œil autour d’elle, elle fut enchantée de revoir ces pierres et bijoux qui devaient sans doute être les plus coûteux de la ville. S’avançant parmi la pièce, elle laissa ses talons claquer contre le sol à chacun de ses pas, passant doucement ses mains sur les vitrines où son dû se trouvait de l’autre côté, délicatement mis en valeur afin d’attirer les yeux de ceux qui passaient par ici. Karla s’arrêta finalement au milieu de la pièce tandis qu’elle avait gardé son étrange sourire, et elle enfouit une main à travers l’une des vitrines pour récupérer certains bijoux. Bien évidemment, Karla avait pensé au transport. Le sac de tissu qu’elle traînait sur le sol depuis tout à l’heure servait à transporter ce qu’elle allait voler. Elle jeta par ailleurs à l’intérieur de ce dernier la poignée de bijoux qui se trouvaient dans son autre main tandis que la première tenait fermement le sac. Elle voulut en reprendre, encore et encore, comme elle l’avait prévu. Cependant, Karla s’arrêta net en entendant le bruit d’un verre qui se brise. Quelqu’un d’autre venait piller la bijouterie ?


Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: let's go fighting. | FT. PETER J. QUILL & WILMA L. SCHNEIDER   Dim 26 Avr - 11:42

All is fair in love and war
 
Well I'll stay up through the night; let's be clear, I won't close my eyes. And I know that I can survive, I'll walk through fire to save my life. And I want it, I want it bad. I'm doing everything I can, the another one bite the dust. It's hard to lose a chosen one. You did not break me, I'm still fighting for peace. I've got thick skin and an elastic heart. But your blade, it might be too sharp. I'm like a rubberband until you pull too hard; I may snap and I move fast. But you won't see me fall apart, 'cause I've got an elastic heart.
New-York n'était pas une ville qui plaisait énormément à Wilma, bien au contraire. La ville était trop grande à son goût, il y avait beaucoup trop de superficie pour se repérer convenablement, sans avoir trop de mal ou sans devoir demander son chemin tous les quarts d'heure. Cette ville, ce pays tout entier même, était bien trop différent de son Allemagne natale. C'en était perturbant, parfois même douloureux lorsqu'elle se laissait aller à la mélancolie, mais jamais elle ne s'était plainte de sa nouvelle situation. Elle était venue sur le territoire américain de son propre chef, personne ne l'avait forcé à parcourir l'Atlantique pour s'installer sur ces terres qui lui avaient toujours parues si lointaines lorsqu'elle était encore à l'orphelinat. Ah l'orphelinat … Que de mauvais souvenirs pour la jeune fille. Voilà deux ans qu'elle en était sortie, voilà deux belles années qu'elle était libre comme l'air – tout du moins c'était ce qu'elle croyait – et la seule pensée de cet endroit suffisait à la faire frissonner. Abandonnée par sa mère qu'elle n'avait vu, ignorée par son père qui – soit-disant – ne voulait que son bien et avait attendu sa majorité pour entrer en contact avec elle. Elle n'avait pas eu une enfance facile, étant la risée de ses petits camarades. Mais elle avait su composer avec l'idiotie des êtres humains, elle avait su s'y habituer. Elle-même jouait bien souvent de son apparence fragile et innocente pour obtenir ce qu'elle voulait du monde qui l'entourait, se faisant paraître plus idiote que ce qu'elle était en réalité. Cela ne la dérangeait nullement qu'on la prenne pour une jeune fille sans cervelle, bien au contraire. Cela l'arrangeait. Elle endormait la méfiance de son entourage et frappait au moment où ils s'y attendaient le moins, la fixant d'un air surpris et trahis alors qu'elle riait aux éclats. Elle valait bien mieux que tous ces minables humains qui grouillaient sur la terre tels des cafards. Son père s'était assuré que la demoiselle leur soit supérieure en tout point. Et elle l'était. Elle le prouvait fièrement à chaque fois que l'occasion s'en présentait.

Enfin. Aujourd'hui, Wilma ne pouvait pas prouver grand-chose, ayant pour seul compagnon son ennui habituel. Cela faisait un moment qu'elle n'avait point reçu de message de la part de Crâne Rouge, son père, et elle supposait que cela voulait dire qu'il préparait quelque chose. Probablement, elle ne pouvait en être certaine, cependant elle l'espérait grandement. Elle en avait assez de tourner en rond dans son petit appartement de New-York, elle voulait faire quelque chose de constructif de ses dix doigts, de faire autre chose que des petits délits sans importance. Elle voulait créer le chaos, elle voulait se complaire dans le bazar qu'elle aurait déclenché, rire aux éclats alors que les uns et les autres hurlaient pour l'arrêter, ne comprenant pas qu'elle était inarrêtable. Elle n'avait pas subit toutes ces expériences pendant de longs mois pour rien, aucun humain ne lui arrivait à la cheville, ne pouvait la stopper si elle avait décidé d'aller jusqu'au bout des choses. Elle qui avait l'air si douce, si fragile … Elle appréciait la surprise et le choc qui se lisait sur le visage des passants, des témoins de ses actes sans pitié. Telle une enfant, elle cédait à la moindre de ses envies, à la moindre de ses pulsions. Quand bien même elle aurait l'envie de se retenir, de ne pas écouter ses instincts les plus bas, elle en serait bien incapable ; ses pulsions surgissaient avec une telle violence, une telle intensité qu'il lui était tout bonnement impossible de ne serait-ce que songer à résister. Elle était l'esclave de ses envies, sa raison oubliée dans un endroit sombre. Et en cette belle journée, la jeune Schneider n'avait qu'une envie ; se rendre dans une bijouterie et vider la boutique, sans rien laisser derrière elle. Oui, cela s'appelait du vol. Mais elle n'en avait que faire, l'ennui la rendait complètement folle. Après avoir demandé son chemin trois fois pour trouver la route d'une bijouterie assez populaire qui se situait à Manhattan, la jeune fille se dirigea d'un pas léger dans la direction qu'on lui avait indiquée, un étrange rictus tordant ses lèvres.

Elle passa une main dans sa longue chevelure brune avant de rentrer, mettant un peu d'ordre dans cette crinière à l'allure indomptable. La demoiselle poussa la porte, faisant sonner la cloche et signalant ainsi son arrivée dans la chic boutique. D'un hochement de tête, elle salua le personnel avec un petit sourire en coin, charmant et innocent. Elle déambula un moment dans la boutique, fredonnant un air qu'elle avait plus tôt entendu à la radio, laissant ses doigts effleurer les vitrines. Les bagues, les colliers, les boucles-d'oreilles … Tous ces bijoux scintillaient, brillaient. Comme l'appel des sirènes dans l'Odyssée – elle l'avait lu lorsqu'elle était à l'orphelinat, elle avait adoré cet ouvrage – ils l'appelaient. Et qui était Wilma pour résister à une telle tentation ? D'un mouvement aussi rapide que brusque, elle passa la main à travers le verre, brisant la vitrine. Oh, elle avait le pouvoir de passer à travers la surface transparente. Elle le pouvait. Mais elle n'en avait guère envie aujourd'hui. Ce qu'elle voulait, c'était les regards des clients et des vendeurs braqués sur elle, elle voulait qu'on la voit, qu'on la craigne. Un sourire malsain déforma ses traits, alors que ses doigts se refermaient sur une poignée de bijoux. Une douleur aiguë se propagea dans sa main, des bouts de verre s'étant logés dans sa peau lorsqu'elle avait pris la brutale décision de briser la vitrine. Une alarme se mit à retentir alors qu'un agent de sécurité s'approchait rapidement de la demoiselle, qui avait une lueur complètement folle qui brillait au fond de ses yeux. D'un revers de main, elle le repoussa grâce à un champs de force et éclata de rire lorsque l'homme retomba quelques mètres plus loin sur ses fesses, l'air complètement choqué. Oh, qu'elle aimait cette situation, qu'elle aimait être la reine en ces lieux. Rien ni personne ne pourrait venir briser son moment, Wilma en était certaine.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: let's go fighting. | FT. PETER J. QUILL & WILMA L. SCHNEIDER   Lun 27 Avr - 15:30

Karla A. Sofen ∞  Wilma L. Schneider ∞ Peter J. Quill
S

'il devait rester sur la planète bleue pendant un moment puisqu'il craignait le pire pour celle-ci à cause de Thanos voir même autre chose, Quill devrait trouver un moyen de se faire de l'argent. Pour manger des bons hamburgers et boire de l'alcool. Enfin, vivre quoi. Bon, il n'avait pas besoin de se payer une chambre d'hôtel ni rien de cela, Peter pouvait toujours appeler Rocket pour qu'il vienne le chercher avec le Milan -le nom du vaisseau du hors-la-loi qu'il avait appelé ainsi en l'honneur de l'actrice Alyssa Milano, l'amour de son enfance - et il pourrait dormir à l'intérieur. Après tout, son vaisseau était en quelque sorte sa maison ou plutôt, son camping car. Dit comme cela, c'était assez drôle à comparer. Devait-il se trouver un travail pour gagner de l'argent ? Non au grand jamais ! Ce n'était pas du tout le genre de Star-Lord. Le seul travail qu'il avait effectué c'était des contrats de têtes mises à prix, chose qu'il n'avait sans doute pas sur Terre. Donc, quoi il se mettrait à jouer au cambrioleur ? Bah ouais pourquoi pas, il était doué là-dedans et volé c'était comme sa seconde nature chez lui. Depuis qu'il avait été enlevé de sa Terre natale que Peter avait été entraîné à voler par Yondu, le leader des ravageurs un groupe inter-galactique de hors-la-loi qui avait pris Quill sous son aile. Même si le gardien de la galaxie avait sauvé une planète et avait agi héroiquement pour combattre Ronan l'accusateur, cela ne l'empêchait pas de reprendre ses activités de temps à autre. Il était capable de faire le bien comme le mal, mais bien sûr, Peter n'était pas du genre à faire souffrir ou tuer des personnes surtout pas des personnes innocentes.

Star-Lord allait-il se faire un plan pour cambrioler une banque ou encore un magasin ? Non, bien sûr que non. Ce n'était pas vraiment le genre de l'homme de l'espace surtout qu'avec son équipement, il allait plutôt s'en sortir assez facilement. Et puis, il était trop impulsif ainsi qu'imprévisible pour ce faire un plan en tête. Toute manière, à chaque fois qu'on se faisait un plan, cela devenait toujours un de ces plans foireux à cause d'un imprévu ou bien encore parce que ce plan était merdique à la base. Donc, pour Quill, c'était mieux de ne pas se faire de plan. Enfin, pas pour quelque chose qui n'était pas si énorme que cela. Pour combattre quelqu'un de la taille de Thanos, là il faudrait peut-être se faire un plan contrairement à Drax, lui qui foncerait tête baissée pour le combattre pour assouvir enfin sa vengeance une fois pour toute. Allait-ce choisir un endroit complètement au hasard à cambrioler ? Effectivement, Peter ne voulait pas se casser la tête et puis, il aimait bien l'imprévu et le hasard. Alors qu'il se baladait tranquillement le soir venu, après quelques heures, Quill se décida enfin de franchir le pas. Une bijouterie, c'était parfait après tout. Il pourrait se faire un maximum de thune en volant beaucoup de bijoux de toute sorte et surtout si c'était en argent ou encore en or. Pour l'occasion, Peter avait un petit sac à dos sur son dos pour apporter le maximum de choses possible.

Une fois à l'intérieur, ses yeux étaient rivés vers ses petits trésors. Enfin, trésors pour les Terriens. Le hors-la-loi avait vu beaucoup mieux sur d'autre planète. Des trésors bien plus immenses que cela. Enfin, tant que cela rapportait sur la planète bleue, cela lui convenait parfaitement bien. Alors qu'il regardait tranquillement les bijoux et qui était seul dans son coin, il attendit une vitre se fracaser ainsi que quelque chose qui était tombé au sol et un rire plutôt ... très joyeux et malsain en même temps. Attendez une minute ... quelqu'un était en train de cambrioler la même bijouterie que Star-Lord ? Alors ça ... le hors-la loi ne l'acceptait pas ! C'était lui qui avait l'endroit en premier et qui était là avant ! Ça par contre ... ce n'était pas un imprévu qu'il aimait au contraire même il se sentait plutôt vexé. C'était comme si on venait de décider de l'affronter. Peter était prêt à se battre pour obtenir ce qu'il lui revenait de droit et recevoir ses trésors. Quill activa aussitôt son casque de métal, qui cachait complètement son visage et alla vers la section de la bijouterie d'où provenait le bruit. Peter n'avait pas encore sortie son pistolet laser. De toute façon, il n'en aurait sans doute pas besoin. Les Terriens n'étaient pas la race des plus coriaces ... Quill s'était affronté à beaucoup pire que cela même si ce type avait le physique d'un Dwayne Johnson. Donc, l'ancien ravageur se dirigea vers ces bruits des plus suspects et fut très surpris de voir que c'était une jeune femme -ravissante d'ailleurs- qui était la cause de tout cela. Le gardien de sécurité était au sol et celle-ci ne faisait que de rire ... Elle était complètement tarée cette fille ou quoi ? « Hey toi, qu'est-ce que tu fiches ici ? C'est premier arriver, premier servi ma mignonne. J'te conseil de retourner sous la jupe de ta mère ma p'tite. » Oui, il venait de la provoquer, ce qui n'était peut-être pas une bonne chose, mais le hors-la-loi espérait qu'elle parte après ses mots. Il ne voulait pas devoir cogner une femme surtout pas une jolie femme avec un de ses radieux visages. La voix de Quill était un peu déformée dû à son casque, mais on l'entendait très bien parler et on savait pertinemment que par son ton, il n'était pas très content de ce qu'il se passait. Malgré cela, Peter ne se doutait pas qu'ils n'étaient pas seuls et qu'une autre voleuse se trouvait même dans le bâtiment ...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas







Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: let's go fighting. | FT. PETER J. QUILL & WILMA L. SCHNEIDER   

Revenir en haut Aller en bas
 
let's go fighting. | FT. PETER J. QUILL & WILMA L. SCHNEIDER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» let's go fighting. | FT. PETER J. QUILL & WILMA L. SCHNEIDER
» Peter J. Quill / Starlord / Superman de la Galaxie
» • Peter J. Quill | Star Lord | [En construction] •
» Peter Quill Rp's
» Il y a une vie après Peter Jackson.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AGE OF HEROES ::  :: Archives :: Anciens RP-
Sauter vers: