AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les prédéfinis Marvel (surtout les PVS) !
Nous manquons de mutants, de vilains et de civils ! N'hésitez pas !


N'hésitez pas à venir voter pour nous aux top-sites toutes les deux heures !
Et également à remonter notre sujet PRD !


MERCI DE PRIVILÉGIER LE GROUPE DU GOUVERNEMENT ET DES CIVILS !!

Autrement, nous nous verrons contraints de fermer certains groupes.
Merci de votre compréhension.


Partagez | 
 

 The shadows on my wall don't sleep | Loki & Winter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 







Invité

Invité








MessageSujet: The shadows on my wall don't sleep | Loki & Winter   Ven 15 Mai - 17:10

The shadows on my wall don't sleep
Loki & Winter

J'étais revenu sur Midgard. Mon frère me croyait encore mort, et c'était terriblement jubilatoire de le regarder chanter mes louanges alors qu'il n'imaginait pas une seule seconde que j'étais encore en vie. Que je m'étais joué de lui, une fois de plus. Il était crédule, naïf et je m'étais toujours servi de cela pour le manipuler. Je ne redeviendrais jamais celui qui l'avait supporté pendant toutes ces années. La deuxième roue du carrosse, le frère adopté, celui destiné à rester éternellement dans l'ombre du fils adoré, ce gamin arrogant et stupide. Non, ce temps-là était révolu. J'étais fabuleusement comblé de savoir que je possédais un atout dans mon jeu. Un formidable atout ; j'étais mort pour tout le monde et cela était parfait pour qu'aucun de ces misérables insectes ne se dressent une fois de plus sur mon chemin. Un soupir faussement désespéré franchit mes lèvres. Ils ne comprendraient jamais que l'intelligence et la ruse étaient ancrés en moi au fer rouge, qu'ils étaient mes armes et que personne ne les utilisaient d'une façon plus machiavélique que moi. Rien d'étonnant à cela : ils restaient humains. Et lorsque même des Asgardiens ne parvenaient à comprendre comment fonctionnait mon esprit tordu, c'était impossible pour eux de le faire.

J'avais récemment acheté un appartement à Manhattan. Rien à voir avec le palais d'Asgard, mais c'était un sacrifice nécessaire pour continuer à passer inaperçu et pour préparer mon plan tranquillement. En fait, j'avais passé la journée à tenter de savoir où était passé mon sceptre avant de découvrir qu'il était sans doute aux mains du SHIELD. Le souvenir de Nick Fury ne m'était pas particulièrement agréable, puisque ce petit bonhomme avait en quelque sorte contribué à ma déchéance. Certes, ces agents se prétendant héros ne devraient pas me poser beaucoup de problèmes, je les avaient toujours trouvés incompétents, toujours à gémir et à demander de l'aide à ces héros que je tenais en horreur. L'important restait toujours que je tenais une piste, et que je comptais bien la remonter jusqu'à ce que le sceptre se tienne de nouveau entre mes mains.

Un sourire aux lèvres et l'air guilleret, je poussais la porte de mon appartement, et appuyais sur l'interrupteur. J'avais toujours été étonné de cette lumière qui n'était pas naturelle, mais fabriquée par les humains. Malgré le mépris que j'avais pour ces créatures inférieures, je les trouvais parfaitement ingénieuses. Mais, ô surprise, aucune lumière ne vint. Alors que cet insipide incident allait effacer le sourire de mon visage, je distinguais une ombre dans la semi-obscurité. La clarté de la lune me permettait de voir que cette personne avait pris la liberté de s'asseoir sur mon sofa. J'avais toujours eu la sale manie de détester être surpris, et encore moins dérangé. En fait, j'avais en sainte horreur les surprises, surtout lorsqu'elles n'étaient pas bonnes. Malgré l'obscurité, je décidais de prendre la parole. « Vous avez vingt secondes pour m'expliquer qui vous êtes et pourquoi vous êtes là. Passé ce délai, il se pourrait fort bien que la durée vie ne se trouve malencontreusement raccourcie. » menaçais-je de cette voix liquide et mielleuse qui ne signifiait généralement rien de bon. Je ne savais pas qui avait osé pénétrer en ma demeure, mais cette personne était sans doute suffisamment idiote pour penser qu'elle pourrait en ressortir saine et sauve. Je marchais lentement pour contourner le sofa, avant de laisser glisser mon bras sur le dossier et de glisser à l'oreille de l'intrus - qui, de par sa longue chevelure, devait sans doute être une femme - quelques mots. « En fait, il se pourrait bien que je ne patiente pas jusque là. Je suis un homme extrêmement impatient, vous savez. » 

 
Emi Burton


Dernière édition par Loki Laufeyson le Sam 23 Mai - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: The shadows on my wall don't sleep | Loki & Winter   Dim 17 Mai - 22:26


You are a god, i am a freak, i guess we're not so different after all.
Considering the fact that we are both feared by humans... •••« Tu veux sérieusement que je marchande avec… » Elle hochait la tête en donnant les papiers destinés à sa cible. Pas un mot de plus ne sortirait de la bouche de la blonde, tendis que la brunette devait accepter sa nouvelle mission. C’était dur de s’imaginer en état de puissance contre un dieu, surtout après avoir vue ses exploits sur New York, mais il fallait toujours écouter Boss quand elle donnait un ordre. Croisant les bras, insatisfaite, Winter quittait le lieu de rencontre pour se rendre chez elle. Ses pas se faisant constant, on entendait le claquement de ses chaussures au loin dans le silence de la nuit. Il était rare que New York soit si calme, surtout la nuit, mais Manhattan était plus calme que tous les autres quartiers après tout.

« Madame, vous devriez vous couvrir, il va pleuvoir cette nuit. »En entrant dans son complexe elle fut accueillit par le major d’homme de tous les résidents. Depuis qu’elle avait acquis ce loft, merci à son héritage des Luciani, cet homme avait été un des seuls envers qui elle avait confiance. Une bonne personne, qui ne vivait que pour aider son prochain, ne gagnant son argent que pour nourrir sa petite famille. Marcia ne l’épargnerait pas pour autant quand viendrait l’heure de sa vengeance, mais il souffrirait le moins, c’est ce qu’elle se disait toujours. « Je vous remercie, je prendrai bon soin de votre conseil, amico mio. » dit-elle avant de prendre l’ascenseur se rendant à son étage.  Entrant chez elle dès que l’appareil atteint son étage, elle se rendit vers sa chambre pour s’y changer. Un jeans noir, une camisole noir, les cheveux libre d’attache…Il était clair que la jeune Italienne allait entrer illégalement chez notre Asgardien. S’il le faut tu n’as qu’à entrer dans sa tête, pensait-elle, une fois à l’intérieur il sera incapable de te faire du mal et tu pourras t’enfuir. Un frisson lui parcourut la colonne, lui rappelant dans l’immédiat qu’elle craignait cet homme, sa réputation le précédait après tout. Qui ne connaissait pas Loki le dieu de la fourberie? Qui sait quel sort il réservait à ceux qui l’énervait, d’ailleurs pourquoi Percy l’avait choisit elle pour cette mission? Ce n’est pas comme si Marcia était reconnu pour ses infiltrations ou même pour charmer des hommes…Elle n’avait jamais couché avec un homme et elle ne commencerait pas maintenant! Y avait-il quelque chose qui pourrait intriguer le ténébreux en Marcia qu’elle-même ignorait? Percy la connaissait mieux qu’elle ne se connaissait, il lui faudrait lui donner une confiance aveugle, comme toujours. Elle mit tout de même un couteau, son couteau favoris, dans sa botte en cas de besoin. Enfilant sa veste de cuir noir, la mutante quittait sa maison en espérant pouvoir y revenir bientôt.

Merci aux contacts des contacts de Percy, elle pu se rendre directement au logement où habitait sa cible. Heureusement il n’était pas présent, donnant quelques seconde à l’Italienne pour couper tout les fils du panneau électrique de son logis. Une fois le courant complètement coupé, elle se dirigeait vers le grand salon, même sans lumière il était évident que cet homme avait du goût en décoration. Prenant place dans le sofa, elle attendit avec patience qu’il se présente, et si ce moment aurait pu durer une éternité cela ne l’aurait dérangé.

Le voilà, non sans menace de sa pars, dès son arrivé il faisait bien comprendre qu’il n’était pas du genre à jouer avec les inconnus. Le stress montait en notre mutante qui eu la chair de poule en entendant sa voix percer le silence. Elle ne répondit pourtant pas, il valait mieux attendre qu’il s’approche juste un peu plus, elle avait terriblement besoin qu’il vienne de lui-même dans son piège. Une faible lueur grise commençait à briller entre les doigts de Winter, son pouvoir se réchauffait pour ce qui allait suivre, ce serait tout un défi. Il vint souffler à son oreille, mais elle ne bronchait pas, un simple sourire sadique venant se placer sur son visage.

« Les documents sont sur la table, Loki. » dit-elle comme si son nom lui était familier. « Boss à une offre pour toi, je ne suis pas là pour discuter, seulement te passer le message. » continuait la brunette avec un regard défiant droit dans celui du dieu. Si elle tentait de cacher la peur, le stress ainsi que l’adrénaline eux étaient présent en elle. Pourtant, la jeune femme n’avait pas le temps d’avoir peur, surtout pas devant lui alors elle agitait ses doigts subtilement en ne le quittant pas des yeux. Elle tentait d’entrer, non pas dans sa tête, mais bien sa mémoire. Un mur l’attendait, il était beaucoup plus expérimenté qu’elle, déçu la lueur disparut des mains de la mutante alors qu’elle soupirait.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: The shadows on my wall don't sleep | Loki & Winter   Sam 23 Mai - 21:18

The shadows on my wall don't sleep
Loki & Winter

La question de savoir comment était-elle arrivée jusqu'ici se poserait plus tard puisqu'elle avait semblait-il décidé de m'ennuyer avec des documents dont j'ignorais l'existence. Je contournais le sofa avec un sourire contrit. La façon dont elle s'adressait à moi était déplacée. Après tout, elle devrait montrer le respect envers les êtres qui lui étaient supérieurs, même lorsque ces derniers n'en avaient cure. Mais voyez-vous, ce n'était qu'une pitoyable humaine, et l'effet que cela me faisait était le même que le votre lorsque vous vous demandez si un insecte respecte votre autorité. Cela dit, si elle devenait trop insupportable, je me ferais un plaisir de mettre un terme à sa misérable existence. Cependant, j'étais intrigué de ce que cette demoiselle pouvait bien me vouloir, malgré le fait qu'elle ne soit qu'un intermédiaire. L'intermédiaire d'une personne qui n'avait pas jugé bon de venir me voir en personne. Ce qui, en soi, était plutôt malin.  « Ainsi donc, Boss m'a envoyé son larbin pour me faire passer un message. Charmante attention. » J'avais bel et bien insisté sur le mot Boss, comme s'il s'agissait d'une plaisanterie. Le surnom désuet et obsolète qu'employait cette jeune femme était tout à fait hilarant. Encore une sale manie des humains, je suppose. Cela dit, ce n'était pas le plus important. Le plus important était l'identité de ce Boss, et ce qu'il me voulait. Il avait appris que je me trouvais ici et donc devait disposer des moyens pour le faire. C'était dérangeant de savoir qu'une autre personne que moi-même savait que j'étais en vie. J'aurais bien arraché la tête à l'importun qui menaçait les plans diaboliques que je pouvais mettre en œuvre en, par exemple, dévoilant à Thor que son frère vivait dans un appartement à Manhattan, sur Midgard même.

Je me saisis des documents posés sur la table et posait un regard négligé dessus avant de les jeter comme s'ils n'avaient été que de vulgaires feuilles de papier vides de sens et d'intérêt. Ma réputation me précédait certainement ; j'étais beaucoup plus puissant que n'importe quel mortel et il était certain que la demoiselle ne soit pas là pour bénéficier de ma présence, aussi attrayante soit elle. « Quel est donc le message qui vaille la peine que vous risquiez votre insipide vie ? » Quitte à la tuer, autant le faire après qu'elle m'ait dit ce que son supérieur lui avait ordonné de me dire. Au moins saurais-je quel était le ton donné. Je n'avais besoin que de son stupide message pour décider de la marche à suivre. Si ce dernier était moins que plaisant, il se pourrait fort bien que je décide de la torturer jusqu'à ce qu'elle ose me dire qui est son supérieur.

Alors que je ne cessait de fixer sa silhouette féminine, je sentis comme une pression contre mon esprit. Je fronçais les sourcils alors qu'une curieuse lueur attira mon regard. Lueur qui venait de ses doigts qui s'agitaient sans raison. Un sourire sans doute effrayant naquit sur mes lèvres alors que je compris qu'elle était certainement en train de tenter de se frayer un chemin vers mon esprit. Peine perdue. J'éclatais d'un rire sonore, amusé par sa tentative complètement inutile. J'étais un dieu et elle n'était qu'une femme que je pouvais détruire d'un claquement de doigt. Comment pouvait-elle croire une seconde qu'elle avait une chance de parvenir jusqu'à mon esprit rongé par la folie ? Et si elle y arriverait - tentative avec une chance sur un million - elle serait sans doute marquée par tout ce qu'elle y trouverait et n'en sortirais pas indemne. Je me tenais le ventre alors que mon fou rire ne semblait ne plus avoir de fin. « Vous êtes très amusante, vous savez ? » Amusante et follement intrigante. Comment une simple mortelle pouvait-elle faire cela ? Était-elle d'une autre espèce ? Plus le temps passait, plus mon envie de la tuer s'estompait, dans l'espoir de quelque chose de beaucoup plus sombre. Je saurais. A force de manipulation, je saurais tout de cette femme, même ses plus ténébreux secrets et cela donnait à mon âme un éternel sentiment de satisfaction.

Je repris mes esprits - sans m’appesantir sur le sujet, nous y reviendrions bien assez tôt -, je savais pertinemment qu'elle savait qu'elle était la cause de mon rire et dans le cas contraire, la faire mariner était une activité plutôt agréable. Je marchais quelques minutes en cercle avant de la regarder droit dans les yeux, toujours avec ce petit sourire en coin qui n'augurait rien de bon. « Voyez-vous, je suis contrarié. Vous entrez chez moi, sans même vous donner la peine de sonner, vous vous asseyez sur mon sofa - qui, en passant, était hors de prix - et vous n'avez pas la politesse de vous présenter, vous et votre certainement fascinant Boss. Ayez au moins la décence de me parler de vous et de vos ... capacités. »

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas







Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: The shadows on my wall don't sleep | Loki & Winter   

Revenir en haut Aller en bas
 
The shadows on my wall don't sleep | Loki & Winter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The shadows on my wall don't sleep | Loki & Winter
» The shadows on my wall don't sleep. {Dorian}
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» [Tyrannia] Hive nerver sleep [Quête]
» You're just another brick in the wall ... (feat. Jowan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AGE OF HEROES ::  :: Archives :: Anciens RP-
Sauter vers: