AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les prédéfinis Marvel (surtout les PVS) !
Nous manquons de mutants, de vilains et de civils ! N'hésitez pas !


N'hésitez pas à venir voter pour nous aux top-sites toutes les deux heures !
Et également à remonter notre sujet PRD !


MERCI DE PRIVILÉGIER LE GROUPE DU GOUVERNEMENT ET DES CIVILS !!

Autrement, nous nous verrons contraints de fermer certains groupes.
Merci de votre compréhension.


Partagez | 
 

 Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 







Invité

Invité








MessageSujet: Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia   Jeu 18 Juin - 20:04

La vie continue. Chaque jour, le monde doit prendre de nouvelles décisions. Évidemment, certaines sont beaucoup plus importantes que d’autres. Par exemple : quoi faire pour souper ? Comment habillés les enfants pour l’école ? Mettre une cravate est-il réellement essentiel pour une première impression ? Les bipèdes sont toujours en train de s’en faire pour rien mais personne n’y change ne serait-ce qu’une petite parcelle car, pour tous et chacun, ce genre de comportement est parfaitement normal. En fait, la plupart du temps, les êtres humains ont tendance à ignorer ce qui pourrait changer leur vie pour le mieux. Réfléchissez un peu. Vous remarquez très rapidement les choses dangereuses, à risque, mortel tel que les accrochages, suicides, accidents de la route et même qu’il vous arrive même de trainassez sur les lieux en espérant en connaitre d’avantage. Cependant, vous ignorez volontairement un chaton errant en manque d’amour simplement car vous avez peur qu’il soit porteur de quelques choses alors qu’en fait, cette petite boule de poil pourrait être la meilleure chose qui puisse entrer dans votre maison. Évidemment si vous y tenez absolument, un petit traitement antipuce après un bon bain et le tour est joué. Un autre très bon exemple qui démontre à quel point les êtres humains peuvent être aveugle, ce jeune homme là. Oui celui tout près du lampadaire. Vous savez depuis combien de temps il se tient à cet endroit dans un silence des plus complet ? Évidemment que non ! En fait, ce jeune homme se tien la depuis des heures, immobile, à observer calmement une bâtisse contenant des lofts. Étrange non ? Et bien pour lui, rien n’est réellement étrange en fait. Clairement, il attend quelque chose …

Ezio se tenait effectivement là en silence. Il lui arrivait évidemment de se passer une main dans les cheveux, mais son regard acier ne quittait jamais la bâtisse en brique qui se trouvait devant lui. La veille au soir, le jeune homme avait reçu un courriel du travail qui l’avait intéressé au plus haut point. Les agents qui travaillaient pour lui à rechercher les membres encore vivant de sa famille avaient réussi à obtenir l’adresse actuelle de sa cousine Marcia. La première chose que le jeune homme s’était dit à ce moment c’était qu’elle devait avoir grandement changée depuis la capture il y a douze ans. Cependant c’était pour une toute autre raison que le jeune mutant avait décidé d’aller la voir. Elle était, avec son frère Cesare, les deux seuls membres de la famille Luciani encore vivant. Bien sur, Ezio était le troisième, mais considérant que tous le monde le croyait mort … Bref ! Cependant, une chose faisait actuellement en sorte que le jeune homme ne traversait pas la rue pour se rendre à l’appartement de sa cousine. Il avait pu voir son frère et une jeune femme y aller un peu plus tôt et il n’était pas suffisamment fou pour se jeter tête baissé dans une réunion de famille. Il aurait bien le temps de voir Cesare seul dans les prochaines semaines.

Un peu après le repas du midi, Ezio pu percevoir la voix de son frère une nouvelle fois. Enfin il avait décidé de laisser Marcia seule. Le jeune homme était patient mais il commençait à se faire remarquer par les humains. Un homme immobile pendant une vingtaine de minutes sa passe encore, mais il était quand même là depuis près de six heures. Au bout de quelques minutes Ezio se mit finalement en mouvement. Il avait préféré attendre un peu simplement pour s’assurer que son frère ne soit pas aller chercher quelques choses et qu’il avait prévu de revenir. Heureusement, pour aujourd’hui du moins, ce n’était pas le cas. Le jeune Luciani était bel et bien reparti avec sa compagne. Rapidement, le jeune PDG franchit la rue et ouvrit la porte qui le séparait de sa cousine. Il se souvenait de l’adresse comme si quelqu’un le lui avait imprimé dans le cerveau au fer rouge. En montant les escaliers, Ezio tentait de trouver une idée pour sa survie, son retour et son histoire. Il n’allait quand même pas tout dire à sa cousine, même si elle était de la famille elle n’avait pas à tout savoir. Une fois devant la porte du loft de sa cousine, Ezio prit quelques secondes supplémentaire pour reprendre son souffle et puis, lentement, il releva le bras droit pour frapper légèrement à la porte de l’appartement de la jeune mutante.
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia   Ven 19 Juin - 12:53


Mort? Toi? Mais puisque je le dis!


Ezio Luciani& Marcia Luciani


Cesare ne cessait de jubiler sur ô combien Ruth était magnifique dans sa belle robe légère aux couleurs d’une soie diamanté. Il partait sur ci et cela décrivant chaque mouvement de ses cuisses à l’intérieur de cette robe, la dévorant du regard plus qu’il ne lui expliquait réellement à quoi elle ressemblait ce qui fit soupirer Marcia. Que pouvait-elle vraiment dire de plus? Avait-elle le droit de briser ses liens familiaux avec Cesare en le traitant de pervers envers son amie qui de toute évidence était utilisé comme un objet sexuel? Enfin, ce n’est pas comme si elle n’aimait pas sa position actuel, bien qu’elle ne voyait pas à quel point Cesare était un beau garçon elle s’en doutait. Marcia n’arrivait pas à comprendre comment une femme pouvait se rabaisser à jouer à l’objet devant un homme. Jamais cela ne lui était arrivé, ni avait-elle eu des pulsions quelconque à ce jeu, cela expliquait peut-être la raison de sa virginité. Elle n’avait laissé aucun homme la toucher, la dévorer du regard ou même tenter de se rapprocher d’elle physiquement comme sentimentalement. Sa famille avait été ce qu’elle avait et aurait de plus près dans ce genre de relation malsaine où un homme domine la femme et encore…Jamais sur le plan sexuel. Roulant des yeux, Marcia se délogeait du divan désormais aussi sale qu’une des putes sur le coin de la rue entre Brooklyn et Manhattan, allant se servir un bon verre de vodka. Cesare continuait son baratin avec Ruth, ne laissant qu’un goût purement amer dans la bouche de l’Italienne qui n’arrivait pas à croire qu’elle était enfaîte amie avec ces deux là. Soyons sincère, elle n’avait pas tellement en commun avec eux sauf le sang qui coulait dans les veines des deux Luciani. Ils avaient tout deux un bon cœur, des bonnes intentions, tout ce que l’italienne qui noyait son cœur dans l’alcool n’avait pas. Il y avait cet homme, page blanche, mais rien de concret en date d’aujourd’hui pour la faire changer de camp ou d’idéaux.

« Hey . » dit la voix affaiblit de la jeune mutante. « Pourquoi ne pas aller au restaurant, je paie, profitez-en. » continuait-elle tendant sa carte de crédit et un sourire presque sincère. Presque si ce n’aurait été des coins beaucoup trop étiré et le fait qu’elle n’avait aucune réelle envie de sourire face à cette situation. Les tourtereaux quittaient enfin le nid, laissant l’Italienne seule dans ce grand loft, soupirant avant d’avaler son petit coktail contenant plus de vodka que de quoi que ce soit. Elle déposait le verre sur son comptoir avant de se rendre vers le salon. D’un regard Marcia prit son téléphone pour regarder les divans en ligne ou même un appartement plus grand. Décidément Cesare avait besoin de sa propre chambre et non dormir encore dans la chambre d’invité qui ne méritait certainement pas qu’un invité s’y présente sans que l’endroit ne soit désinfecté pour cause d’épidémie apparente. Laquelle? Aucune idée, sûrement celle de la stupidité, pensait Marcia en déplaçant son pouce sur l’application de sa bâtisse pour voir si un loft plus gros et plus cher ne s’était pas libérer soudainement. Elle ne voulait pas non plus déménager, elle avait trop de difficulté avec sa mémoire ces derniers temps, depuis l’attaque de New York pour tout dire. Si elle partait trop loin, l’Italienne craignait oublier sa nouvelle maison et il n’était pas question que quiconque se rende compte de ses problèmes. Déjà qu’elle avait perdu boss, son job, sa crédibilité et littéralement son droit de sortir de la maison car elle était encore recherché, il vaudrait mieux que personne ne sache qu’elle était troublée. Doucement elle avait même oubliée le prénom de son frère, ce qu’elle avait de plus cher au monde était ses souvenirs, mais elle oubliait tranquillement puisque sa tête se remplissait bien trop du reste…les autres…

« Quoi encore? » dit la jeune femme en se dirigeant vers la porte sur laquelle on avait toqué. « Je t’ai dis que tu pouvais te payer le restaurant, ma carte n’est pas assez garnie pour toi? » marmonnait l’Italienne entre ses dents en marchant vers l’entrée. Ouvrant la porte, elle restait parfaitement immobile tendis que son cœur fit une dizaine de tour. « ….Tu es mort… » soufflait la mutante entre ses dents en restant là, les yeux perdu dans son regard perçant, se demandant si c’était là un autre tour malsain de son pouvoir. « Comment est-ce possible? »


Dernière édition par M. Winter Luciani le Lun 22 Juin - 23:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia   Ven 19 Juin - 14:04

Les instants suivants allaient être étranges, désagréables et très risqués, mais il était hors de question pour le jeune homme de laisser cette chance passée. Il ne pouvait pas attendre pour voir Marcia, car il y avait tellement de choses qui pouvaient arriver en peu de temps qu’il était risqué de laisser des jours passés. Ce fut exactement pour cette raison que le jeune mutant décida qu’il était plus que temps d’aller rejoindre la jeune femme chez elle. Évidemment, le jeune homme avait pris la peine d’attendre que son cher frère et la pute qui le suivait quittent le domicile de sa cousine, il n’avait pas du tout envie de se retrouver contre un dragon à cet instant précis. Ce qui avait été étrange pour le jeune homme au moment où son regard s’était posé sur son frère, son regard. Il semblait amoureux! Ce qui était illogique et stupide au fond, comment un Luciani pouvait tomber amoureux ? Ce jeune était bien chanceux qu’Ezio n’est pas de temps à perdre avec des idioties, car il aurait pu avoir une grande surprise à ce moment précis de la journée. Une fois certain qu’il ne verrait pas son frère revenir sur ses pas, le jeune mutant se mit enfin en mouvement vers le domicile de Marcia. Il n’avait pas une seconde à perdre à cet instant précis. Les passants commençaient à le trouver louche et il devait à tout prix évité de faire affaire avec des policiers, car s’ils arrivaient, il pouvait dire adieu à cette visite surprise, elle entendrait les sirènes et alors en passant devant une fenêtre par curiosité elle le verrait et elle comprendrait que peut-être, sa vie était en danger. Heureusement, rien ne vint déranger le jeune homme pendant sa courte marche vers la porte de la bâtisse.

Ce fut dans un silence presque parfait que le jeune mutant se mit à monter les escaliers de l’endroit. Il ne savait pas exactement où se trouvait le loft de sa cousine, mais en suivant les directives pour les numéros de porte il y arriverait sans problème. Ezio ne croisa personne, pas une seule âme ne vint troubler sa recherche et ce fut une bonne chose, le jeune homme n’avait pas le moins du monde envie de devoir envoyer un crétin à l’hôpital. En fait, si une personne avait croisé sa route, elle serait probablement morte. Imaginez la superbe publicité ?  Malheureusement, le jeune homme aperçut enfin la porte du loft de la jeune femme. Il n’eut pas le temps de s’imaginer tout ce qui aurait pu arriver si une pauvre petite personne avait croisé sa route. Dommage dans un certain sens, Ezio aimait bien se faire ce genre de scénario dans son esprit, sa l’occupait et en plus, sa lui donnait des idées sur ses prochains meurtres. Il faut bien se tenir l’esprit occupé non ? Une fois immobile devant le loft de sa chère cousine, le jeune mutant prit quelques secondes pour réfléchir et reprendre son souffle. Il commençait par revoir sa cousine, car il savait bien que son pouvoir était moins menaçant que celui de son frère cadet. Elle n’était pas moins dangereuse, mais Ezio avait moins peur de perdre un souvenir que de combattre un dragon. Lorsque son rythme cardiaque eut enfin repris une vitesse normale, le jeune homme toqua doucement à la porte de l’endroit. Il avait bien hâte de voir la réaction de Marcia.

Cette réaction ne se fit d’ailleurs pas attendre. Dès que le jeune homme eu terminé de cogner à la porte, il put entendre des mouvements à l’extérieur de même que quelques sons étouffé. Elle semblait mécontente au son. Peut-être croyait-elle ouvrir la porte sur une autre personne. Au moment où la porte ouvrit enfin, le regard acier du jeune mutant croisa celui de la jeune femme qui semblait, disons-le, passablement surpris. En fait, on aurait pu faussement croire qu’elle venait de voir un mort. Ezio demeurait immobile, se contentant de fixer sa cousine en silence jusqu’au moment où cette dernière ouvrit lentement les lèvres. Mort ? Un très léger sourire amusé vint briller sur les lèvres du jeune homme sur un laps de temps très court puis son visage redevint aussi glacial qu’à l’habitude. Marcia semblait tétanisée de ce qu’elle voyait à cet instant précis. Ezio profita alors du silence.

« Je le vis plutôt bien non ? »

Sans plus attendre, le jeune homme poussa la jeune femme à l’intérieur et il referma la porte. Il prit même la peine de la verrouiller. On n’était jamais trop prudent dans cette ville de fou. Suite à cela, le jeune homme se souvint que la dame avait posé une question juste avant qu’il ne la force à retourner à l’intérieur. Il se retourna donc vers elle et après l’avoir fixé du regard un certain temps, il finit par ouvrir de nouveau les lèvres, sa voix glaciale se fit de nouveau entendre, résonnant légèrement contre les murs de l’appartement de la jeune femme.

« C’est possible, car je ne suis pas mort … j’ai été  amoché, mais j’ai survécu … »

Ezio redevint alors silencieux, il ne ressentait pas le besoin de lui en dire plus à ce moment précis. Elle ne le méritait pas de toute manière, il y avait trop de risque si elle apprenait son troisième pouvoir. Elle était une Luciani au fond, elle ne méritait aucunement la confiance du mutant.
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia   Dim 28 Juin - 21:50


Mort? Toi? Mais puisque je le dis!


Ezio Luciani& Marcia Luciani



Comment était-ce possible? N’était-il pas mort il y avait longtemps déjà avec le reste du clan familial? Aussi loin que s’étendait les connaissances de Marcia, elle savait qu’il ne restait que Cesare et elle entant que Luciani vivant. Si Ezio était vivant cela n’inaugurait rien de bon en soit, même pire, cela voulait dire que d’autres auraient pu survivre. En temps normal une personne normale aurait eu un large sourire au visage en voyant un membre de sa famille vivant, lui sautant potentiellement dans les bras, tout en pleurant à chaude larme. C’était différent pour Marcia, son cœur battait à mille à l’heure, elle s’imaginait déjà les pires scénarios qui allaient bientôt suivre cette rencontre inattendue. Vous ne vous attendiez tout de même pas à ce qu’elle soit heureuse? Bien qu’elle n’aie rien de particulier contre le ténébreux, son retour restait une menace potentielle pour l’héritage que l’Italienne partageait déjà en partie avec son autre cousin, si Ezio quémandait une partie supplémentaire elle pouvait dire adieux à ses plans. On ne vivaient d’or et de crimes sans jamais voler une banque si nous n’avions pas un fond de retraite, ce fond était l’héritage complet du clan que Marcia gardait bien loin des yeux de quiconque, même Cesare n’avait accès qu’à une mince partie du compte en banque de l’Italienne. Tout cela pour dire que Marcia ne pu même pas mentir, aucun sourire ne vint frotter ses lèvres alors que pétrifier elle laissait faire le ténébreux qui rapidement se mettait à l’aise.

« Comment? Mon père à détruit tout le monde, incluant les nôtres et ceux qui ont survécues ont été pourchassé sur des semaines…Même moi j’ai dû vivre un enfer jusqu’à ce que je trouve une façon de me faire passer pour morte…Je veux dire, si tu es vivant ce qui semble être le cas, comment as-tu échappé au groupe anti-mutant qui avait pris notre clan en chasse? »

Dit-elle d’une voix brisée en se retournant vers lui. Amoché? Il ne semblait pas le moindre du monde amoché par quelconque explosion d’il y a quelques années déjà. Après il était vrai que Marcia ne pouvait réellement jugé, elle avait peut-être mal vue la scène, quoi que ce moment soit gravé dans sa mémoire au point qu’une amnésie ne lui ferait pas oublier ce dernier instant. Elle se souvenait parfaitement s’être retournée avant de voir des flammes avalées Ezio dans une faim de loup, elle se souvenait aussi qu’il l’avait poussé sûrement dans un dernier acte héroïque, mais alors qu’il s’en soit sortie dans un état aussi…enfin il n’avait aucune blessure visible suite aux évènements. Tout cela perturbait Marcia qui soudainement espérait que Cesare revienne réclamer plus d’argent, sa présence l’aiderait sûrement à mieux comprendre Ezio ou encore à le contrer s’il venait avec de mauvaises intentions. Se secouant la tête, la brune tentait véritablement de ne pas s’imaginer le pire, mais sa tête tournait si vite qu’il lui était dur de suivre le flot de ses pensées. Ce qui était sûr c’est qu’elle avait terriblement peur d’Ezio, non pas de sa personne, mais sa présence en ces lieux. Il n’était pas revenu pour prendre de ses nouvelles après toutes ces années, c’était complètement fou, c’était complètement impossible à vraie dire.

« Je ne veux pas te sembler agressive, mais pourquoi es-tu revenu après tout ce temps? Tu devais savoir que j’étais vivante, j’imagine que tu sais aussi pour Cesare, alors pourquoi maintenant? Tu veux de l’argent? Nous n’avons pas beaucoup d’argent si c’est le cas… »

Pas beaucoup? Décidément Marcia voulait rire de quelqu’un. Même le pire des crétins savait qu’on habitait pas a Manhattan avec quelques sous noir et une bonne volonté. Puis Ezio savait mieux qu’elle que l’argent coulait à flot dans le clan, alors quand ils sont tous mort chaque petit montant qu’ils détenaient s’est rendu vers le premier Luciani qui en a réclamé l’héritage. Marcia relevait d’ailleurs un sourcil, sachant qu’elle aurait du trouver autre chose à dire, mais il était déjà bien trop tard pour cela alors elle assumerait.

« Pardonne moi, c’est juste que…C’est compliqué de s’imaginer que tu as survécu alors qu’on étaient convaincus que tu étais aussi mort que tous les autres. »

Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia   Dim 28 Juin - 23:55

Au moment même ou Marcia avait ouvert la porte de son loft, Ezio avait su qu’elle risquait fortement de le questionner sur son passé, sur l’accident, sur sa survie et surtout sur le fait qu’il ne portait aucune cicatrice visible du moment ou son père à elle avait décidé de faire la bombe humaine. Un idiot selon l’avis du jeune mutant. Mais bon, quand on est au bord du désespoir, on fait tout ce qui est possible pour régler le problème. Et tuer tous les membres du clan Luciani était certainement une merveilleuse façon de tout régler. Disparaissons et recommençons à zéro. Pourquoi pas après tout ? Sans attendre la moindre invitation, Ezio avait passé près de la jeune femme et il s’était permis d’entrer dans son appartement. Évidemment il n’était pas idiot, il l’avait poussé légèrement pour qu’elle recule et sans plus attendre il avait refermé la porte. Personne ne le connaissait dans cet immeuble et il avait déjà assez attiré l’attention en restant immobile pendant des heures, aussi bien que personne n’entendent leur conversation. Sans grande gentillesse, Ezio avait répondu à la question qu’il ne pouvait que qualifier de stupide que sa cousine avait posée. Elle était gentille lorsqu’ils étaient plus jeune, des années auparavant il avait trouvé important de lui sauvé la vie alors qu’elle n’aurait certainement mérité que de finir comme le reste du clan. La voix de la jeune mutante se fit entendre de nouveau peu après que le verrou de la porte se soit fait entendre. Comment il avait survécu ? De la même manière qu’elle … ou presque. Le regard du jeune mutant s’emplit d’une colère assez brusquement. Évidemment son crétin de père avait tout détruit, mais simplement car il voulait avoir l’air du héro alors qu’il n’était rien de plus qu’un profiteur.

Ezio prit quelques secondes avant de répondre, s’il aurait répondu immédiatement elle aurait pu être blessé et malgré toute la haine qu’il pouvait porter a sa famille elle avait été différente avec lui, elle avait agit avec gentillesse même dans les pires moments. La colère rendait les pouvoirs du mutant légèrement plus puissant qu’à la normal et un accident était si vite arrivé. Le meilleur exemple était l’employé qu’Ezio avait tué après avoir reçu une mauvaise nouvelle. Il y avait eu du sang partout et son venin avait été particulièrement cruel, le tuant presque sur le coup mais juste après l’avoir laissé souffrir le martyr de longues secondes. La mâchoire du jeune homme craquait légèrement sous le mouvement de ses canines meurtrières. Heureusement pour la jeune Luciani, Ezio réussit à reprendre le dessus sur tout ce qui se trouvait en lui pour, avec un calme feint, répondre à la question de sa cousine.

« Tu me demande vraiment comment j’ai réussis à survivre alors que techniquement je n’ai jamais été considéré comme un vrai Luciani ? Ton père à déjà dit au mien que si j’avais été son fils … il y a longtemps que je serais au fond d’une rivière. Tu ne te rends pas compte de tout ce que j’ai vécu. Je suis de la famille par le nom seulement … pour le groupe anti-mutant que n’étaient même pas une menace … ils ont même cru que j’étais humain après l’explosion … »

Marcia semblait dévastée par le doute. Il était vrai que revoir un membre de la famille qui aurait normalement du mourir ou être lourdement blessé en parfaite santé et sans la moindre cicatrice avait de quoi surprendre. Mais le jeune homme ne comptait aucunement revenir sur cette partie de sa guérison. Elle ignorait à quoi il avait ressemblé avant de redevenir celui qu’il était. Il lui trouverait bien une excuse bidon qu’elle finirait par acceptée. Les Luciani ne sont pas les plus grand cerveaux du monde modernes il faut dire. Pourtant, le jeune homme sentait que cette jeune mutante était un peu plus que ce qu’elle paraissait. Chose sur, elle était plutôt jolie pour une mutante en fuite. Les gènes devaient être bon chez le clan car il avait semblé, pour plusieurs femmes du moins, qu’Ezio n’était pas particulièrement moche non plus. Mais bon, dans le moment présent, le jeune homme était un peu trop en colère pour pouvoir réfléchir à ce genre de chose. Il sentait que quelques choses tracassaient la jeune femme et il pensait grandement savoir ce que c’était. Il y avait certainement une raison qui poussait Marcia à rester en présence de Cesare, la famille à toujours une seule raison de rester en contact. L’héritage avait certainement quelque chose à voir dans tout cela. Sur ce point il y avait quelque chose de parfaitement sur, Ezio avait droit à sa part et il comptait tuer quiconque l’empêcherait de réaliser ce projet. Quelques secondes après avoir eu cette réflexion, la jeune femme ouvrit une nouvelle fois les lèvres.

Ezio demeura silencieux alors qu’elle tentait de se convaincre elle-même qu’il ne restait rien de l’héritage des Luciani. Visiblement elle tentait réellement de le prendre pour un idiot. Soit cela ou elle et Cesare avait déjà fait des projets pour cet argent et que l’apparition d’un troisième membre de la famille pourrait tout détruire. Dommage pour eux. Lentement, le jeune mutant serra les points, sa mâchoire se remit à émettre de désagréable craquement et son regard acier reprit cette expression dangereuse qu’il avait toujours en présence d’une personne sur le point de mourir. Étrangement, le jeune homme restait immobile, avec un autre être il n’aurait jamais gardé son calme aussi longtemps. Mais elle méritait un sursis, elle était de la famille après tout. Lentement, sa mâchoire reprit son apparence normalement et ses mains se détendirent et avec un calme sincère cette fois-ci, Ezio prit la parole.

« Le mensonge n’est pas ton fort Marcia. Peut-être qu’avec mon crétin de frère sa passe, mais tu te souviens qu’avec moi sa n’a jamais été très concluant. »

Le jeune homme prit une très courte pause puis il reprit.

« Et croit mois que si j’avais eu le moindre soupçon que toi ou Cesare était encore en vie … je serais revenu avant … »

La suite des choses passa très près de faire sourire le jeune mutant. Elle le prenait réellement pour un idiot. Elle le croyait aussi mort que tous les autres ? Ce qu’elle ne savait pas c’est que plusieurs membres de la famille avait survécu, mais il avait prit le plaisir à tous les retrouver pour ensuite leur faire subir toute la torture qu’ils lui avaient fait avant de les laisser aux bons soins de Trask. Quoi de mieux comme vengeance qu’être la dernière personne qu’il ont vu avant de subir la torture et le meurtre ? Ezio s’éloigna lentement de la porte et prit quelques secondes pour observer en silence le loft luxueux que sa cousine s’était offert. Après avoir pris légèrement appui sur le bord du mur de la cuisine, Ezio déposa de nouveau son regard acier sur Marcia puis, il ouvrit les lèvres.

« J’essai de comprendre comment tu as pu croire aussi fortement que je ne réapparaitrais jamais. Je te croyais plus intelligente que sa. Pourquoi Cesare aurait survécu et moi non ? À moins que toi aussi tu croyais que je n’étais qu’un incapable … une plaie familiale qui mérite de disparaitre … »

Il la fixait intensément, immobile, attendant la moindre réaction qui pourrait faire éclater sa colère.
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia   Lun 29 Juin - 0:31


Mort? Toi? Mais puisque je le dis!


Ezio Luciani& Marcia Luciani



Puis la porte se verrouillait, laissant un souffle court au fond de la bouche de l’Italienne, qui regardait son cousin se déplacer comme s’il était chez lui. La peur la saisissait comme elle ne l’avait jamais fait auparavant, elle ne se sentait pas prête à se battre contre Ezio si en venait ce moment, il était bien trop fort et puis une morsure lui suffisait pour la mettre hors d’état. Aussi puissant soient les pouvoirs de Marcia, elle ne serait jamais assez rapide pour le neutraliser avant qu’il ne s’en prenne à elle, elle savait que si cette tension devenait violente il ne resterait rien d’elle en quelques minutes. Il semblait que quoi qu’elle tente de dire ne faisait qu’augmenter la rage dans son cousin, il la regardait comme il avait regarder tous les membres du clan, ne laissant qu’un vague frisson sur le corps de Marcia. Il lui semblait impossible de retrouver Ezio, mais que son regard soit aussi froid et cruel envers elle, c’était un terrain inconnu. Voilà pourquoi Cesare aurait pu gérer la situation, lui au moins savait comment s’y prendre avec le ténébreux en colère, contrairement à Marcia qui restait immobile transpercé par la peur.

« … » le silence, qui avait-il de plus à dire de toute façon, elle avait l’impression qu’elle ne ferait qu’empirer sa colère. Il détestait le clan, ce n’était pas non plus une information dont n’avait pas eu vent la jeune femme, elle savait très bien la haine qu’il portait aux autres membres de la famille. Pourtant, en ce moment ce qu’il restait de clan n’était que Cesare & Elle, ce qui en soit ne laissait pas beaucoup de place à l’imagination. Ezio devait les détester autant que les autres, quoi qu’ils aient pu lui faire, bien que la brune ne se rappelait pas avoir personnellement eu quoi que ce soit contre le ténébreux par le passé. Son regard perçant n’en était pas moins menaçant alors qu’il se rendait vers la cuisine, non sans observer le loft en surface en s’y rendant, ce qui fit sourciller Marcia.

« Mais je ne te dis aucun mensonge, tout ce que nous avions a permis d’acheter le loft, on a tous les deux un travail pour subvenir à nos besoins et des bonnes carte de crédit. Pour ce qui est de l’héritage… » Elle prit une seconde pour inspirer doucement, juste le temps de se détendre quoi que très peu, juste le temps de laisser tomber ses épaules et ouvrir ses yeux avec un regard un peu plus triste. « Ce qui en reste n’est pas très important. » dit-elle avant de se rendre vers le salon. Moins près, quoi que l’endroit restait à air ouverte et qu’il n’y avait qu’un maigre divan pour la protéger d’Ezio, plus loin possible. Se rendant devant les fenêtres, elle regardait la ville, comme toujours c’était une habitude pour elle quand le stress la rongeait. Regarder la ville sous la nuit était une des seules choses qui la calmait quelque peu et par tous les diable en ce moment elle devait se calmer devant lui. Elle ne donnerait pas cher de sa peau si le stress la rongeait encore.

« Ce n’est pas comme si ont se cachaient…Cesare n’est pas la subtilité même, malgré nos alibis en Italie, une fois en Amérique c’était assez facile de nous trouver. Sauf si tu te cachais là-bas tout ce temps… » dit Marcia d’une voix sèche à l’égard de son cousin. Elle ne voulait pas se laisser attendrir par sa petite remarque, quoi qu’il tente de faire à l’instant elle ne pouvait surtout pas entrer dans son jeu. Elle aurait aimé pouvoir soupirer, mais elle se retenait, il semblait pouvoir éclater à tout instant dans une colère que ne pourrait certainement pas contrôler la jeune mutante. Regardant l’horizon, la jeune femme passa une main tremblante dans ses cheveux, espérant par tous les dieux que cette rencontre se terminerait au plus vite. Au diable prier le retour de Cesare, elle devrait gérer toute seule, se retournant vers le regard toujours aussi perçant de son cousin elle apposait un mince sourire sur son visage.

« Nous avons perdu espoir Ezio, tous le monde a disparu cette nuit là, Cesare tout comme moi ne pouvions pas attendre éternellement le retour de quiconque. » dit-elle d’une voix calme en s’approchant très doucement de la cuisine. « Tu sais très bien que je ne t’aie jamais considéré de la sorte. Tu as été de ma famille à l’instant où je t’ai rencontré, alors que je n’étais qu’une gamine, aujourd’hui encore tu es de ma famille. » Une inspiration alors qu’elle s’approchait du cabinet comportait l’alcool. « Je suis désolé que nos chemins se retrouvent ainsi, j’aurais aimé t’apporter de meilleurs nouvelles concernant le clan, je ne puis malheureusement rien faire de plus que de t’offrir un verre et quelques explications si tu le veux. »

Une mince inspiration, Marcia n’avait jamais autant été stressé de sa vie, quoi qu’elle tentait vraiment de cacher sa peur. Posant ses mains sur les verres, elle s’apprêtait à verser un peu d’alcool, non sans prier tous ce qui pourrait l’aider en ce moment. Souhaitons que Ezio ne soit pas en colère…


Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia   Jeu 2 Juil - 2:25

Lorsqu’ils étaient un peu plus jeune, Marcia et lui ne se mentait jamais. Il était même parfois gentil avec elle alors qu’il savait pertinemment que puisqu’elle était une Luciani elle finirait sans aucun doute par le trahir. Et donc il n’était aucunement surpris de son comportement depuis qu’elle avait ouvert la porte sur sa silhouette. Les années avaient passée mais il n’avait jamais oublié ce qu’il avait eu comme impression et c’était peut-être pour cette simple et bonne raison qu’il était aussi en colère au fond. Il aurait peut-être préféré une autre fin pour cette jeune femme ? Peut-être aurait-il préféré que cette jeune mutante soit différence des autres membres de sa famille ? C’était certainement pour cette raison qu’Ezio tentait de garder son calme. Elle était peut-être différente au fond ? Marcia ne pouvait pas être si différente de celle qu’il avait jadis connu dans la pièce du sous-sol qui lui servait de chambre. Mais bon, à quoi cela pouvait servir de vouloir vivre dans le passé ? Ce n’était pas vraiment la meilleure partie de la vie du jeune homme et donc pouvoir s’en éloigner était apprécié. Cependant une chose restait là pour lui rappeler qu’il avait commis une erreur et cette chose ce trouvait à cet instant bien précis directement devant lui. En chair et en os. Cette jeune mutante qui aurait très bien pu mourir lorsque le groupe anti-mutant avait capturé sa famille. Elle qui aurait pu disparaître car il avait simplement oublié son existence au moment ou le groupe lui avait demandé ses exigences. Il aurait tellement aimé pouvoir demander à ce qu’elle soit épargnée. Mais non, il avait commis cette erreur et encore aujourd’hui il avait un peu de rancœur à ce sujet. Pourtant, rien n’était perceptible, on aurait pu croire simplement à de la haine.

Le silence de Marcia était très révélateur pour le jeune homme. Elle était nerveuse en sa présence en démontrait encore davantage. C’était peut-être pour cette raison qu’Ezio savait qu’elle lui mentait. Après qu’il lui eu dit qu’il ne la croyait pas au sujet de la richesse de la famille Luciani qui était maintenant morte, elle eu le culot de continuer son mensonge en lui disant simplement qu’elle ne lui disait pas un mensonge. Si le regard du jeune homme aurait put être plus glacial, se serait certainement arrivé à cet instant précis. Il sentait le feu monter en lui et s’il perdait le contrôle, elle pourrait passer un mauvais quart d’heure. Immobile, le jeune mutant observa sa cousine se rendre au salon, elle était très mal a l’aise et on pouvait clairement le voir par son comportement mais le mutant ignora ce petit détail. De toute manière il n’avait pas du tout envie de se concentrer sur les détails. Alors que la jeune femme se tenait là, près des fenêtres, elle continuait de lui parler doucement. Lui disant que elle et Cesare n’était pas difficile à trouver ici en Amérique. En fait, malgré ce qu’elle croyait. Elle avait été particulièrement difficile à trouver et le jeune mutant avait du mettre une équipe entière à sa recherche pour finir par la trouver. La voix de la jeune femme était sèche, comme si elle tentait de s’éloigner de la discussion, comme si elle croyait réellement calmer Ezio de cette manière. Cette technique ne faisait que le rendre plus colérique encore au fond. Pourtant, il se contentait pour l’instant de conserver le silence, il était encore appuyer contre le mur, observant la jeune femme.

Sa patience atteint cependant sa limite dans la dernière phrase proposée par sa cousine. Elle lui demandait pardon de ne pas pouvoir lui donner plus de détail sur le clan ni ce qui s’était passé. Brusquement et avec une force assez surprenante, Ezio donna un coup de poing dans le dessus du comptoir de la cuisine, un superbe marbre blanc moucheté de noir. On entendit un craquement sourd, provenant les jointures du jeune homme, mais le marbre céda brusquement, faisant voler un nuage de poussière près du jeune mutant. Heureusement, la colère rendait Ezio insensible à la douleur et avant longtemps son nouveau gène ferait en sorte de guérir les blessures et d’ici une heure environ plus rien n’allait s’y voir. Une fois le trou fait, Ezio s’approcha brusquement de sa cousine, sa mâchoire craquait avec violence, ses canines commençaient à paraître entre ses lèvres. Une fois devant la jeune mutante il ouvrit les lèvres, sa voix faisait peur a entendre.

« Ferme la maintenant … t’es pas désolé et tu sais parfaitement qu’en venant ici tu serais presque impossible à retrouver bordel … tu me prends pour qui ? »

Les deux jeunes êtres se trouvait près de la plus courte section du divan en cuir qui se trouvait dans le loft, la poussière retombait lentement, on pouvait voir du sang au sol, sur la trajectoire que le mutant avait emprunté pour s’approcher de Marcia. Le silence régnait à cet instant précis, brisé seulement par les craquements émis par la bouche du jeune homme, ses dents sortaient de sa bouche à quelques endroits, lui donnant, si c’était possible à cet instant précis, un air encore plus effrayant. Ezio avait plongé son regard dans celui de la jeune mutante et au moment ou il ouvrit de nouveau les lèvres, sa voix s’était calmer.

« Maintenant tu vas cesser de mentir … car c’est ta dernière chance »

Le jeune homme prit un court moment de silence. Il détourna rapidement les yeux vers la cuisine, maintenant légèrement dévasté. Ses colères ne s’amélioraient pas avec les années. Il se remit à fixer sa cousine puis il reprit la parole.

« Ce loft ne vaut pas assez pour prendre en entier ce qui se trouvait dans les coffres des Luciani … juste ce que possédait mon père aurait pu acheter la bâtisse en entier … »

Ezio prit deux ou trois pas de recul puis brusquement, ses dents redevinrent normales. Sa colère commençait à descendre, mais il n’avait toujours pas remarqué sa main. Il demeurait silencieux, il savait très bien que son comportement avait fait peur à sa cousine, mais il n’avait absolument aucun remord.
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia   Ven 3 Juil - 1:50


Mort? Toi? Mais puisque je le dis!


Ezio Luciani& Marcia Luciani



Il tapait des poings sur le comptoir en le brisant, laissant Marcia immobile, la peur venait de la figer complètement. Elle savait qu’Ezio était dangereux, elle se doutait qu’il le serait, elle n’arrivait simplement pas à lui faire confiance. Pourquoi? N’étaient-ils pas bons amis avant les événements ayant mis fin au clan Luciani? Oui, mais ça c’était avant que Cesare et Marcia soient les unique héritier vivant. Elle ne savait que trop bien que quelconque survivant viendrait requièrer son droit à l’héritage et elle avait besoin de cet argent, elle comme Cesare, c’était ce qui cachaient leurs nombreuses activités criminels et les sauvaient de Trask. En étant riche personne ne posait de questions sur leur mouvement, ils payaient le silence de quelques personnes, puis ils continuaient leur petite vie. Cesare avait été le premier à dire que si un autre Luciani s’avérait être vivant il faudrait le tuer avant qu’il n’atteigne l’héritage et malheureusement cela tombait sur Ezio.

L’argent, c’était ce qui pouvait corrompre même la plus belle amitié et l’argent coulait entre les doigts de tous les Luciani. Il en fallait toujours plus, une plus grande part, jusqu’à ce qu’on doive tuer l’autre pour garder tout l’argent pour nous.  Heureusement que Cesare et Marcia s’entendaient quant à l’argent, assez bien qu’ils se faisaient confiance un et l’autre, mais Ezio c’était une autre histoire. Son arrivée soudaine, sa façon de parler, même s’il était venu dans une intention pacifique il avait tout de suite mis Marcia sur la défensive à l’instant ou cette porte avait été verrouillé. Apeurée, la mutante aurait tout donner pour qu’un de deux hommes de sa vie brise la porte et vienne la sauver de cette situation délicate. Où était page blanche quand elle le nécessitait le plus au monde? Elle aurait apprécier qu’il vienne toquer à sa porte, munis de quelques fusil, mais d’une autre façon elle n’aurait pas voulu qu’il soit en danger. Cesare lui se faisait un bon moment, en face à face, dans le restaurant du coin. Marcia était seule contre Ezio, vue sa colère elle ne s’en sortirait pas indemne, mais une chose était certaine il venait de perdre tout droit qu’il aurait pu obtenir de l’italienne sur l’argent.

Il s’approchait dangereusement de la jeune femme avec sa mâchoire qui craquait, laissant des frissons sur les bras de l’italienne à chaque fois que le son se répétait. Une morsure, pensait-elle, une morsure et s’en est fini de moi. Un silence s’installa lors de quelques instant, juste assez pour faire monter la peur en l’italienne, décidemment rien de tout cela ne finirait de façon pacifique.

« Impossible à trouver? Tu ne cherchais pas assez! » le front baissé, elle transformait cette peur en colère, ils pouvaient être deux à ce jeu. Les doigts de la mutante vinrent valser avec la lueur grise qui était extrêmement visible, une sorte d’avertissement, rappelant ainsi à Ezio qu’il n’avait pas devant lui une incapable. Winter était une Luciani par tout les cieux, la bella inverno, Lilium, une mutante reproduite par plusieurs génération afin d’avoir un mutagène nettement plus puissant qui plus est dans le contrôle mémoriel. Si Ezio pouvait la tuer, elle aussi, mais les dommages des deux mutants pouvaient vite devenir permanent. Seulement Winter n’avait aucune idée de la régénération d’Ezio. « Je suis venu en Amérique quand nous n’avions plus rien pour nous à la maison! Je te pensais plus intelligent Ezio, tu sais très bien que nous n’aurions pas survécu en Italie, les têtes du clan étaient affiché partout!  »

La tête relevé avec fierté, elle l’écoutait, non sans tiré une mou colérique. Il n’acceptait pas la version de l’héritage dévasté, tant pis, il devrait s’y faire jusqu’à ce que Marcia aie de l’aide pour le gérer. « Qui te dis que la bâtisse ne m’appartient pas, Dannazione? » dit-elle non sans le fixer du regard dans la même froideur dont il faisait preuve. «  C’est exacte…tu ne sais rien! Alors tu va apprendre à te calmer, surtout que tu es chez moi ici, et nous allons peut-être pouvoir avoir une discussion entre adulte.  » Marcia marchait alors vers la cuisine, sachant que la proximité était dangereuse, mais elle n’avait plus autre choix que de défier son cousin.

« Maintenant qu’on a mis cela au clair, je peux enfin savoir la raison de ta visite cher cousin? » sa voix froide et sans un once de peur se fit entendre alors qu’elle se versait un verre de Whiskey, l’alcool ne serait pas de refus, qui savait comment Ezio allait réagir à cet affront de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia   Lun 13 Juil - 19:51

Depuis le moment exact ou Ezio avait mit les pieds dans le loft de sa chère cousine, il ressentait un sentiment étrange. Une chose qu’il tenait bien cacher normalement mais aujourd’hui, à cet instant bien précis, ce sentiment mortellement désagréable le tenaillait brusquement, tel une lame de rasoir et un pauvre petit animal sans défense. La colère était presque palpable dans la pièce et pourtant le jeune homme faisait tout en son pouvoir pour contrôler ce qu’il ressentait. Ses pouvoirs se déchainaient malgré tout, sa mâchoire émettait des sons plus qu’inquiétant et pourtant Marcia restait passablement calme, mais plus la conversation avançait et plus elle devenait nerveuse ce qui n’aidait en rien Ezio à rester calme. Le premier vrai signe fut au moment où, sans pouvoir faire autrement, le jeune mutant détruisit à coup de point le superbe comptoir en marbre de la cuisine. La poussière fut violemment projeter dans les airs, recouvrant tout ce qui se trouvait a proximité d’une fine couche blanchâtre. La main du jeune homme fut endommager dans l’acte mais il n’en fit absolument rien. Il se contenta de laisser le sang couler lentement sur ses doigts immobiles et alors il se dirigea vers sa cousine qui semblait légèrement traumatiser. Il détestait devoir agir ainsi par moment mais à cette seconde précis, il jubilait tellement il trouvait le moment agréable. Il suffisait simplement qu’elle cesse ses enfantillages et tout serait parfait. Malheureusement, la jeune femme ne comptait pas simplement faire sa gentille et obéir. La première chose que la jeune mutante eu comme réaction ce fut de lui dire qu’il n’avait pas suffisamment cherché. Comme si Ezio avait juste cela à faire de sa vie rechercher des personnes dont il ne pouvait pas être sur à cent pour cent qu’ils étaient en vie? Cette idiote avait la mentalité de son père … décevant …

La suite fut encore plus intéressante, elle lui avoua être venue ici car leur tête était à prix en Italie. Comme si le jeune mutant n’était pas au courant. Il était complètement stupide de refuser un héritage sur le simple fait qu’elle le croyait mort. Elle ne l’avait pas plus recherché de son côté, elle avait abandonnée comme une lâche. Finalement elle ressemblait peut-être beaucoup plus au Luciani que le jeune homme aurait pu croire. Elle osait réellement le confronter alors qu’elle connaissait bien l’étendu de ses pouvoirs ? Il était donc logique pour le jeune homme que la seule chose que cette petite garce voulait à ce moment précis s’était de mourir dans les pires souffrances du monde. Dommage pour elle au fond, et dommage pour ce cher Cesare qui retrouverait un cadavre et un appartement dévasté à son retour sans jamais connaitre la vérité. Le jeune homme demeurait pourtant complètement immobile, observant juste pour savoir jusqu’où la fierté de cette petite Luciani la mènerait. Il avait toujours aimé voir ses proies tenter de survivre un peu, juste un peu. Un très léger rire moqueur ce fit entendre au moment ou la jeune femme lui dit que peut-être la bâtisse lui appartenait. Il entrouvrit les lèvres pour laisser échapper un court commentaire bien direct.

« Si c’était à toi … Cesare ne dormirait pas sur ton divan … »

C’était évident, des couvertures sur le rebord, plié proprement mais visiblement assez confortable pour y dormir et sans parler de l’oreiller qui se trouvait juste au rebord du dit meuble. Si au moins elle voulait lui mentir, elle devait au moins faire en sorte que sa semble réel, elle ne pouvait pas vivre dans un loft comme celui-ci si vraiment elle avait acheté l’endroit. Parfois chère Marcia, ton cœur Luciani n’est pas ton meilleur choix, peut-être aurais-tu vraiment du mourir se jour la … Peu après ce commentaire peu réfléchi, la jeune femme se mit en mouvement. Comptait-elle vraiment passé près de lui alors qu’il se trouvait dans cette colère si profonde ? Logiquement elle devait être plus intelligente que cela non ? Et bien non ! La jeune femme passa lentement entre lui et le mur. Le jeune mutant demeura cependant immobile même si l’envie de la saisir fut très prononcée. Voyons jusqu’où cet histoire pouvait se rendre avant qu’il ne soit obligé de lui enlever sa pauvre petite vie innocente et inutile. Ezio pivota lentement sur lui-même, suivant du regard sa cousine. Malgré ce fort sentiment de fierté, il pouvait sentir qu’elle restait nerveuse et ce petit détail ne pouvait être qu’un fort avantage pour lui. Le son de l’alcool dans le verre fut cependant un peu trop désagréable pour que le jeune homme reste de glace plus longtemps. Il en avait marre de la voir se croire supérieur, il devait lui replacer un peu l’esprit pour qu’elle soit ouverte aux conversations qui allaient suivre.

Il s’avança vers elle lentement, un pas à la fois, ses semelles laissaient, à chaque nouveau mouvement, une trace bien nette dans la poussière qui se trouvait au sol. Au moment ou il se trouva près d’elle il avança sa main gauche, celle qui était maintenant blessé et supposément inutilisable et il saisit le verre contenant l’alcool, sa main réagit comme si elle n’avait plus rien, pourtant on voyait encore les plaies, il avait eu la main disloqué juste avant, comment pouvait-il faire cela alors qu’il ne possédait rien de spécial normalement ? Ezio avala d’une seule gorgée le contenu du verre puis il remit le verre en place. Lentement, son regard acier se reposa sur sa cousine, il était un peu plus calme, du moins pour le moment.

« Tu crois que je suis ici pour quelle raison ? Dis-moi … »

Sa voix était glaciale et particulièrement calme, peut-être même trop calme.
Revenir en haut Aller en bas







Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia
» Alors... c'est bien toi ?... [PV Epine de Rosier]
» Citation du moment
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AGE OF HEROES ::  :: Archives :: Anciens RP-
Sauter vers: