AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les prédéfinis Marvel (surtout les PVS) !
Nous manquons de mutants, de vilains et de civils ! N'hésitez pas !


N'hésitez pas à venir voter pour nous aux top-sites toutes les deux heures !
Et également à remonter notre sujet PRD !


MERCI DE PRIVILÉGIER LE GROUPE DU GOUVERNEMENT ET DES CIVILS !!

Autrement, nous nous verrons contraints de fermer certains groupes.
Merci de votre compréhension.


Partagez | 
 

 in the end, you have to be your own hero × ft. Steve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 







Invité

Invité








MessageSujet: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   Jeu 18 Fév - 4:30


❝ a true hero isn't measured by the size of his strength, but by the strenght of his heart. ❞Break the iceLe réveil résonne dans la chambre. Je grogne, j’ouvre un œil question de m’assurer que c’est bien l’heure de me réveiller. Eh oui, il était affiché 8h00 sur l’écran. Je soupirais avant de me lever du lit et me rendre comme un zombie jusqu’à la salle de bain. Une fois devant le miroir, je pus admirer mon visage encore pleins de bleus de la soirée passée. J’avais démantelée un gang qui sévissait depuis un certain moment dans le quartier, mais il faut dire qu’ils ne m’avaient pas épargnés non plus. Me voilà donc avec des cicatrices de guerre que je ne pouvais visiblement pas caché même avec le meilleur fond de teint. Je me résignais à simplement continuer ma routine jusqu’à 9h30, moment où je sortis, fraîchement prête quoiqu’encore un peu endormie. Le meilleur moyen pour que je sois plus alerte était de prendre un bon café. Je m’en fis donc un et, tasse en main, allumais la télé et m’installais sur le sofa. Aux nouvelles, la jeune journaliste faisait un retour sur ce qui avait ébranlé New York depuis les cinq dernières années. Il y en avait eu, des attaques sur La Grande Pomme. À l’époque de l’invasion extraterrestre, je n’étais pas encore au courant de l’existence de SHIELD. Je voyais cela comme une attaque orchestrée par le gouvernement, rien de plus. Ce ne fut que récemment que mon esprit s’ouvrit sur un monde nouveau et atrocement sombre. Comme un jeu d’échec, il me fallut jouer les premières pièces, représentées par Natacha et Clint, deux agents secrets. Maintenant, deux ans plus tard, me voilà encore dans un appartement miteux, la propriétaire d’un petit coffee shop, me baladant la nuit en justicière masquée. Est-ce que l’attaque d’Ultron m’avait changé? Oui, j’avais goûté à la vie d’un héros, essayant de sauver tout le monde. Étonnamment, je m’étais épris pour ce rôle qui, jusqu’à maintenant, se résumait à attaquer des bandits dans les rues de New York. Le problème c’était que mon niveau était bien inférieur à la plupart des Avengers. Je n’avais aucun superpouvoir et surtout, je n’avais jamais été entraînée par un maître ninja ou un agent secret du SHIELD. C’était Jackie Chan, mon maître kung-fu, mais c’était sur un écran de télé, à répéter chaque mouvement posé par l’homme.

Ainsi, la raison-même pourquoi je m’étais levée un peu plus tôt aujourd’hui était l’entraînement. Mais pas avec n’importe qui, voyons! Moi qui, au début, avait parlé à Natacha de pousser un peu plus les sessions, elle m’avait dit avoir une idée. Elle discuta avec Steve qui, à mon grand étonnement, deviendrait celui qui continuerait de m’entraîner. Le seul hic, là-dedans, c’est que je ne le connaissais que peu et pensais qu’il était bien trop occupé avec des problèmes personnels pour s’occuper de moi. M’enfin, je n’allais pas faire ma capricieuse. Une fois la boisson chaude terminée, je me levais, déposais la tasse dans le lavabo, attrapa mon sac avec mes vêtements de sport et sorti de l’appartement en coup de vent. Un des avantages à avoir aider les Avengers, ce fut une petite auto que je pus finalement me payer. J’embarquais rapidement et me retrouvais au manoir des Avengers en une heure environ. Je stationnais non loin et fis mon chemin jusqu’au hall d’entrée. Une fois à l’intérieur, je restais, comme une idiote, planté là, à attendre que quelqu’un me dise quoi faire. Bien que j’eus un sourire de coller sur le visage, je ne cessais de me crier dessus mentalement, car j’avais réellement l’attitude d’une adolescente indécise. Pourvu que cette journée ne se termine pas en catastrophe parce que me connaissant, cela se pourrait bien.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   Jeu 18 Fév - 23:51


In the end...


Before the end comes, let's live this story.


Me craquant le cou, gauche puis droite, je m’apprêtais a taper dans mon nouveau punching bag. Dernièrement j’avais de la frustration à passer et le mieux c’était de le faire dans cet objet inanimé que quand quiconque pourrait en payer le prix. Wilson m’avait officialisé que Bucky avait été aperçu dans plusieurs villes, mais aucune façon de le localiser, il disparaissait trop vite. C’est comme s’il essayait de passer un message sans savoir ce qu’il tentait de dévoiler. J’étais donc pris avec des indices vide, des fausses rumeurs, des pistes qui ne menait nulle part et une frustration qui ne voulait pas s’atténuer. Mon poing rencontrait le sac de sable dans une fureur que je ne me connaissais que peu détenir, je sortais le méchant avec chaque coup, j’avais terriblement besoin de cette thérapie forcée sans qu’aucun mot ne soit prononcé. Perdu dans cet élan de violence, je n’entendis pas mon téléphone sonner sur la petite chaise, je continuais de fesser dans le sac jusqu’à ce qu’il sorte de son crochet pour s’envoler vers le mur. « Pardon. » Murmurais-je avant de me retourner. J’enlevais mon chandail plein de sueur et le jetais sur le banc avant de prendre le téléphone que natasha m’obligeait de promener avec moi. J’avais dix appel manqué dont plusieurs textos. Je ne comprenais pas encore l’ampleur de la technologie, ne détenait ni facebook, ni autre média que clint et natasha voulaient constamment que je rejoigne, mais les téléphones ça allait mieux qu’avant. J’ouvrais le petit icône de messagerie pour y retrouver plusieurs message de ma compatriote Avengers.

‘ N’oublie pas Rogers, je t’aie envoyée la petite Blackwood pour que tu continue son entrainement. PS; met un chandail avant de sortir du gym. *wink* ‘ Je soupirais avant de redéposer l’appareil. Elle m’en avait effectivement brièvement passer le mot. Je n’avais rien contre aider l’entrainement des nouvelles recrues, je m’en faisais même un devoir, mais Nat’ faisais cela pour me distraire. Je ne sais pas ce qu’il y avait avec elle ces derniers temps, mais elle mettait vraiment tout ses efforts à m’occuper à tout sauf ma petite enquête personnelle. J’avais dû m’assurer que Wilson continuait sans mon aide, comme ça je pouvais occuper Natasha à lui faire croire que je passais à autre chose, ce qui était totalement faux. Devoir jouer dans le dos de mes amis n’était pas ce que je préférais, mais en même temps on parlait de Bucky, il fallait ce qu’il fallait pour que je le retrouve malgré le désaccord non avoué de ma chère veuve noire.  Je secouais ma tête avant de me déplacer, il était temps pour moi d’aller me rafraichir les idées.

« Oh… » dis-je en traversant le hall avant de m’arrêter directement devant la blonde. «  Tu es déjà arrivée? » J’étais torse nu, la sueur coulait encore  sur moi suite à mon entrainement, je passais une main dans mes cheveux par inconfort. Nat’ était décidément apte à voir le futur. « Viens avec moi, Iseult, c’est par là. » Je revenais sur mes pas, on oublie la douche, elle attendrait un peu. Bien que je n’avais pas manquer de voir ses blessures au visage je n’en faisais aucunement mention. Je ne connaissais pas assez Iseult pour parler librement ainsi, puis la plupart des femmes que je connaissais avaient toutes des blessures de guerre en permanence et souvent si elles acceptaient d’en parler elles devaient démarrer la discussion. Disons que je ne tâtais simplement pas un terrain inutile.

« J’imagine que Romanoff t’a un peu expliquée comment ça fonctionnait avec moi? » On parle de natasha, bien sûr qu’elle a prit le temps d’expliquer toutes les modalités entourant mes entraînements. Pas que c’était étrange, mais je laissais habituellement les gens s’entraîner en premier lieu pour ensuite les corriger ou encore leur montrer mes habitudes. J’aimais prendre le temps d’observer, c’était une étape importante pour connaitre la façon exacte d’entrainer un agent, c’est en voyant ses habitudes qu’on le connaissait le mieux. Je m’habillais d’un t-shirt propre avant de me retourner vers elle pour lui lancer une serviette neuve. « Bon, tu préfère débuter pars… » dis-je en questionnement avant de m’assoir sur le bord du ring de boxe.

J’observais doucement Iseult en affichant un air très neutre sur mon visage. Bien que nous avions combattu ensemble depuis l’effondrement de la recherche du sceptre de Loki elle n’était pas devenu officiellement une Avengers. Elle faisait partie des agents entre deux décisions, ses agents que je respectais bien sûr, mais qui m’intriguaient. Ils voulaient être des héros, mais n’assumaient pas la place qui leur était dû. Ce comportement n’était pas étranger aux vétérans que j’avais connu pendant la guerre, mais aucun n’avait été aussi proche de l’agent Barton et Romanoff que cette chère Blackwood. Je me demandais si au fond elle avait fait son choix. Est-ce qu’elle allait continuer à être, comme le disait si bien Natasha, une agente illégale ou allait t’elle enfin prendre la place qu’elle devrait avoir? Que se soit avec le SHIELD ou les Avengers je la respecterais grandement. Un petit sourire vint se placer sur mes lèvres avant que je ne détourne le regard. « J’espère que tu sais dans quoi tu t’embarque… » soufflais-je dans un rire amical.
.
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   Dim 21 Fév - 4:30


❝ a true hero isn't measured by the size of his strength, but by the strenght of his heart. ❞Break the iceCela ne faisait que quelques minutes que j’étais plantée là, mais vu mon état présent, on aurait dit que des heures avaient passées. Le silence le plus total régnait dans le manoir et, vu que j’évitais de m’y rendre lorsqu’on ne me le demandait pas, je ne connaissais pas du tout les lieux. Tic. Tac. Tic. Bon, l’horloge qui me tape sur les nerfs, maintenant. Allais-je laissé un message à Steve pour lui dire que j’étais passé mais qu’il n’y avait personne? Non. Encore quelques minutes. Tic. Tac. Et merde! J’allais partir, c’était décidé. J’attrapais mon sac de gym que j’avais déposé par terre lorsque, tout à coup, Steve Rogers m’apparut torse-nu. Mon dieu. MON. DIEU. Pourquoi n’avais-je pas creusé un trou pour que je puisse m’y cacher? Après tout, avec le rouge qui me montait aux joues et le sac qui tomba, il avait probablement compris que je ne m’attendais pas à le voir surgir sans … eum … son chandail. Je poussais un léger soupir de soulagement lorsqu’il me dit : « Viens avec moi, Iseult, c’est par là. » J’agrippais de nouveau mon sac et le suivi en pressant le pas. Je ne voulais surtout pas me perdre ici. On passa une ou deux salles avant de se retrouver dans une salle de gym. Il y avait, au fond de cette salle, un ring de box. Ah, enfin en terrain connu! « J’imagine que Romanoff t’a un peu expliquée comment ça fonctionnait avec moi? » Oh que oui! Elle m’avait fait un vrai rapport détaillé qu’elle m’avait prié de ne pas oublier. Je répondis d’un « oui » très ferme, mais également bref, car je ne savais pas exactement s’il fallait que je l’appelle par son prénom, son nom de famille, ou bien par Capitaine ou M’sieur, comme je le fait souvent. Me connaissant, la dernière option sera celle que j’utiliserais en temps voulu. À mon grand désespoir, il mit un chandail (bah quoi, j’ai dit ‘surprise’, mais je n’ai pas dit qu’il était affreux … ne vous trompez pas!) et se tourna ensuite vers moi en me lançant une serviette. «Bon, tu préfère débuter pars… » Pars … euum … oh mon dieu! Depuis quand n’ai-je pas réponse à tout? Pour ne pas paraître comme la pure idiote que j’étais, je montais sur le ring et réfléchissais quelques minutes en faisant mes quelques étirements au coup, aux épaules, aux bras et aux jambes. Bon, je m’étais décidée, j’allais faire du wushu. Bon, en Chine, celui-ci était considéré comme un spot dans de grandes compétitions, mais c’était avec le wushu que ma passion pour les arts martiaux chinois m’était venue. Le fait qu’il faut être en forme car les sauts et culbutes sont l’essence-même de cette forme d’art martiaux étaient la raison de ma poussée d’adrénaline à chaque combat. Je sortis donc de nouveau du ring pour aller me cherche un bâton en bois, un bō, de son vrai nom.

Cela ne me prit que quelques minutes pour en trouver un et je revins prendre ma place initiale. J’avais remarqué que Steve me regardait d’un air très neutre. Qu’est-ce qu’il pouvait bien se dire? J’aimerais bien le savoir. Peut-être avait-il remarqué mes bleus au visage … ou se demandait-il ce que je faisais ici. C’était probablement ça. Après tout, je n’avais pas encore accepté de faire partie des Avengers ni même du SHIELD. Certains membres du groupe, dont l’agent Romanoff, m’avaient souvent pressé de donner ma réponse, mais j’étais encore dans un état confu. J’aimais, que dis-je, j’adorais cette vie, vie de justicière qui sauve des vies, un chat coincé dans un arbre un jour, et un groupe de voleurs l’autre. Mais ce sont des enfantillages … rien que des conneries, comparativement à ce que ces gens font. Moi, je nettoyais, faisait le ménage. Eux, ils sauvaient des vies, que dis-je, l’univers entier! Avais-je vraiment le cran de me hisser jusqu’à leur rang? Ne voulant pas faire part de mes soucis, je me mis en position de combat lorsque, avant même que je débute ma routine habituelle de wushu, je n’entende Steve s’exprimer. « J’espère que tu sais dans quoi tu t’embarque… » Cette phrase, aussi courte et simple soit-elle, me sortis de ma concentration. Je ne savais pas dans quoi je m’embarquais, je l’avoue. J’en étais honteuse, ou presque. Je jouais dans la cour des grands. D’un regard qui n’osait pas encore regarder cet homme, sachant une infime partie de son histoire, je lui répondis : « Je l’avoue, je ne sais pas trop dans quoi je m’embarque. Mais mes mains sont déjà sales et je n’ai jamais vraiment connu autre chose que ça. Le combat, la justice … ce sont les lignes motrices de ma vie. Sans ça, je perds mon nord. » Je n’avais aucunement caché mon trouble, mais je n’avouais pas non plus ma peine à faire un choix décisif.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   Dim 21 Fév - 23:29


In the end...


Before the end comes, let's live this story.


Sa réaction me laissait perplexe. Est-ce que je la gênais? Elle avait chaud peut-être? Vu à quel point son visage était passé au rouge je semblais avoir fait quelque chose qui n’allais pas. Je gardais pourtant mon air le plus neutre possible en l’emmenant avec moi vers le gymnase. Drôle d’endroit ce manoir, Tony avait insisté pour qu’on y habite autant que possible, mais dernièrement j’avais l’impression d’être le seul à encore y être. Cet endroit était terriblement vide, froid et désagréable. Je me sentais chez quelqu’un, mais pas chez moi, jamais chez moi. J’aurais favorisé un appartement sur Brooklyn à ce manoir n’importe quand, mais pour le moment je ne pouvais me le permettre. Le dernier appartement que j’avais eu avait été rué de balles de fusil, blessant Nick Fury, du coup vous comprendrez mon appréhension à me reprendre un appartement grâce au SHIELD. Il valait peut-être mieux que j’endure ce palace temporairement, le temps de me trouver quelque chose dont personne ne connaitrait l’existence, loin des Avengers et du SHIELD. Je soupirais un peu, nous avions passé les salles inutiles pour arriver dans le grand gym de Stark. Il y avait de tout ici, un ring de boxe, des équipements de musculation, une petite salle de danse/yoga et j’en passe.

Dès notre arrivée je me préparais, remettant un chandail approprié et jetant une serviette propre sur la blonde. Je me prenais moi-même une des serviettes blanche finement pliés et allait m’assoir sur un coin du ring de boxe pour continuer de l’observer presque en silence. Cela ne lui prit pas de temps avant de se préparer, de prendre un bô et de vouloir s’entrainer. Cela me satisfaisait, mais pas assez pour tracer quelconque émotion sur mon visage. Juste avant qu’elle commence à s’entrainer je craquais et laissais un très mince sourire se pointer sur mes lèvres avant de m’exprimer. La phrase semblait lui avoir fait un choc, elle regardait le vide avant de me répondre d’une voix aussi indécisive qu’elle. Mon sourire s’étendait encore plus à chaque mots qu’elle prononçait. Elle l’ignorait encore, mais elle parlait exactement comme tous mes amis, enfin mes vieux amis. Ceux du quartier de Brooklyn qui sont dans une maison de retraite. Les vétérans. « Je comprend. » dis-je avant de la regarder droit dans les yeux, qu’elle soit distante ou non. « Personnellement, sans guerre, je ne sais pas où je serais et c'est là une très triste réalité.  » révélais-je en me relevant pour m’avancer vers elle dans le ring.

« On ne sait plus où est le capte quand on perd le nord. » dis-je avant de lui faire signe de débuter, restant à une bonne distance pour observer encore une fois. « mais on doit tous faire un choix à un moment. Ce n’est jamais facile, je ne t’influencerai pas, il n’y a que toi qui peux choisir pour qui tu te bat. » je la contournais, reprenant mon air le plus neutre possible, observant ses moindres réaction. Je me demandais ce qu’elle allait faire ensuite, comment elle allait réagir désormais. « Je n’ai qu’une chose à te dire. Quoi que tu choisisse, fais le avec ce que tu crois être juste, que tu prenne le camp que tu voudras l’important est de le faire pour toi. » Des camps, je riais en dedans, on se croyait dans un combat où il fallait choisir un côté. Il n’y avait pas un côté meilleur que l’autre, une vie meilleure que l’autre, au final on faisait tous la même chose. On sauvait des vies et c’était ça qui résumait chacun de nos actes. Je m’immobilisais, je restais la passif, observant encore la demoiselle.

« Avant les grands combats, il faut savoir se battre. » soufflais-je d’une voix neutre. « Tu es certaine que Natasha n’avait pas d’autres intention en t’envoyant ici? Elle ne voulait quand même pas te faire pencher pour les Avengers? Si j’ai bien compris tu hésite entre nous et le SHIELD. »

.
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   Lun 22 Fév - 4:58


❝ a true hero isn't measured by the size of his strength, but by the strenght of his heart. ❞Break the iceEn évitant Steve du regard, mon esprit se perdit, alors que je prononçais ces quelques mots. Je me remémorais ma mère, sa violence subite, sa figue ensanglantée, les enfants gisants morts dans la cafétéria. Avec le temps et le recul, je me suis demandé pourquoi elle avait agi de la sorte. Après tout, je ne peux comprendre comment une figure maternelle aie été capable de telles cruautés alors qu’elle avait été d’une telle douceur avec moi. Mes mains étaient sales, encore plus que les siennes. Je l’avais tué, elle, celle qui m’avait fait naître. Non seulement ça, mais en plus, j’avais assailli son corps inanimé de coups. Si le capitaine avait une idée de ce que j’avais fait, je ne serais probablement pas ici, à me faire entraîner par ses héros. Si je n’avais pas trouvé la justice comme source d’inspiration, je serais probablement devenue une psychopathe, comme ma mère. Mais les policiers recherchaient toujours celle qui avait tué Delilah Becker. Toi. L’ombre qui se déplace la nuit, sans laisser de traces. Mes pensées trainèrent ainsi pendant quelques minutes jusqu’à ce que la voix de mon entraîneur vienne me tirer de ma torpeur. « Je comprend. » Me retournant pour lui faire face, nos yeux se croisèrent. « Personnellement, sans guerre, je ne sais pas où je serais et c'est là une très triste réalité.  » Cet homme avait connu des atrocités bien pire que les miennes. Du moins, c’était ce que l’agent Romanoff m’avait dit. Je le vis alors s’avancer vers moi. Je restais statique, bô en main, à le regarder. « On ne sait plus où est le capte quand on perd le nord. » Tout à fait, et, dans mon cas, j’avais passé bien des nuits à me questionner sur mon choix de vie. N’aurais-je pas dû apprendre de ma mère et laisser la violence de côté. Peut-être était-ce ma destinée depuis le début. Je le remarquais alors me faire signe de commencer. Je me concentrais sur les mouvements appris en regardant les différents films et vidéos avant de débuter. Bien sûr, afin de mieux assurer avec mes sauts et culbutes, il me fallait avant voir la solidité de ce bô. Je pris donc le temps de m’assurer de ma dextérité avec mon outil (petit vidéo pour un meilleur visuel). Heureusement pour moi, Steve s’était éloigné assez pour que je ne le frappe pas avec le bâton. Mais j’oubliais bien vite sa présence pour me concentrer sur la force mise sur le bô, tout spécialement lorsque je le faisais tomber sur le sol avec force. C’est à ce moment que je ressentais la force que j’avais en moi. Le bruit sourd qui résonnait dans la salle me donnait envie de pousser plus loin. Ce qui m’empêcha d’exagérer ce fut le Capitaine qui continuait de me parler, entre les petites pauses que je prenais afin de prendre les bonnes positions. « mais on doit tous faire un choix à un moment. Ce n’est jamais facile, je ne t’influencerai pas, il n’y a que toi qui peux choisir pour qui tu te bat. » Il avait raison. J’étais seule maître de mon futur ici. Pourquoi je me battais, alors? Une soif de justice? Peut-être un peu. Mais je savais également ce qui guettait au fond de mon âme, la rage, la frustration de ne pas avoir pu sauver les dernières victimes de ma mère. Ces enfants, si innocents … si j’avais parlé plus tôt, si j’avais dit quelque chose à la police … tant de ‘si’ mais si peu de concret. Du coin de l’œil, je le vis me contourner. « Je n’ai qu’une chose à te dire. Quoi que tu choisisse, fais le avec ce que tu crois être juste, que tu prenne le camp que tu voudras l’important est de le faire pour toi. » Un camp? Les lignes étaient si floues, entre ce qui était bien et mal … alors quel camp pourrait bien me représenter? Je ne me considérais pas un héros. Un héros sacrifie sa vie pour les autres, mais ne tombe pas aussi bas que la revanche personnelle. Moi, je l’avais fait, j’avais tué ma mère par pure revanche, par cri de haine, alors que j’aurais très bien pu la livrer aux autorités. « Avant les grands combats, il faut savoir se battre. » C’est justement la raison de ma présence ici. Je ne savais pas encore me battre comme ces gens. Je les avaient vu, pendant l’attaque d’Ultron, et j’avais l’air d’une débutante, et ce, même si j’ai passé la plupart de ma vie à me battre. Me battre pour moi, pour les autres … pour qui, vraiment? « Tu es certaine que Natasha n’avait pas d’autres intention en t’envoyant ici? Elle ne voulait quand même pas te faire pencher pour les Avengers? Si j’ai bien compris tu hésite entre nous et le SHIELD. » En faisant claquer une dernière fois le bô par terre, je pris une grande inspiration et regardait Steve dans les yeux. Oui, Natasha avait d’autres idées en tête. Elle était vraiment une pro dans son métier d’agente. « La connaissant, il y a anguille sous-roche. Effectivement, je crois que c’était son but. En fait, j’hésite entre vous, le SHIELD, et … et juste moi, en mode solo. Elle critique souvent mon manque d’enthousiasme envers le travail d’équipe. Selon elle, il faut que j’apprenne à faire preuve de confiance. Pour une fille qui n’a pas vraiment connu de gens en qui elle peut avoir confiance, ce concept devient très complexe. » Mon père? Figure absente de ma vie. Ma mère? On en parle pas. Mes parents adoptifs? Beaucoup trop fanatiques religieux. Je m’étais perdue en cours de route. « Je me suis perdue … en cours de route. » Je répétais ces mots à haute voix sans faire attention à ce que je disais vraiment.  

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   Jeu 10 Mar - 15:13


In the end...


Before the end comes, let's live this story.


La sagesse n’avait jamais été mon point fort, autant que mes équipiers puissent croire du contraire, j’avais toujours été un homme d’action plutôt que de mots. On ne citait pas mes paroles dans les musées, mais mes actes héroïque, voilà pourquoi l’agent Romanoff avait sûrement envoyé Iseult vers moi. Elle devait avoir tenté les paroles à maintes reprise dans un échec fulgurant et s’attendait à ce que d’un coup de poing au bonne endroit je replace la recrue là où la veuve noir voulait qu’elle soit. Sauf que Romanoff avait tendance à se tromper sur moi, elle avait cette fâcheuse manie de croire que j’irais automatiquement en son sens, tel une rivière qui coule naturellement vers la chute. Elle oubliait que j’étais le saumon qui allait à contre courant et ce depuis bien avant que je sois l’homme qui s’était réveillé après un sommeil d’une génération entière. J’allais sûrement décevoir la rousse, je m’attendais déjà à avoir des réprimandes de sa pars concernant mon manque de motivation, comme si j’avais le fardeau de peser le pour ou le contre chez quelqu’un d’autre que moi. Je cachais bien mes pensées en tournant autour de la blonde, mais le chemin que cela faisait dans ma tête me prouvait que je n’allais être d’aucune aide pour mon amie espionne. Je n’allais jamais influencer le choix d’Iseult. Je n’en avait aucune envie, ce n’était là pas de l’égoïsme, mais plutôt une forme de sympathie en son égard. Je préférais de loin qu’elle choisisse d’elle-même ce qu’elle désirait réellement que lui implanter un choix tout tracé. En plaise ou non à Natasha, c’était après mûre réflexion que je décidais de prendre parole d’un ton très neutre pour lui faire comprendre qu’aujourd’hui je ne lui imposerais rien.

Je sentais pourtant qu’il y avait autre chose derrière cette rencontre, heureusement ce n’était pas un des nombreux rendez-vous à l’aveugle de Natasha, pour une fois que j’avais au moins cette certitude. Qui sait pourquoi elle s’empressait de me faire rencontrer des filles de toutes les culture afin de me mettre en couple. Elle était peut-être inconfortable avec l’idée que je sois simplement neutre face à la question de mon célibat, ayant jeté mon éponge sur la question de maison et d’enfants par dizaine, pour ce que j’en sais elle en prenait simplement un malin plaisir. C’était autre chose, du moins c’était l’impression que cela donnait, quoi que Natasha veuille elle l’obtient la moitié du temps. Je saurais rapidement de quoi il en était question, je laissais même la question flotter dans l’air ce qui eut pour reflexe de faire parler la blonde. La pauvre n’avait pas l’air dans son assiette, c’était peut-être ma présence qui la rendait inconfortable, je décroisais mes bras et cessais de tourner en rond sur cette pensée. Il est vrai que j’avais été froid depuis son arrivée, pas que ce soit intentionnel, j’avais juste perdu l’habitude d’avoir tout autre attitude lors de mes entrainements. Je m’arrêtais pour l’écouter, tranquillement, pesant chacun des mots qui sortaient des lèvres de la jeune femme. Il me semblait qu’elle était plus troublée qu’elle ne voulait le laisser savoir, ses paroles la trahissait, je restais du moins passif et neutre dans mes expression, quoi que beaucoup plus détendu qu’au début. Elle n’avait pas besoin de réprimande, elle n’avait pas besoin du bon discours politique sur quel camp choisir, Iseult avait simplement besoin de trouver sa voie.

« Et Natasha à pensée, si je puis assumer, que je suis celui qui te fallait pour te trouver. » dis-je doucement en m’appuyant contre les cordes du ring, les yeux rivés sur elle. « Tu as confiance en quelqu’un de particulier? Peut-être que se serait un bon début de t’entrainer avec la dites personne et voir ce….oh.. » Je mis un moment de silence avant de prendre un grand sourire, riant un peu. « C’est moi c’est ça? »

Voilà qui était logique. Elle avait combattu avec nous contre Ultron ainsi qu’au moment de récupérer le sceptre de loki, que dire de l’effondrement de la tour des Avengers. Bien que les combats allaient vite il est vrai que je m’étais souvent retrouvé près d’Iseult, prêt à la sauver, mais je ne savais pas si mon intuitions était la bonne. Si c’était le cas, nous venions de trouver le pourquoi du comment Natasha était venu avec cette idée de nous mettre dans la même pièce plusieurs jours par semaine. Je riais encore, désormais complètement détendu, si seulement Iseult savait à quel point Natasha était un géni. « C’est un plaisir de m’entrainer à tes côtés, mais je n’ai qu’une seule condition si nous sommes pour le faire sur une base régulière. » Un petit moment de silence, je reprenais mon souffle, mon regard ce fit plus sincère et ma voix beaucoup plus douce.

« Promet moi de faire tes choix selon toi. Pas Natasha, pas les SHIELD, ni moi. Quand tu auras choisi ton camp, peu importe lequel, tu l’auras fait pour toi-même et je ne te jugerai jamais pour cela. J’en porterai même admiration, tu es quelqu’un de bien Iseult, tu mérite amplement de pouvoir faire ce choix et n’écoute pas Natasha trop souvent elle a tendance à trop évaluer les gens et user des points faible, d’accord? »


.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   Mer 16 Mar - 3:22


❝ a true hero isn't measured by the size of his strength, but by the strenght of his heart. ❞Break the iceOn aurait dit que cet entraînement devenait une visite chez le psy, et cela me mettait de plus en plus mal à l’aise. En temps normal, avec Natasha, on se tiraillait, on se battait, puis ça se terminait avec un ‘bravo’ et un ‘à la prochaine’. Mais là, avec le Capitaine, chaque geste posé, chaque décision prise jusqu’à maintenant était remis en question. Les images de mon passé refaisaient surface, mon esprit s’égarait, et, étrangement, mes oreilles se concentraient sur le tic toc de l’horloge du hall. C’était signe que le silence régnant dans le gym me laissait quelque peu … malaisée. Toutefois, je ne pouvais pas simplement reprendre mes mouvements soudainement. J’avais pris une pause et que de recommencer brusquement serait peut-être perçu comme étrange. À la place, je rangeais le bô sur le côté du ring et prenais des nunchakus afin de manipuler des armes que je n’avais pas tellement la chance d’utiliser ces temps-ci. Bien sûr, cela me permit de ne pas rencontrer le regard de Steve, car celui-ci semblait me scruter comme jamais je ne l’avais été auparavant. Mes yeux fixaient mes bras, le mouvement qu’ils faisaient et bien vite, cela me permit de complètement oublier, le temps d’un instant, mes problèmes, ma situation présente, mon choix à faire. J’entendais déjà la voix de Natasha qui rouspétait mon manque d’attention. « Tu pourrais te faire tuer en un clin d’œil, comme ça. » Et alors? Non, je n’avais pas d’idées suicidaires, mais cela ne voulait pas dire que la mort me faisait peur. S’il y a bien une chose que je dois à ma famille adoptive, c’est mon impassibilité devant la mort. Alors que certains craignaient ce qui leur arriveraient, moi je n’étais sûre que d’une chose; je ne serais au grand jamais réuni avec ceux que j’aime. Je ne voyais qu’un vide, un silence éternel. J’aurais probablement le temps de réfléchir sur ma vie, mes erreurs. Mais bon, je le faisais déjà sur une base régulière (bonjour la gothique en moi) … qu’est-ce qu’il me restait alors à faire, lorsque tout sera fini? Et Natasha à pensée, si je puis assumer, que je suis celui qui te fallait pour te trouver. Hein? De …. Oh non, j’avais encore parlé un peu trop haut! Mais bon, je ne pouvais pas vraiment revenir sur ce que j’ai dit, surtout puisque je le pensais réellement. Tu as confiance en quelqu’un de particulier? Peut-être que se serait un bon début de t’entrainer avec la dites personne et voir ce….oh.. Mes joues prirent des teintes de rose. Il avait tout compris, mais Natasha avait été plus vite que lui. L’agente n’était pas dupe; elle remarqua les regards que je portais sur l’homme, me tenant toujours à ses côtés. Pourquoi agissais-je de la sorte? En fait, je ne saurais vous dire. Il y avait quelque chose chez lui qui le rendait si … unique. Jamais un homme ne m’avait traité avec autant de respect que lui. Il rigolait alors soudainement. C’est moi c’est ça? Je souris de côté avant de répondre par un hochement de tête.

Il riait de plus belle et, étrangement, cela me donna le goût de rire aussi. On avait agi comme de purs idiots, et il nous a fallu un intermédiaire pour nous faire passer le message. Si je reparlerais à Natasha, je lui demanderais comment elle avait su. Je ne suis pas du genre à m’exprimer beaucoup … mais l’agente était bien plus perspicace que je ne l’avais été moi-même. C’est un plaisir de m’entrainer à tes côtés, mais je n’ai qu’une seule condition si nous sommes pour le faire sur une base régulière. Ses yeux rivés sur moi, j’avais du mal à croiser son regard, mais je le fis tout de même. Ce qu’il allait dire m’intéressait beaucoup, car non seulement voulais-je savoir sa condition, mais surtout, je voulais graver sa voix et ses yeux qui me regardaient maintenant d’une manière tout à fait différente du début de mon entraînement. Promet moi de faire tes choix selon toi. Pas Natasha, pas les SHIELD, ni moi. Quand tu auras choisi ton camp, peu importe lequel, tu l’auras fait pour toi-même et je ne te jugerai jamais pour cela. J’en porterai même admiration, tu es quelqu’un de bien Iseult, tu mérite amplement de pouvoir faire ce choix et n’écoute pas Natasha trop souvent elle a tendance à trop évaluer les gens et user des points faible, d’accord? Sa voix était si douce. Je ne l’avais jamais entendu parler de la sorte. Je fermais les yeux, le temps d’un instant. Devais-je lui dire ma décision tout de suite? Non, je n’avais pas encore d’idée claire, mais une chose était sûre, je le voulais à mes côtés. « Jusqu’à maintenant, je n’ai eu personne d’autre pour faire les choix à ma place. Je ne crois pas que je me laisserais influencer par Natasha. La seule question que je me pose, c’est si l’on réellement se défaire de son passé. La route que j’ai emprunt pour me rendre jusqu’ici n’a pas été la meilleure. En fait, je crois que j’ai pris la pire route qu’il soit. » Je pris une grande inspiration avant de continuer. « Est-ce que tu crois que je peux changer, maintenant, après autant d’erreurs? Je ne sais pas si je peux me voir comme une justicière. N’est-ce pas tomber aussi bas que ces gens que de les attaqués? Voilà pourquoi j’hésite à choisir un camp. » Je m’éloignais un peu; c’était la première fois que j’avais exprimé mes pensées, que j’avais mis l’emphase sur ce que je gardais depuis si longtemps secret. « Désolée, je me perds beaucoup dans mes pensées. J’ai pas vraiment l’air de quelqu’un qui réfléchit à tout, mais je surcharge souvent mon esprit, j’analyse tout. »


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   Sam 19 Mar - 21:53


QUATRIÈME ÉVENT

Civil War

Nick Fury était bien au courant de la nouvelle loi qui avait été installée. Et il était bien content d’être officiellement mort aux yeux de tous. Mort certes, mais cela ne l’empêchera pas d’aider ses amis s’ils sont dans le besoin, évidemment. Il avait eu vent que Tony Stark et plusieurs autres super-héros s’étaient fait recenser, certains par choix mais d’autres par force, et ils savaient bien que pour les rebelles tels que Captain America, ce n’était plus qu’une question de temps. Pour être sincère, il était du côté de son vieil ami Steve Rogers plutôt que de celui de Tony Stark. Fury avait toujours eu du mal avec le playboy milliardaire, bien qu’il ait été d’une assez grande utilité non seulement au sein des Avengers, mais en fournisseur de matériel pour le SHIELD.

Et désormais Fury pouvait bien s’imaginer la merde dans laquelle Captain et les autres héros non-recensés étaient. Et le QG des Avengers appartenait au gouvernement, Rogers ne pouvait se résoudre de retourner là-bas. Heureusement pour l’ancien directeur du SHIELD, il savait qu’il y avait un autre repère, connu presque uniquement par les Avengers, qui a été installé peu après que certains membres fondateurs, dont Stark, soient repartis à leurs propres activités. Le Manoir des Avengers, là où les Nouveaux Avengers étaient basés. Et dont la plupart d’entre eux faisaient partis de ceux qui étaient non recensés. Fury s’était alors rendu là-bas en espérant tomber sur le Captain, cachant son apparence le mieux possible pour éviter qu’une quelconque « connaissance » ne le remarque. Et il entra alors au sein du manoir, dans le hall, après avoir frappé l’immense porte de l’entrée. Marchant à travers les divers couloirs, Fury était certain de l’endroit où pouvait se trouver Captain America : la salle d’entraînement, de sport, de défouloir, un endroit que le Captain avait tout particulièrement apprécié lorsqu’il avait été repêché en Antarctique. « Bonsoir, Captain. » Annonça-t-il simplement pour annoncer son arrivée, bras croisés derrière le dos.



Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   Ven 8 Avr - 0:56

For now we'll live
Les discussions tournaient sur la confiance de ma chère Iseult envers le monde entier. Contrairement à moi elle avait mainte fois perdu confiance en ce monde, je ne pouvais que très peu comprendre de là où elle venait, tout en comprenant d’une certaine façon. Le monde est remplie d’horreur quand on y pense, le pire est de ne plus en voir les bons côtés, j’avais la chance qu’elle ne soit pas encore tombée assez bas pour ne plus pouvoir atteindre la corde que je lui tendais pour remonter. Nous en étions aux questions de choix, elle me fit sourire en confirmant que seule elle pourrait décider au final, c’était ce que je voulais pour elle. Le monde avait assez pris de décision pour les reste de nous tous qu’on pouvaient bien se garder des petits moments à nous-mêmes. Alors que je m’apprêtais à répondre, décroisant mes bras, j’entendis la voix familière de Fury raisonner dans mes oreilles. Tournant la tête, je comprenais immédiatement de quoi il était question, la loi était passé. Un long soupire sortie de ma gorge, me retournant vers mon ami, mes bras se recroisèrent comme ils étaient désormais habitué en situation sérieuse.

« C’est fait? » dis-je d’une voix brisé. Cette loi, je n’en parlais jamais, mais Stark me la remettais au visage dès qu’il en avait l’occasion. C’était la base de nos conflits, cela ne voulait rien dire de bon qu’il aie gagné au vote du conseil, encore moins que ce soit désormais officiel. Fury hochait sa tête très doucement dans une réponse positive ce qui me fit serrer mes poings. La rigolade était terminée, je n’avais pas beaucoup de choix se présentant à moi, le recensement ou la criminalité. Lequel était le choix judicieux?

« Fury, tu sais que je ne peux pas le faire. En acceptant de me recenser je ne me condamne pas seulement moi, mais tout ceux qui prendront exemple sur moi, puis sur ceux qui y seront forcé. » Il restait silencieux, les bras derrière son dos, m’observant. J’oubliais la présence même d’Iseult alors que ma voix s’ébréchait à chaque phrase prononcé. « Je comprend Captaine. Je ne suis pas ici pour te forcer la main, mais pour te prévenir avant que eux ne viennent te chercher, ils s’en viennent et en grand nombre.  » Ma tête se relevait, frôlant son regard quasi inquiet, tendis que le miens se durcirait sous une rage que personne ne me reconnaissait. Étais-je déjà un criminel? « Jusqu’à preuve du contraire, tu t’opposais à la loi, tu es donc fautif. » La langue me tournait dans la bouche à ces mots. Je n’avais même pas la permission de m’expliquer que déjà ils envoyaient le commando de GI-joe à mes trousses. C’était la psychologie inversée. « Partir ou rester, c’est ton choix Steven…mais ne fais pas l’erreur d’être assez stupide pour donner à Stark ce qu’il veut. » Fury avait pris son camp. J’avais son support de mon côté, une partie de moi s’en vu grandement soulagé alors que ce grand homme quittait le gym.

« Iseult. » Je me tournais vers elle avec des traits beaucoup plus sévère qu’à l’origine de notre rencontre. Cette fois il était question d’un terrible évènement à voir le jour en ce monde, parlant du manque de confiance, j’aurais du botter le cul de Tony quand j’en avais eu l’occasion contre le frère de Thor. « Je te conseille de partir, ça va devenir une fête par ici…je peux les semer en embuche, mais je ne veux pas que tu sois là, je… » Voilà qui était étrange de ma pars, demander à quelqu’un de partir alors que je lui connaissais des compétences à la hauteur de ma bataille. Non, lui demander de fuir la loi, sachant que j’allais me battre contre cette dites loi.

« Je comprendrai si tu me désapprouve, mais je ne peux pas accepter cette situation, Stark vient de tuer la liberté aujourd’hui.  » ma main allait chercher la sienne pour l'enlacer, tentant de la rassurer, mais au fond c'était moi qui en avait besoin entre nous deux.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   Sam 16 Avr - 2:40


❝ a true hero isn't measured by the size of his strength, but by the strenght of his heart. ❞Break the iceBien que le début de cet entraînement se soit passé sous le stress total, j’avais maintenant une certaine sensation de bien-être. C’était fou de voir les effets qu’avait le Capitaine sur moi. J’avais fait part de bien des soucis qui ne cessaient de me trotter dans la tête, et Steve semblait prêt à y répondre lorsque notre session fut interrompue par l’arrivée d’un homme. Je ne le reconnus pas du tout, au début, alors  que Steve, lui, se tourna tout de suite vers lui et se recroisa les bras avant d’entamer la discussion. « C’est fait? » Mais, de quoi parlait-il? Et qui pouvait bien être cet inconnu? Ce ne fut qu’en me déplaçant un peu vers la droite que je le reconnus. Nick Fury. L’ancien directeur du SHIELD, celui qui avait mis en place l’équipe pour se rendre en Sokovie. Que faisait-il au manoir, alors qu’on avait simulé sa mort? Certes, il avait été d’une grande aide pour la guerre contre Ultron, mais s’il voulait garder son existence secrète, ce n’est certainement pas en venant ici qu’il le ferait. Je gardais cependant le silence, préférant écouter la conversation qui se déroulait juste devant moi. « Fury, tu sais que je ne peux pas le faire. En acceptant de me recenser je ne me condamne pas seulement moi, mais tout ceux qui prendront exemple sur moi, puis sur ceux qui y seront forcé. » Non. Non, pas le recensement. Tout mais pas ça. Je tremblais tout d’un coup de la tête au pied, toujours derrière Steve. Celui-ci, gardant une posture plutôt droite, me fit comprendre qu’il était prêt à une éventuelle attaque. Fury, quant à lui, n’avait aucunement l’air dérangé ou troublé du fait que cette loi soit passée. À la place, il dit à Steve qu’il était venu l’avertir avant que la cavalerie ne débarque. J’avalais de travers. Mon niveau de stress, qui était auparavant inexistant, venait d’atteindre de nouveaux sommets. Mais la goutte qui fit déborder le vase, dans toute cette situation, ce fut lorsque Fury prononça le mot ‘fautif’. C’est là, je crois, que je compris toute la gravité de ce qui venait de se produire, avec cette foutue loi.

J’aperçus vaguement Fury partir, mais vu que mon cerveau essayait encore de procéder l’information d’une chasse à l’homme, je n’en fis rien. Puis, mon regard croisa celui de Steve lorsque je l’entendis prononcer mon nom. Des traits sévères traçaient son visage, et cela ne me rassura aucunement. « Je te conseille de partir, ça va devenir une fête par ici…je peux les semer en embuche, mais je ne veux pas que tu sois là, je… » Croyait-il vraiment que j’allais le laisser là? Pas question de partir de ce manoir sans lui. Qui plus est, il connaissait mieux la place que moi. « Je comprendrai si tu me désapprouve, mais je ne peux pas accepter cette situation, Stark vient de tuer la liberté aujourd’hui. » Je sentis alors sa main doucement s’enlacer dans la mienne, et des frissons, cette fois de surprise, me parcoururent. Pour la première fois depuis des mois, je ressentais le courage de parler avec mon cœur. « Comment pourrais-je désapprouver? Cette liberté, j’y tiens aussi. Nous nous battrons pour elle, coûte que coûte. Ensemble. » Sur ce dernier mot, je posais ma main sur son visage et l’embrassait. Je ne saurais vous dire combien de temps passa. Tout ce que je sais, c’est que je pris des tons de rouges aux joues, en réalisant le geste que je venais de poser, et reculais un peu. « Tu sais … c’est … je crois que c’est le trop d’émotions … la loi et tout. Je … » Je n’arrivais pas à articuler le reste de ma phrase.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas







Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: in the end, you have to be your own hero × ft. Steve   

Revenir en haut Aller en bas
 
in the end, you have to be your own hero × ft. Steve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Haiti celebrates hero in tragic school collapse. Men sa yo rele ero. Bravo.
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» The Real Michel Martelly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AGE OF HEROES ::  :: Archives :: Anciens RP-
Sauter vers: