AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les prédéfinis Marvel (surtout les PVS) !
Nous manquons de mutants, de vilains et de civils ! N'hésitez pas !


N'hésitez pas à venir voter pour nous aux top-sites toutes les deux heures !
Et également à remonter notre sujet PRD !


MERCI DE PRIVILÉGIER LE GROUPE DU GOUVERNEMENT ET DES CIVILS !!

Autrement, nous nous verrons contraints de fermer certains groupes.
Merci de votre compréhension.


Partagez | 
 

 for a few dollars more. • ft. edward.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 







Invité

Invité








MessageSujet: for a few dollars more. • ft. edward.   Mar 15 Mar - 14:32

pietro & edward

“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

C
e statut de héros ne me convenait pas plus qu'il convenait à Wanda au contraire. Il fallait dire que je n'avais pas cet instinct de héros dans le sang, je n'avais rien à prouver mais si je faisais tout ça c'est parce que j'avais une dette envers l'humanité et que Wanda était la première à avoir payé sa dette. Seulement elle y a pris goût et le fait de son propre chef. J'aurai pensé que les Avengers seraient une sorte de famille, mais avec le SHIELD qui grouille... On penserait presque qu'il s'agit d'une petite armée. Et disons qu'en terme d'armée, j'ai eu personnellement ma dose entre la Sokovie et HYDRA, et même si leurs intentions sont pures... Je n'ai pas envie d'être bridé. Je prône mon indépendance, la raison pour laquelle je me suis séparé d'eux. Et même si profiter des moments de liberté qui m'étaient accordés me permettais de m'habituer à la lenteur de ce monde... En fait quand je ne suis pas avec Wanda, est difficile de contenir cette fougueuse envie de parcourir littéralement le monde. Courir jusqu'en avoir les pieds qui saignent. C'était le résultat de l'expérience après tout, heureusement que mon corps ne s'arrête pas de battre si je me mettais à marcher. Il me fallait un endroit dont le bruit et le silence se mariaient bien, là où il y avait un juste milieu je pourrais me contenter de l'atmosphère qui m'est offerte.

Et ma venue à New York aujourd'hui venait d'une pensée furtive. L'envie de revoir ma soeur jumelle se faisait de plus en plus important. Mais j'étais bloqué au niveau de Chinatown. Déstabilisé à l'idée de me pointer ici comme une fleur. Ce n'est pas comme si je revenais non plus les mains vides. Un paquet d'informations... Un brin de courage m'avait amené à me ramener en ces lieux... Ce pourquoi mes pas et les conseils des habitants me guidèrent jusqu'à Chinatown, le district asiatique du Bronx. Je n'ai pas mis très longtemps à y parvenir. J'avoue j'ai couru mais juste pour la distance, sinon je m'étais promis de marcher. Enfin je tiens mieux les promesses envers les autres qu'envers moi-même. Même si je ne voyais pas l'intérêt d'utiliser mon pouvoir dans cet endroit aussi paumé. Quoi que je critique mais Chinatown avait le mérite d'avoir une notoriété plus aiguisée que celle de la Sokovie. Alors je ferai mieux de m'abstenir sur les commentaires que je fais. Il y avait un esprit assez convivial entre les habitants du quartier, c'était agréable à voir. Presque aussi sociables que les habitants de mon pays natal avant la guerre civile.

J'aurai pu esquisser un sourire, mais ça paraîtrait bizarre de sourire sans aucune raison aux yeux des autres. J'devrais peut-être tenté, de toute façon c'est pas ça qui allait me coûter la vie hein. Je sentais néanmoins qu'il y avait de l'agitation pas loin, ça venait même vers moi. La rue était relativement dégagée, et ça me permettait d'entrevoir ce qu'il se passait. Mais j'avais le sentiment que mon affection pour le genre humain ne pouvait être que trop temporaire. Surtout quand je sais le but de cette confrérie selon mes informations et la manifestation de gens comme Marcia Luciani. Peut-être qu'aujourd'hui je m'efforçais de croire que l'humanité n'était pas si mauvaise que ça envers les personnes différentes ? Et puis voilà qu'un clown se fait remarquer. Putain mais il ne se passe jamais cinq minutes sans qu'un sombre connard vienne foutre le bordel. Je déglutissais sèchement quand je voyais que ce clown n'était pas seul en fait. Un petit groupe de cinq guignols venaient de braquer un restaurant laotien. Me frottant le visage, je ne savais pas si je devais faire appel à mon sens d'ancien Avengers où si je devais laisser faire ces cons. M'avançant légèrement vers eux, je me suis dis qu'au final rien ne pourrait être pire qu'un braquage.

« Mais quels chieurs... »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: for a few dollars more. • ft. edward.   Mar 15 Mar - 18:36





A few dollars more


Eddie Brock & Pietro Maximoff



Tapant du poing contre la table, Edward devait être le seul dans ce restaurant à ne pas avoir mine effarée, mains levées et supplices de ne pas le tuer. Dents serrées, il se releva ; il n’allait pas laisser la petite vermine gâcher encore plus sa journée. La suite se passa plutôt rapidement, bien trop rapidement pour ses nouvelles cibles alors que la substance noire qui composait Venom enveloppa le corps du jeune homme et qu’il s’élança vers l’un avant de le balancer hors de la pièce. Se déplaçant bien trop vite pour eux, ses compagnons ne purent riposter et se retrouvèrent lacérés chacun leur tour.

Spider-Man ne s’était pas montré de la journée. C’était une occasion de moins pour Edward de prendre sa revanche contre Peter Parker, celui qui lui a tout volé, celui qui l’a transformé ainsi, malgré les agissements que lui poussent à faire Venom. Et se rendre compte d’une telle chose était loin de le ravir et ce bien au contraire ; il était plus que furieux, gare à celui qui chercherait à le mettre encore plus en rogne, comme ces cinq messieurs. Edward n’avait par conséquent rien faire de sa journée, à part à la limite chercher une quelconque trace de l’homme-araignée. Ce n’est que lorsque son ventre gronda pour la première fois qu’il se décida, en plein quartier de Chinatown, de s’arrêter au premier magasin qu’il trouva à son goût.

Se retournant vers le personnel et clients du restaurant un instant, eux qui se réjouissaient que quelqu’un puisse les défendre, Eddie remarqua que leurs mines effarées avaient refait surface. Mais il n’allait pas les tuer, pas eux. En revanche … Détournant la tête du peuple, il rejoignit l’extérieur du bâtiment avant de s’avancer lentement vers sa dernière victime qui rampait en espérant pouvoir échapper au monstre qui prenait de plus en plus de volume au fur et à mesure de sa marche. De sa main énorme il attrapa la tête entière du bonhomme avant de refermer son poing dessus.
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: for a few dollars more. • ft. edward.   Mar 15 Mar - 22:14

pietro & edward

“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

C
'est qu'il était gros putain. Ok j'ai fait face à des mecs spéciaux ces derniers mois... Mais là, première fois qu'il y en a un qui tire cette gueule. J'étais mêlé à la foule, impensable qu'on remarque le fait que j'étais spécial. Mais malgré tout, cette chose aiguisait mon intérêt. Bon je n'avais pas non plus envie de risquer ma peau inutilement. Alors je vais tenter une approche plus subtile. En fait je ne savais même pas si j'allais pouvoir m'y tenir. On va être franc, j'ai pas trop envie que ça finisse en bain de sang car je ne suis pas un meurtrier, pas encore. Me raclant la gorge, je tentais de me frayer un petit chemin sans trop de problèmes. La majorité des civils prenaient la bête en photo ou fuyaient, je devais être le seul à le regarder faire un massacre.

Enfin je n'étais pas sûr du terme jusqu'à ce qu'il éclate littéralement la tête de sa cible entre ses mains. Putaiiiin... En fait je crois que j'allais devoir lui rappeler certaines choses. Je me suis accroupis pour bien refaire mes lacets, resserrant le tout pour enfin bien refermer ma veste. Je me craquais le cou en me répétant ce que je me disais contre l'armée d'Ultron. Comparer mon adversaire à une vipère. e me disais que la vipère n'est pas plus rapide qu'un homme. Elle est forcément moins costaude, et à peine plus dangereuse, dans le fond son avantage se résumé en un mot: la peur. Elle est la seule différence entre la proie et son prédateur. Je me disais de supprimer le brin d'hésitation, de l'éradiquer comme ça aucun serpent ne me mordra.

Je suis fasse à une vipère, je décide que la vipère est moins dangereuse que moi, la peur me quitte et je la supprime juste avant de renaître dans l'œil de l'adversaire dans un espace d'un instant...et ça me suffit. Je serrais mon poing lentement, laissant mes os se craquer, détendant aussitôt mes phalanges. J'avais pas le choix, je vais sans doute faire parler de moi mais bon de toute façon. Je ne savais pas réellement de quoi était fait ce monstre, en fait je savais juste qu'il me faisait vaguement penser au gars en collant là... l'araignée je sais pas quoi. Le tout était d'annoncer un coup stratégique. Pas la peine de calculer la surface au mètre carré. Non non. Je reprenais alors ma respiration, inspirant un bon coup.

J'ai du disparaître de champ de vision de chaque personne présente. De mon point de vue, tout était lent. Je courrais tout de même vers l'imposante bestiole en reculant mon poing, prendre de l'élan allait bien changer la donne non ? Il faudra que je me rappelle la raison pour laquelle je l'attaque ? Ah oui, je crois que mon jugement sera moins hostile que celui des Avengers. Mais que vaut un bon jugement sans ouverture à coup de poing ? Il était vrai qu'il semblait impulsif et qu'il comprenne qu'une montagne de muscle ne pourra pas me toucher... Du moins s'il était capable d'être aussi rapide que moi. Courant sur le mur d'un restaurant, je sautais pour arriver dans sa diagonale. Si le coup l'atteignait, je déraperais pour avoir une distance de sécurité entre lui et moi. Mais il n'y avait aucune raison pour que je le rate...

« Hello. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: for a few dollars more. • ft. edward.   Mer 16 Mar - 13:50





A few dollars more


Eddie Brock & Pietro Maximoff



Pour Eddie, tuer n’était plus un problème désormais. Il avait surpassé toutes ces étranges émotions que l’on pouvait ressentir lors du premier crime il y a de cela bien longtemps. Pour les civils, en revanche, c’en était un, et encore plus pour ces pseudos super-héros. Mais l’habitude avait fait qu’avoir du sang sur les mains ne dérangeait plus l’hôte du célèbre Venom et il pouvait faire en sorte de ne plus avoir le moindre remord … ou même la moindre pitié pour la vie humaine. Vie humaine qui était si fragile. Si éphémère. Un rien pouvait la briser.

Le regard haineux, le point refermé et couvert de ce liquide rouge qu’était le sang, le visage du monstre se relevait autour de tous ceux réunis autour de lui. Soit à fuir, soit à l’admirer. Pour la discrétion, c’était raté. Il fallait croire qu’Eddie avait littéralement pété un câble, tuant à coups de griffes quatre des criminels de seconde zone et en supprimant l’un de sa tête, alors que le reste de la dépouille s’écrasa contre le sol. Que faire maintenant ? Fuir ? Il ne pouvait pas revenir à sa forme initiale. D’ordinaire, il préférait séparer Eddie et Venom aux yeux du peuple. Alors que faire ? Il ne pouvait pas les tuer non plus.

Sous sa masse musculaire, les pensées du jeune homme furent interrompues par une douleur qui arracha un cri au monstre, sous les hoquets de surprise du monde autour. Étonné, il pensa tout d’abord que Spider-Man avait enfin pointé le bout de sa toile. « Hello. » Mais il ne vit aucune forme en collants moulants rouge et bleu, plutôt un homme aux cheveux argentés et habillé de bleu et noir. Qui était-ce ? Un justicier, lui-aussi ? A cette idée, Venom poussa Eddie qui, dans sa haine, décida de lui rendre ses coups. S’élançant vers le justicier, il tenta de l’attraper et de le plaquer au sol. Grognant, il dévisagea ce nouvel inconnu. « Qui es-tu ? » Murmura-t-il de sa voix caverneuse.
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: for a few dollars more. • ft. edward.   Mer 16 Mar - 14:44

pietro & edward

“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

J
e l'aurai esquivé volontiers mais on était encore proche. Mon cou avait porté sur la dite cible, mais ça n'a fait qu'aiguiser la colère du lion. Je m'en serai passé tiens. Mais au moins je sais qu'il est résistant, mais que mes coups peuvent l'atteindre. Je tentais de discerner sa corpulence, ne descellant toujours pas la moindre faille ou faiblesse. Pourtant mon regard jonglait très rapidement d'une partie de son corps à une autre. Mais il semblerait que s'il avait un point faible ce n'était pas explicite. Cela n'allait pas me faciliter les choses. Et je crois de toute façon qu'il n'était pas dans notre intérêt de faire perdurer les hostilités. Mais quand je vois l'humeur de la grosse bestiole, je me dis qu'il vaut mieux répondre à ses besoins.

Et la grosse masse, ce dernier a réussi à me plaquer au sol. Je n'avais pas spécifiquement d'autres issus en même temps. On offrait un spectacle aux gens qui prenaient des vidéos... Avec ces tensions avec le Gouvernement, il n'était pas forcément bon pour nous d'être diffusés sur les réseaux sociaux où les chaînes de télé. Je me décontractais, n'opposant aucune réelle résistance. Sa poigne était forte et je ne préférais pas me faire mal moi-même. Il m'a demandé qui j'étais, mais je crois que ma première réaction fut de détourner la tête en grimaçant de dégoût. Putain c'est dingue comment on peut puer de la gueule à ce point là.

« Recules toi un peu, tu pues de la gueule... »

Il était difficile pour une autre personne de se mettre à ma place. Je me savais spécial et doté d'un cynisme assez puissant... C'est ce cynisme qui imprégnait chacune de mes paroles. Ah les mots c'est un art que je n'employais pas à outrance ! Cette façon d'être relevait une stratégie qui offrait un atout conséquent. Je dois pas me laisser impressionner par mon ennemi, quel que soit son niveau. Mais face à une personne trop confiante, je ne me ferai jamais prier pour le rabaisser avec verve tout en faisant preuve d'un sarcasme cinglant. Après la question qui demeurait dans ma tête, c'était de savoir si ce gros sac pouvait s'estimer confiant. Il me surpassait en force brute, mais la force n'est rien sans la vitesse. La position actuelle était comparable à un catcheur qui tenait dans sa main un fil de fer. Je pouvais me glisser en atteignant instantanément la vitesse Mach 5. Je ne pouvais pas me gratter le menton, c'était un tic et d'ailleurs cette démangeaison refaisait bien trop souvent surface. Je penchais la tête sur le côté, analysant ce qui était dans mon champ de vision. Me retenant de pester une nouvelle fois de dégoût, je pense que je devrais lui répondre. Je reprenais un sourire ma foi sarcastique pour enfin me prononcer :

« J'suis pas un justicier mon gros, mais tu sais qu'il y a d'autres méthodes pour intimider les gens ? Attends, je vais te montrer. »

J'ai utilisé mon pouvoir tout en me glissant hors de son emprise. La puissance Mach5 était définitivement awesome ! Je m'étais glissé entre ses jambes pour enfin choper une barre de fer au niveau des poubelles. Dans ce même élan je revenais droit devant lui pour lui donner un coup qui avait pour but de le faire décoller. Tant de vitesse dans un coup pareil cela devait accumuler autant de force que lui. Mais je ne vantais aucun de mes mérites, je pense qu'on va bien s'amuser lui et moi.

« Comme ça par exemple ! »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: for a few dollars more. • ft. edward.   Sam 19 Mar - 18:36


FOR A FEW DOLLARS MORE


Edward C. A. Brock & Pietro Maximoff

C’était fini, la rage du symbiote combinée à la haine de son hôte avait donné naissance à l’immense masse musculaire composée de la substance nommée Venom. Et il ne s’arrêtera sûrement pas tant qu’il n’aura pas tué, Eddie bien trop aveuglé par la colère pour vouloir reprendre le contrôle et ainsi se calmer. Et voilà maintenant qu’un autre gus a fait son entrée et a commencé à vouloir titiller le monstre, lui qui avait voulu s’arrêter là avant de se prendre un coup dans la mâchoire sans rien avoir vu venir, de quoi le mettre encore plus en rogne. C’était alors qu’il s’était élancé vers le petit homme – du moins comparé à l’actuel Venom qui se présentait au peuple – pour réussir à l’attraper et le plaquer au sol. Il lui avait demandé qui il était, enfin surtout si son but était de l’arrêter et surtout s’il appartenait également au gouvernement. « Recules toi un peu, tu pues de la gueule... »

Mais l’homme affirma ne pas être un héros, et loin de là même. Était-il lui aussi un tueur, comme Eddie ? Mais s’il n’était pas comme les autres, qu’est-ce qu’il était au juste ? Et surtout, pourquoi essayer de s’en prendre au symbiote sans raison apparente ? « J'suis pas un justicier mon gros, mais tu sais qu'il y a d'autres méthodes pour intimider les gens ? Attends, je vais te montrer. » Les traits du visage du monstre se rétractèrent dans l’incompréhension. Qu’allait-il fallait ? Qu’allait-il « montrer » ? Sans pouvoir réfléchir plus, l’homme s’était extirpé de la prise du monstre. Comment avait-il fait ça ? Avait-il des supers-pouvoirs ? Se retournant pour repérer où son ennemi avait filé, il sentit une violente douleur, à nouveau au niveau de sa mâchoire, qui le fit carrément décoller du sol et l’envoya plusieurs mètres plus loin. « Comme ça par exemple ! »

Ne comprenant toujours pas, non seulement toujours aveuglé par la rage, mais également car tout se passait bien trop vite, l’énorme monstre perdit du volume pour en arriver au simple stade de costume autour de la peau d’Eddie. Portant sa main griffue à son manteau, continuant d’y ressentir une douleur, il sembla froncer les yeux avant de se relever d’un bond. Il attendit que le justicier ne revienne vers lui pour lui demander de sa voix monstrueuse. « Mais t’es qui exactement putain ? Et surtout t’es quoi ?! Pourquoi je n’arrive pas à te voir, pourquoi ça va si vite ?! » Dans ses souvenirs, ni le symbiote ni Eddie n’avaient déjà affronté un adversaire comme cela. Devenait-il invisible ? Agissait-il sur la mémoire du pauvre bonhomme et essayait ainsi de lui faire perdre la tête ? Mais bon sang, c’était quoi ses pouvoirs …

Eddie devait d’abord se calmer. La tête brouillée et la colère qu’il ressentait n’allait pas l’aider à pouvoir réfléchir convenablement, non seulement à un plan, mais également pour se focaliser sur son adversaire qui prenait de plus en plus le dessus sur lui, sur eux ; il devait comprendre ce qu’il faisait, pour pouvoir essayer de le maîtriser. En espérant qu’il le puisse déjà. Mais Eddie ne pourrait rien faire tant qu’il ne sera pas dans un état un minimum serein malheureusement. Sa main frotta avidement sa mâchoire, ça allait mettre des jours avant que cette douleur ne disparaisse. A part Spider-Man, on ne peut pas dire que le brun, déguisé par le symbiote, ait vraiment rencontré un adversaire à sa hauteur, qui lui tienne tête, et encore moins qui arrive à prendre l’avantage.



Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: for a few dollars more. • ft. edward.   Sam 19 Mar - 19:52

pietro & edward

“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

I
l était drôle quand même. En fait je n'avais pas réellement l'habitude de me donner en spectacle. J'étais spectateur de sa confusion et ce n'était pas pour le moins... Déplaisant. Je constatais alors que ce dernier avait la possibilité de grossir ou réduire sa masse corporelle. Cela jouait-il sur sa vitesse de déplacement et sa force de frappe ? Quand bien même on prend connaissance de mon don, il est impossible de nier cette célérité qui s'empare de chacun de mes membres. Pour cette  bestiole il était difficile de savoir ce qui s'emparait d'elle, à part une haleine de chacals. En plus il bave autant qu'il ne pleut... Je te jure, avec seulement ce qu'il bave en cinq minutes j'étais persuadé qu'il pouvait permettre à Meryl de s'hydrater. Non c'est dégueulasse.

Je faisais glisser la barre de fer d'une main à une autre, restant caché aux yeux de la bête. Finissant par me montrer aussi rapidement que j'avais disparu, je penchais ma tête sur le côté. Il faisait face à quelque chose encore plus rapide qu'une balle. Levant un large sourire quand il montra sa colère. Il faut croire qu'on allait réellement s'amuser. Je sens que jouer avec ses nerfs ça peut être quelque chose de cool. Sautillant sur place, je ne lui offris aucune réponse immédiate ou quelconque dans l'immédiat. Grosse flemme, même si mes mots s'avéraient plus crus et plus énervants que mes gestes. Mais je n'avais clairement pas peur d'utiliser mon don et qu'il comprenne ce dont j'étais capable.

Captain America le comprenait bien, ce n'est pas pour autant qu'il anticipait mes attaques. Il les prenait en pleine gueule et la seule fois où j'ai pris un coup venant de lui... euh, ah oui. Non, je me souviens du marteau.  Me secouant négativement la tête, je tremblais déjà d'envie de lui adresser la parole. Ah putain c'est dur de se contenir, j'suis vraiment pas fait pour ne pas être loquace, c'est une certitude ça... Redressant la barre de fer, la tenant par le bas pour que le haut repose entre mon cou et mon épaule. Je lui adressais toujours ce sourire un tantinet soit peu moqueur. J'avoue, j'avais un gène de fils d'enfoiré. Tapotant très rapidement du pied par terre j'ai poussé un soupire. Je me suis auto-décrédibiliser... je me suis mis à parler.

« Ah putain, t'as tellement une gueule de clébard enragé, c'est difficile de pas te tailler mon petit mouton noir. Mais t'en fais pas tu comprendras bien assez vite ce qu'il se passe, mais pas aussi vite que moi hein. Non parce que franchement... »

A peine ces mots finalisés je devais déjà avoir disparu de son champ de vision. Et ce n'est pas comme si  j'avais finis ma phrase non. Je m'étais coupé en pleine phrase pour apparaître derrière lui, toujours en pleine course, je frappais dans le creux de ses rotules. « ...Franchement... » J'ai encore disparu, me situant à plusieurs mètres devant lui. Tenant la barre de fer comme une batte de baseball. Toujours armé de mon cynisme et de ma chère et fidèle ironie je prononçais ces derniers mots : « ...Tu l'as pas vu venir celle-là. » Le coup que je lui réservais était bien violent, il allait chier des cactus ça c'est clair et net. J'utilisais une nouvelle fois mon don, mais là je pense que j'ai merdé. A mis chemin j'ai pas vu la marre de sang libéré par l'éclatement de la tête du connard de braqueur. J'ai glissé dessus en tombant comme une merde par terre. La barre de fer s'éclipsant d'entre mes mains pour se faufiler un peu plus haut. Elle va retomber lourdement par terre. Je m'étais bien niqué le coccyx, et en plus j'étais pas loin de la chose.

« Et moi aussi... »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas






avatar



∆ CRÉDITS : jackass (avatar) + tumblr (gifs)
∆ CÉLÉBRITÉ : stanley martin lieber
∆ DOLLARS : 7089
∆ SCHYZO ? : everyone !
∆ ÂGE DU PERSONNAGE : quatre-vingt douze ans
∆ NOM DE CODE : stan lee
∆ STATUT CIVIL : marié à joanie lee
∆ RACE : humain
∆ JOB : gérant d'un stand de comics en plein manhattan
∆ COULEUR RP : #ffffff





Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: for a few dollars more. • ft. edward.   Sam 19 Mar - 21:14


DEUXIÈME ÉVENT

Civil War

L’agitation causée à Chinatown a attiré les regards, a fait des curieux comme des victimes de la peur. Certains filmaient, d’autres couraient de l’autre sens par crainte. Et certains appelaient les forces de l’ordre. Ce qui eut pour goût d’attirer le gouvernement américain, prévenus que les légendaires Quicksilver et Venom se combattaient en pleine rue, sous les regards des innocents, causant dégâts et cris d’effroi. Non seulement les forces de l’ordre se pointèrent par leurs sirènes au loin, mais également une seconde troupe d’agents du gouvernement se ramenaient à leur tour pour tenter de neutraliser ces deux individus et de leur faire appliquer la loi par la force. Maintenant, à leur choix, soit continuer à se battre mais risquer de se faire attraper, soit essayer de combattre tous les hommes qui les encercleront ou soit s’enfuir et se taire pendant un bon moment pour éviter d’attirer à nouveau l’attention.



Revenir en haut Aller en bas







Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: for a few dollars more. • ft. edward.   

Revenir en haut Aller en bas
 
for a few dollars more. • ft. edward.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elections:INITE et L'odeur des dollars de Petrocaribe
» Une milliardaire lègue 12 millions de dollars à son... chien
» Edward aux mains d'argent
» Le p'tit jardin d'Edward W. Flower ∼
» Les Pokédollars.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AGE OF HEROES ::  :: Archives :: Anciens RP-
Sauter vers: