AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les prédéfinis Marvel (surtout les PVS) !
Nous manquons de mutants, de vilains et de civils ! N'hésitez pas !


N'hésitez pas à venir voter pour nous aux top-sites toutes les deux heures !
Et également à remonter notre sujet PRD !


MERCI DE PRIVILÉGIER LE GROUPE DU GOUVERNEMENT ET DES CIVILS !!

Autrement, nous nous verrons contraints de fermer certains groupes.
Merci de votre compréhension.


Partagez | 
 

 I wanna run away. (pietro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 







Invité

Invité








MessageSujet: I wanna run away. (pietro)   Sam 19 Mar - 14:08

i wanna run away
pietro & meryl
Sa capuche sur la tête, Meryl traversait une rue du Bronx, cherchant désespérément à s'en sortir ce soir. Elle n'avait plus rien depuis quelques jours, sauf deux barres de céréales qu'elle avait mangé bout par bout pour tenir le plus longtemps. Mais elle venait de terminer son dernier petit bout. La jeune fille se devait de passer à l'action, mais elle ne pouvait pas se permettre de se faire repérer à cause de ce stupide recensement. Meryl repéra un homme plus loin qui avait l'air de ne manquer de rien. Il tenait une mallette. Y-avait-il de l'argent dedans ? Cette mallette piquait la curiosité de la mutante. Alors, elle commença à filer l'homme, discrètement, cherchant à voir s'il lâchait sa mallette des yeux. Et après trente minutes, l'opportunité se présenta. Il s'assit sur un banc, posant sa mallette à ses côtés. Meryl utilisa son pouvoir pour faire glisser la mallette vers elle sur un filet d'eau. Après son forfait accompli, elle s'enfuit dans une ruelle.

Une fois seule, et s'assurant qu'il n'y a personne autour d'elle, Meryl ouvrit la mallette. Stupéfaction. Elle n'avait absolument pas imaginé ce qu'il y avait dedans. Un pistolet et des recharges. Il pourrait lui arriver beaucoup, beaucoup d'ennuis si on la voyait avec ça sur elle. Mais bon, au point où elle en est, elle aurait quand même des ennuis. Néanmoins, elle ne pouvait pas se défiler. Qui sait ce qu'il se pourrait se passer si elle laissait cette mallette ici ? Quelqu'un de mal intentionné pourrait s'en servir, et elle ne pouvait pas la rendre, elle se ferait pincer. Elle retira le pistolet et les recharges pour les mettre dans son sac à dos, elle verrait plus tard pour s'en débarrasser dans un endroit où personne ne pourra le trouver. Et puis, un cri. Ce n'était pas un cri d'effroi, de peur, ou autre chose. Elle était juste repérée.

C'était la merde. La grosse merde. L'homme de tout à l'heure se dirigeait vers elle, elle n'avait pas remarqué, c'était un des leurs. C'était un agent du gouvernement, il l'avait cramée. C'était vraiment la merde. Et puis il n'était pas tout seul. Il avait amené ses copains. Combien étaient-ils ? Dix peut être. Le coeur de Meryl se mit à battre très rapidement, la peur l'envahissait. Comment avait pu t-elle être aussi idiote ? Meryl se mit à courir sans réfléchir, elle avait encore sa capuche alors peut être qu'ils finiront par la confondre avec d'autres gens. Elle sortit de la ruelle en courant le plus rapidement possible, elle essayait de chercher à utiliser son pouvoir sans se faire repérer. C'était pas gagné.

Il commençait à pleuvoir. Ce n'était même pas une petite pluie, mais c'était presque une tempête. Elle se retourna un moment pour voir où ils étaient, ils la poursuivaient encore, elle utilisa son pouvoir pour faire des flaques d'eaux sous leurs pieds et qu'ils puissent glisser dessus. La plupart ont glissé, ce qui laissa à Meryl une petite avance, mais un d'entre eux en a profité pour la rattraper et se mettre face à elle. Il lui attrapa le bras pour l'arrêter. Par panique, elle se retourna pour attraper le bras avec lequel il la tenait pour enlever assez d'eau de son bras pour qu'il la lâche. Elle lui enleva tellement d'eau qu'il s'évanouit. Meryl repoussa le corps de l'agent et renvoya l'eau dans son corps. La jeune fille continua de courir aussi vite qu'elle le pouvait, mais elle était faible, étant donné qu'elle ne mange jamais correctement. Elle se planqua dans une ruelle, derrière une poubelle pour reprendre son souffle.

Quelques minutes plus tard, elle se releva, essayant de trouver une échappatoire. Elle n'entendait plus les agents, et il pleuvait toujours. Meryl avait peur d'utiliser réellement son pouvoir. Elle a toujours vécu cachée et si elle utilisait son pouvoir, le gouvernement allait la poursuivre, et elle ne voulait pas d'une vie comme ça. Elle se dirigea vers l'autre bout de la ruelle, pensant qu'elle était libre. Et sauf que non. Un agent l'avait retrouvé. La panique l'envahit de nouveau et se mit à courir de l'autre coté, sauf qu'un autre agent était de l'autre côté. Elle était tout simplement coincée. Meryl tremblait, elle savait qu'elle n'avait pas le choix, elle allait devoir utiliser son pouvoir ou ce qu'elle avait dans son sac. Elle venait de se souvenir qu'elle avait encore ce pistolet, alors elle le sortit et le pointa vers un des deux agents, paniquée, espérant au fond qu'il n'était pas chargé, elle ne voulait pas tuer, elle ne voulait pas être une meurtrière. Ça la tuerait.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: I wanna run away. (pietro)   Sam 19 Mar - 15:09

meryl & pietro

“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

J
e me demandais si je devais rester ou partir. Il y avait beaucoup de tensions dans cette ville. Le gouvernement contre les êtres spéciaux ou justiciers humains indépendants. En tout cas, ça s'y prêtait plus que mes interprétations de me meurtre avec préméditation à chier. Les mains dans les poches de ma veste, je ne me suis pas écarté, je voyais des arrestations. La capuche sur la tête, je restais un tantinet plus discret en fomentant des idées un peu noires à l'idée de cet événement... Qui parle d'un acte héroïque là ? Je ne jouais pas les sauveurs, j'avais des intentions en venant à New York et je n'allais pas jouer le courant d'air sauveteur à leur égard.

J'ai des personnes à retrouver. Et c'est en quittant les Avengers que j'ai pu me permettre cela. Mais là je m'étais encore prouvé à moi-même que leur vision du monde n'était pas celle à laquelle j'adhérais. En fait je n'aime pas penser ça, mais Ultron n'avait pas tort sur un point. Les Avengers voulaient protéger le monde, mais ne voulaient pas qu'il change. C'était quelque chose que je ne pouvais nier vis-à-vis de cette intelligence artificielle, elle avait une vaste ouverture d'esprit et certainement plus de connaissances sur les humains qu'en avaient Stark et Banner réunis. Quoi qu'il en soit, je ne regrette en rien ce que j'ai fais pour cette personne car quand le quotidien est tout le temps le même, tout aussi rapide que lent...

J'aimerai me trouver un juste milieu dans lequel je pourrais me plaire. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je me suis éclipsé définitivement de cette organisation qui n'a rien d'un refuge. Je savais que j'avais une dette envers l'Amérique... voir envers le monde, mais ce n'était pas le meilleur endroit pour payer sa dette. C'est alors que je pu remarquer un peu plus d'agitation non loin de ma position. Fronçant légèrement les sourcils, je sortis les mains de mon blouson. Je m'approchais un peu plus, me protégeant de la pluie toujours par ma capuche, je crus reconnaître la silhouette. En face de moi, je marchais dans le sens contraire des personnes qui semblaient manifester de l'attention.

Meryl ? Voilà qui était bien ironique. On ne s'était pas vu depuis un petit moment mais j'avais veillé à revenir en coup de vent, littéralement, pour lui déposer de l'argent. Au final, j'ai l'impression qu'on se retrouvait comme on s'est rencontrés. Un petit sourire aux lèvres, je n'oubliais pas la situation dans laquelle elle se trouvait. Putain, comment on peut s'en prendre à elle ? Elle n'a jamais rien demandé à qui que ce soit. Grinçant un peu des dents, j'allais agir si elle ne comptait pas le faire. Elle s'était refugiée dans une ruelle, suivit d'un autre agent. Gouvernement ? SHIELD ? C'est la même merde, il ne la touchera pas. Je les suivais en restant discret, jetant un bref regard  dans la ruelle pour constater qu'il s'agissait d'un cul de sac. Meryl était prise au piège.

Abaissant ma capuche, je me suis craqué naturellement le cou avant de prendre un appui certain. Je vais le percuter à plus de 100 km/h, au pire il tombera dans le coma, au mieux... Plusieurs os de brisés. Mais il sait dans quoi il s'est engagé en traquant des mutants, des optimisés... Je n'aurai aucun regret. Et tout à dû se passer extrêmement vite. Lui donnant un coup d'épaule en plein dans le dos, c'est sa colonne vertébrale qui a dû prendre.  Il avait dépassé la dernière poubelle de la ruelle pour rentrer en plein dans un mur de brique. Il tomba dans l'inconscience alors que moi je stoppais ma course au niveau de l'agent. Me retournant, mon regard s'abaissa vers blondie, je finis par m'accroupir à son niveau, en face d'elle.

« Salut ma belle. Encore dans des ennuis ? »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: I wanna run away. (pietro)   Sam 19 Mar - 16:42

i wanna run away
pietro & meryl
Meryl ne s'était jamais retrouvée dans une telle situation, il y avait de quoi paniquer. Elle avait un pistolet dans sa main droite, elle le pointait vers l'agent devant elle, son doigt tremblait près de la gâchette. Et si elle le tuait ? D'une certaine manière, elle se retrouvait plusieurs années plus tôt quand elle a failli tuer son beau-père. Elle n'avait aucune envie de tuer, d'avoir du sang sur les doigts, elle ne pourrait pas supporter un tel fardeau. C'était juste impossible. Même si, au fond, elle était une survivante, elle ne survivrait pas à ça.

Et puis, tout se passe vite. C'était étonnant. Meryl avait l'impression que c'était familier. En une fraction de secondes tout était fini. Mais ça a laissé le temps à Meryl de crier un bon coup et de se baisser, comme si elle était apeurée, comme si elle voulait se protéger contre tout. Elle était presque recroquevillée sur elle-même, même si cette impression familière lui faisait un peu de baume au coeur dans cette situation. Elle avait l'air d'une enfant égarée, comme si elle avait fait un bond en arrière, comme si elle avait perdu tout maturité en une fraction de secondes. La jeune fille serra le pistolet contre elle, au fond elle tenait tellement à la vie qu'elle n'était plus aussi sûre de son refus d'attenter à la vie d'autrui.

Une voix familière la sortit de ses pensées sombres. Elle entendait tout autour d'elle. La pluie continuait de tomber sur elle, elle releva les yeux vers la voix et une silhouette se dessina devant elle. Ironie du sort, en effet. C'était Pietro, qui l'avait une nouvelle fois sauvée. Sa panique retomba d'un coup, même si elle ne savait pas ce qu'il s'était passé autour d'elle dans les détails. Dans un sens, elle savait qu'elle était en sécurité, ou du moins c'était la première pensée qui lui vint à l'esprit. Elle ne parlait pas, elle le regardait longuement, comme si elle était dans un rêve, comme si elle n'arrivait pas à croire que sa course poursuite était terminée.

La pluie la ramena à la dure réalité, elle se leva doucement, rangeant le pistolet dans son sac, les jambes encore tremblantes à cause de la peur qu'elle venait d'éprouver. Elle était toute trempée, elle poussa Pietro jusqu'à un abri, elle retira l'eau de ses propres vêtements, la jeta au sol. Elle posa délicatement sa main sur l'épaule de Pietro, retirant aussi l'eau de ses vêtements pour qu'il soit au sec, et finit par jeter l'eau au sol. Comme tu le vois, oui, encore des ennuis.. Elle se mit à rire légèrement, riant d'elle-même. Après tout, ces ennuis, elle les avaient cherchés. Merci.. Elle se mordille un peu la lèvre, les émotions retombant. T'arrives toujours au bon moment, c'est fou..

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: I wanna run away. (pietro)   Sam 19 Mar - 17:33

pietro & meryl

“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

Q
uel timing magistral. Je pouvais me vanter ? Je sais que j'ai tendance à me complimenter mais là. Je reprenais tout aussi bien une très courte respiration. La forte inspiration venait toujours satisfaire le corps en proie d'évacuer une rancœur gigantesque. Elle s'envenimait à chaque fois que Wanda me cachait un mal qui la rongeait de l'intérieur. Ponctué à cela, j'étais impuissant face à ce qui émanait de ma jumelle. Ce n'était pas en courant que j'allais pouvoir faire quelque chose pour elle. La seule chose qui entrait dans mes aptitudes pour l'aider était mes mots. Elle hantait mes pensées depuis que je l'avais laissé aux Avengers, décidant de faire cavalier seul. Pour Meryl j'ai toujours eu une pensée pour elle, sacrifiant de mon temps pour qu'elle s'en sorte financièrement.

Mais il fallait croire que je n'avais pas réellement réussi à la sortir de ce pétrin. Mais je ne devais pas me séparer d'elle, pas maintenant. Pas avec ce qu'il se passe dans les rues, pas quand les honnêtes personnes mutantes sont privées de leurs droits. J'avais remarqué le calibre que Meryl emportait avec elle. J'ai légèrement déglutis, ne faisan aucune réelle remarque sur le pourquoi de la présence de cette arme. Je pensais bien qu'elle avait du caractère, mais de là à se procurer un flingue ? Autant qu'elle le conserve sans réellement l'utiliser, si elle savait s'en servir. Je sais que ça n'est pas sorcier, mais il y a toujours des petits cons qui font les malin et à cause du recul ils se pètent le nez. Je me suis raclé légèrement la gorge, la laissant s'enliser dans un petit silence.

Il fallait que je lui laisse le temps de récupérer, cela n'a pas dû être simple pour elle de faire face à ce genre de harcèlement.  Quant à moi, je gardais mon silence olympien, ne parlant pas trop comparé à d'habitude. Mais ce n'était pas encore choquant et de toute façon je n'allais pas tarder à parler. Alors voilà qu'elle se redressa et m’entraîna sous un petit abri pour nous épargner la pluie battante. Je détestais la pluie, ça avait tendance à m'empêcher de courir comme je le veux. Tout à l'heure je n'ai eu ni chance ni effort à faire, j'ai exercé une course sur une petite distance. Ces fines pensées se sont retrouvées découpées par les paroles de Meryl qui approuva ma première affirmation.

Au moins, je n'ai pas à me retenir sur l'emplois d'expressions comme le héros qui sauve sans cesse la demoiselle en détresse. Ce n'est pas moi qui lui inventais une vie, c'est elle qui le disait. Un petit sourire s'adressa à cette première phrase alors qu'elle chevaucha la suite. Je me suis sentis drôlement sec tout de même, regardant mes vêtements alors, je prenais vite conscience qu'elle avait usé de sa mutation. Ouais, faut pas trop que je fasse le surpris, je n'ai pas été une flèche sur le coup. Quand elle finalisa ses mots, je sentais dans le ton de sa voix que la pression s'était estompée petit à petit. Croisant les bras et prenant appui contre le mur, je la regardais, restant toujours à quelques centimètres d'elle.

« Ah mais pour toi, j'ai l'impression que je serai toujours là ! Je pense monter une boîte à ce propos : Save Meryl Corporation, ou une association. J'suis sûr que je vais me faire une masse d'argent. »

Prononçais-je avec le sourire, mes mots accompagnés d'un geste du poing qui caressa rapidement la joue de Meryl en poussant très délicatement. Marquant la taquinerie qui pouvait se dégager de mes propos. Et puis elle me connaissait désormais, elle savait que l'humour s'était imprégné de mon code génétique. Si je ne l'ouvrais pas, je me sens mal dans ma peau et je deviens encore plus chiant. En fait, je reste bavard dans tous les cas. Remettant les mains dans le fond de mes poches de ma veste, je me redressais pour lui faire face et enfin continuer de parler. Oh mais qu'il est chiant, il veut pas fermer sa gueule cinq petites minutes ?

« Plus sérieusement, tu devrais songer à quitter New York. T'es en plein dans l'oeil du cyclone, et je compte pas les laisser t'emporter pour un recensement à la con. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: I wanna run away. (pietro)   Sam 19 Mar - 18:56

i wanna run away
pietro & meryl
Il est vrai que c'était compliqué la vie à New York en ce moment. Tout le monde était sur ses gardes et leur stupide nouvelle loi n'arrangeait rien. Meryl l'avait remarqué. C'était beaucoup plus compliqué de duper les gens et les voler. C'était plus compliqué de les approcher, d'entendre des conversations indiscrètes. C'était plus compliqué pour Meryl de vivre, plus globalement. Même si Pietro lui donnait de l'argent, elle ne l'utilisait jamais. Tout était caché au fond de son sac, elle s'était promis de ne jamais l'utiliser sauf en cas d'extrême nécessité. Le cas ne s'était jamais présenté à ses yeux, alors tout était dans son sac. Pour son acte, elle ne le remercierait jamais assez. C'était la première personne sur qui elle pouvait compter depuis des années, depuis sa mère en fait. C'était tellement perturbant, elle avait du mal à l'accepter au départ, mais elle essayait d'accepter le fait qu'une personne pouvait l'aider, qu'au fond, elle n'était pas seule.

Meryl n'était pas seule, mais elle l'était tout de même au quotidien, penseront les gens. Mais sa mutation était là au quotidien, dans un sens l'eau était son amie et au moins, elle pouvait compter sur sa mutation. Elle aussi, elle avait mis du temps à l'accepter, mais aujourd'hui, elle était fascinée par toutes les choses qu'elles pouvaient faire, et aussi effrayée. Tout semblait compliqué alors que tout était simple. Peut-être qu'elle devait tout simplement se laisser aller et arrêter de réfléchir comme elle le faisait. Mais c'était tellement risqué. Si elle se laissait aller, elle pourrait devenir folle, au fur et à mesure, et elle ne le verrait même pas.

Lorsque Pietro reprit la parole, Meryl retirait l'eau qu'il y avait en bas de ses cheveux, faisant attention à ne pas les assécher puis mit ses mains sous la pluie, comme si elle voulait se ressourcer, s'hydrater. Ça l'aidera à mieux tenir, sachant qu'elle n'avait pas mangé. Peu importe qu'elle mange ou non, du moment qu'elle était hydratée, elle pouvait vivre. Certes, elle négligeait sa santé, mais c'était le cadet de ses soucis. La remarque de Pietro la fit doucement rire. Son humour arrivait à la détendre, à faire retomber toute la peur, la pression, la panique. la Save Meryl Corporation ? Original, j'aime bien moi. Elle lui fit un doux sourire, histoire de le rassurer, s'il s'était inquiété après ce qu'il s'était passé.

Son sourire s'effaça, lorsque Pietro parla de nouveau. Quitter New York ? Ça n'était pas une mauvaise idée, au fond. Mais pour aller où ? Cela ne servirait à rien de fuir, rien du tout, d'après Meryl en tout cas. Elle non plus n'avait pas l'impression d'être recensée. Meryl soupira longuement, retirant ses mains de sous la pluie et s'asseyant sur le sol, fixant devant elle. Je n'ai pas envie d'être recensée, je te rassure. Mais où veux-tu que j'aille, Pietro ? Où ? Je connais cette ville comme ma poche, et je ne peux pas retourner à Washington, et je ne veux pas partir dans une ville inconnue.. Je ne peux que rester ici. Meryl n'avait pas non plus envie de partir, de fuir, elle n'était pas comme ça. Enfin, si, quand on l'attaquait, mais ce n'était pas la même chose. New York était un peu chez elle.

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: I wanna run away. (pietro)   Sam 19 Mar - 20:12

pietro & meryl

“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

E
lle m'avait tout de même manqué, c'est un fait que je ne peux nier. Et il était réellement ironique de se retrouver dans de telles conditions. A croire qu'on mettrait ça sur le dos du destin, mais je ne suis pas spécialement quelqu'un de superstitieux... Voir pas du tout. Quoi qu'il en soit, elle était saine et sauve et consciente du danger qui rongeait les rues de New York pour les personnes comme nous. On ne pouvait plus se permettre de se montrer en plein jour. Le Gouvernement n'avait pas à faire le tri chez les individus de cette manière. C'est là que je comprend d'où vient la haine de Marcia quand elle me disait avec haine et fierté à quel point ses desseins pour éradiquer les humains lui tenaient à cœur.

J'étais à la recherche d'une Confrérie dont les intérêts étaient les mêmes, prôner le règne mutant. Mais pour une raison que j'ignore, selon mes informations, je me sentais bien plus proche des idéaux d'un mutant indépendant ou alors aider mon prochain. Je sais que les humains, comme je l'ai été, ont tendance à définir le bien et le chaos... Ils tentent de contrôler ce qui ne peut l'être et font des erreurs. Mais leurs échecs sont bienveillants, cela pouvait se relier à une naïveté tranchante, mais je devais me nourrir de plus amples informations. Je ne supportais pas l'idée que Meryl continue de survivre et soit en plus poursuivie parce qu'elle a un truc que les humains n'ont pas. Elle n'a encore jamais ôté la vie avec son don en pleines rues depuis que je le connais.

Quand bien même j'ai tué des humains qui travaillaient avec fidélité pour HYDRA, je ne regrette en rien cela. Mais je pouvais être son bouclier, même si elle nourrissait une fierté montrant qu'elle pouvait se débrouiller seul... ça ne changera rien pour moi. La Save Meryl Corporation semblait lui plaire, et j'accompagnais son sourire d'un petit ricanement bienveillant. Son sourire avait une force que je ne saurai expliquer explicitement. Cela était loin de me rendre indifférent. Elle pouvait me faire tirer un instinct sur-protecteur sans en avoir conscience mais c'est là que résidait le côté unique cette personne. Son don n'était pas que celui de l'Hydrokinésie, elle en avait tellement déjà de par sa bienveillance, sa force pour survivre au sein de cette ville.

Mais on a tous besoin d'une main louable et je voulais en tendre une à Meryl. Elle savait ce qu'il se passait à New York donc, mais il est vrai qu'elle n'a jamais dû réellement réfléchir à un autre endroit. Quand je lui disais de quitter New York je ne lui disais pas forcément de continuer d'être SDF. J'aurai dû donner certaines précisions. Je pensais que ça pouvait lui faire plaisir après tout. Il était question de renouveau et de repartir à zéros. Elle donnait des arguments pour la forcer à rester ici. Arquant les deux sourcils je plantais doucement mes deux mains sur ses épaules, me montrant tout aussi bien rassurant que protecteur. Faisant un non de la tête, je refusais qu'elle reste ici.

« Pendant mon absence j'ai découvert certains endroits au-delà de New York, dont un en particuliers. Une école, une sorte de refuge pour les gens comme toi et moi. Tu aurais un toit, et de nouveaux liens à forger, un nouveau chez toi. Mais je ne te laisserai pas une seconde de plus à New York, Meryl. » Marquant une courte pause dans mes propos, je repris la parole. « J'te demande pas non plus de m'épouser, mais juste d'essayer là-bas. J'ai pas envie qu'un fonctionnaire du gouvernement te fasse du mal. »

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: I wanna run away. (pietro)   Dim 20 Mar - 21:55

i wanna run away
pietro & meryl
Si sa mère était encore en vie, Meryl vivrait une vie tranquille à Washington, protégée par sa mère. Mais avec "si", on referait le monde. Meryl ne devait compter que sur elle-même. Même sa tante éloignée n'avait pas voulu d'elle. Tout le monde la détestait à l'école et personne ne s'occupait d'elle à l'orphelinat. Elle ne pouvait pas comprendre qu'une main amicale pouvait lui être tendue. Ce n'était juste pas possible. Au fond, sa seule amie, c'était sa mutation. C'était la seule à pouvoir l'aider dans les moments durs. Mais elle devait comprendre qu'une main humaine pouvait lui être tendue. Comme celle de Pietro aujourd'hui. Meryl n'aimait pas se sentir redevable, c'était un sentiment qu'elle essayait d'éviter à tout prix. Ce n'était pas le seul sentiment qu'elle refoulait. Bien qu'elle s'ouvrait à Pietro, ce qui la surprenait déjà beaucoup, elle avait tout de même du mal à accepter qu'elle s'ouvrait à quelqu'un. Sa mère s'était ouverte à quelqu'un et elle en était morte. Meryl était très pessimiste sur la question des sentiments, mais il fallait tout de même essayer de la comprendre. A part sa mutation et son ami imaginaire, son premier vrai ami est le garçon qui venait de la sauver une nouvelle fois. Et pour elle, c'était assez compliqué de poser un mot simple sur sa relation avec Pietro. Ils n'étaient pas qu'amis, elle ignorait déjà s'ils étaient des amis, et elle ignorait déjà ce qu'était un ami. Bref, Meryl est paumée en la matière.

Toutefois, ce n'était pas le genre de Meryl de reculer devant le danger. Sa mère lui avait bien enseigner que fuir devant le danger ne résoudrait rien, fuir n'est jamais une solution, sauf quand ta vie est en danger et que tu n'as d'autres choix que de courir, là c'est une solution. La mère de la jeune fille lui avait apprit qu'elle se devait battre devant chaque difficulté qu'elle allait rencontrer, que ces batailles la rendraient plus forte à l'avenir. Au fond, sa mère n'avait pas tord, bien sûr que les batailles rendent plus forts, mais Meryl n'était pas sûre d'avoir assez de force pour se battre, bien qu'elle n'ait pas le choix. Il serait facile de fuir, encore et toujours, mais elle devra se battre un moment ou à un autre. Sentant les mains sur ses épaules, Meryl revint encore à la réalité et ne fit que le fixer un moment, ses paroles la replongeant encore dans d'autres pensées.

Meryl écoutait Pietro très attentivement. De quel endroit parlait-il ? Si c'était une sorte d'orphelinat, c'était même pas en rêve, bien que l'idée de se retrouver avec des personnes qui lui ressemblaient la tentait un peu. Elle était intéressée par sa propre mutation mais aussi par les autres. Pietro n'était certes pas un mutant réellement, mais sa faculté l'intéressait énormément. Il lui tendait la main, il essayait de l'aider. Cela lui procurait un sentiment de bien-être, un sentiment de joie. Elle était heureuse, au fond de son petit coeur, qu'on cherche à l'aider, qu'il cherche à l'aider et la protéger. Mais elle s'était toujours refusée d'accepter de l'aide, trop peureuse. Elle se mit doucement à rire, quand il reprit la parole. Je ne suis pas sûre que tu voudrais épouser quelqu'un comme moi. Meryl haussa simplement les épaules. Tu connais vraiment cet endroit ? Qu'est ce qui te dit que ce n'est pas un piège pour attirer les gens comme nous pour qu'ils se fassent recensés...? La jeune fille déglutit, haussant une nouvelle fois les épaules et baissant les yeux. Il était clair que l'inconnu la terrorisait dans un sens.

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: I wanna run away. (pietro)   Mar 22 Mar - 16:08

pietro & meryl

“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”

I
l se passait des choses dont on pouvait très justement se passer. A vrai dire je ne voulais pas la laisser. Je l'ai déjà fait une fois et je ne comptais pas recommencer. Ce n'était plus dans ma logique, les événements étaient tels que je ne pouvais pas me permettre cela. Il fallait que je la protège elle et Wanda des forces gouvernementales. Quitte à faire preuve de violence, je ne regretterai en rien de protéger les personnes qui me sont chères. Au final mon idée pouvait s'avérer utile. Elle méritait de quitter ces rues, ne plus ressentir cette atmosphère humide et dégueulasse. Je sais que je n'ai pas pu rester proche de Wanda, mais je saurai l'être de Meryl si ça pouvait contribuer à son bien être. Ce n'était pas là le geste d'un Super-Héros ou même d'un Héros... non c'était l'acte d'une personne qui avait énormément d'affection pour elle. Je crois qu'il était facile de discerner l'importance que je lui portais, mais elle, j'espérais qu'elle le voyait.

Je repensais alors à toutes ces arrestations, je ne préférais pas me demander comment cela pouvait se passer pour les proies du gouvernement. Leur identité révélée au monde entier et leur vie se poursuit ? Je ne crois pas que ça se passait comme ça... Leur vie privée sera ruinée, les humains feront des amalgames sur eux alors qu'ils cautionnaient la présence des Avengers malgré la destruction de New York. J'ai contribué à cette même destruction avant, mais je me suis remis en question. Mon avis sur les Avengers n'a en revanche jamais changé et je ne voyais pas en quoi je devrais changer de point de vue. Il pouvait y avoir des victimes parmi ceux qu'on appelle les non-recensés ou les résistants. Je n'aspirais pas à tuer, mais ceux qui atteignent ma vie, ceux qui veulent me tuer... Je me verrai dans l'obligation de rendre les coups.  Au final, l'Institut Xavier pouvait à la fois veiller sur Meryl, et j'aurai les réponses que je cherche depuis que j'ai quitté les Avengers.

Il m'était impensable que je me sépare de Wanda un jour, alors autant poursuivre sur la voie que je suis actuellement. J'inspirais profondément en laissant mon souffle s'expulser, se manifestant dans les airs alors que la jeune mutante exprima son avis sur mon ironie. J'exprimais un petit sourire, tout aussi chaleureux et bienveillant. « Tu rigoles ? J'ai envie que tu m'épouses et qu'on ait des enfants plus tard. Justement, veux-tu m'épouser hm ? » Prononçais-je en ponctuant la question d'un petit ricanement. Il fallait bien souligner la taquinerie. Même si je suis sûr qu'elle en meurt d'envie ! Mais on est vite repartit sur le sujet qui venait de moi. Le projet de l'emmener à l'Institut. Il ne m'était pas impensable que le Gouvernement puisse y faire un saut. A l'heure actuelle, on devrait éviter de s'y pointer. Mais avec l'argent que je possède nous avions les modestes moyens d'attendre que l'Institut soit un endroit sûr. Mais le sujet était plus profond et résidait dans les propos de la jeune fille. Grimaçant légèrement, je savais que cet Institut était bien plus bienveillant que moi.

Je me suis approché alors d'elle, demeurant à quelques centimètres d'elle, mes doigts redressaient son visage par son menton. Mon regard plongé dans le sien, je lui adressais calmement quelques mots. « J'ai vu comment fonctionnais cet endroit, et pour les personnes comme nous... c'est justement ce qu'il nous faut. Ils préfèrent leur indépendance et je pense que ça peut amener le Gouvernement jusqu'à eux. » Je libérais dés lors son menton de mon emprise pour que ma main navigue sur la joue de la jeune mutante. Il était malvenu de l'appeler "jeune", je n'ai que deux ans de plus qu'elle après tout. Il fallait néanmoins que j’apaise les apprioris qu'elle pouvait nourrir. « Mais ça ne veut pas dire que c'est dangereux. Tu y seras accueillie les bras ouverts. » Prononçais-je alors que pour une fois j'ai effectué une action en y réfléchissant réellement avant, j'étais conscient de la sincérité de mon geste alors que mes lèvres s'étaient emparés de celles de Meryl. Pour une fois une action me semblait lente.

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: I wanna run away. (pietro)   Sam 2 Avr - 23:01

i wanna run away
pietro & meryl
Pourquoi était-elle si inculte en relations humaines ? Meryl connaissait les relations humaines, elle les constataient autour d'elle, mais c'était tout. Elle a ses propres relations, évidemment, mais elle avait du mal à les expliquer. Sa relation avec sa mère, elle pouvait l'expliquer. Mais le reste, elle ne pouvait pas. Les concepts d'amour et d'amitié, elle ne les connaissait pas, ou peu. Même certains concepts familiaux lui échappaient. Malheureusement, c'était dû à son histoire, la seule personne qui était proche de Meryl était sa mère, alors ça limite les possibilités d'explications. Bien sûr qu'il existait les livres, mais, le ressenti était la meilleure expérience. Que Pietro veuille la protéger lui faisait plaisir, mais cela lui rappelait des souvenirs qu'elle préférait oublier. Sa mère voulait la protéger et Meryl voulait protéger sa mère, sauf qu'elle avait échouée. Elle aussi voulait protéger Pietro, mais elle ne pourrait pas se pardonner si elle échouait une seconde fois, déjà qu'elle ne s'était jamais pardonnée d'avoir d'échouer pour sa mère.

Pietro éveillait en elle des sentiments inconnus, elle n'arrivait pas à poser un mot sur ce qu'elle ressentait. Elle pourrait essayer de discuter dessus pendant des heures pour expliquer, mais elle n'arriverait surement pas. Il était compliqué de poser des mots sur des sentiments. Au fond, elle n'avait peut-être pas envie de poser des mots sur cela, ça banaliserait ses pensées et ses sentiments. La jeune fille avait l'envie de croire que sa relation avec Pietro n'était pas commune. En tout cas, pour elle, elle était différente des relations pré-établies. Sa petite plaisanterie sur le mariage la faisait doucement rire, bien qu'au fond, elle ressentit une légère pointe au coeur, ne sachant pas vraiment pourquoi. Elle laissa passer ceci, préférant lui répondre en souriant, histoire que cette blague ne se finisse pas. Il fallait mieux rire que pleurer non?

Bien sûr que je veux, voyons. Qui ne voudrait pas d'un homme comme toi, hein? Evidemment, Meryl ne pouvait pas nier à quel point Pietro était bel homme, mais chut, c'est un secret. Elle n'allait pas le lui dire, évidemment. Pourquoi ? Déjà, il prendrait la grosse tête et ses chevilles vont gonfler de façon phénoménale et ce n'était pas très pratique pour courir, pas du tout même. Et puis, elle ne s'imaginait juste pas lui dire ça, au milieu d'une conversation sérieuse. C'était totalement hors de propos. Bon, elle ne pouvait pas lui dire aussi parce qu'elle était (trop) timide de ce point de vue là. Et puis, Pietro recommençait à parler du sujet sérieux, alors bon, il fallait lui répondre sur ce sujet là n'est ce pas ? Sans qu'elle ne le voit, il s'était rapproché d'elle. Cette proximité la gênait-elle ? Oui et non, légèrement en fait. Meryl écoutait très attentivement ce que lui disait son interlocuteur, n'arrivant pas à dévier son regard. Elle regardait Pietro droit dans les yeux, lui-même la regardait de la même manière.

Tu as vu ce qu'il se passe là bas ? Bien qu'il venait de lui dire que oui, elle posa tout de même la question, surprise qu'il en sache autant sur l'Institut. Pourquoi n'y est-il pas allé avant alors ? Si Pietro avait confiance en cet endroit, elle ne pouvait qu'essayer de voir ce qu'il se passait là bas, histoire de se faire une propre opinion sur l'endroit. Meryl était profondément dans ses pensées quand Pietro s'approcha encore d'elle, il s'approcha tellement d'elle qu'ii l'avait embrassée. Enfin, Meryl n'était pas non plus sûre à cent pour cent, elle avait vu des films où les gens s'embrassaient, mais ça ne lui était jamais arrivé avant, ce qui n'était pas non plus surprenant vu que sa liste d'amis était réduite. Ce baiser lui procurait des sensations étranges, inconnus mais pas désagréable. Au contraire, ça lui procurait un sentiment de bien-être, elle appréciait le baiser. Alors, tentant de se rappeler des maigres films romantiques qu'elle a vu, elle essayait tant bien que mal de répondre au baiser, le visage rouge de honte. Pourquoi avait-elle honte ? Elle ne préférait même pas penser à ce qu'elle faisait, elle pensait que ça devait être surement pathétique. Mais elle préférait penser aux sensations que ce baiser lui procurait et de laisser son corps parler pour elle.

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas







Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: I wanna run away. (pietro)   

Revenir en haut Aller en bas
 
I wanna run away. (pietro)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» [libre] I wanna be, the very best !!
» CBS wanna trade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AGE OF HEROES ::  :: Archives :: Anciens RP-
Sauter vers: