AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les prédéfinis Marvel (surtout les PVS) !
Nous manquons de mutants, de vilains et de civils ! N'hésitez pas !


N'hésitez pas à venir voter pour nous aux top-sites toutes les deux heures !
Et également à remonter notre sujet PRD !


MERCI DE PRIVILÉGIER LE GROUPE DU GOUVERNEMENT ET DES CIVILS !!

Autrement, nous nous verrons contraints de fermer certains groupes.
Merci de votre compréhension.


Partagez | 
 

 L'ancienne vie de Giggles, d'avant à maintenant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 






avatar



∆ CRÉDITS : http://tag-gallery.e-monsite.com/
∆ CÉLÉBRITÉ : Christian Bale
∆ DOLLARS : 2154
∆ SCHYZO ? : YES or YES ! YES I CAN, YES I DO !
∆ ÂGE DU PERSONNAGE : 22 années d'infini
∆ NOM DE CODE : Nom de code Delta ! XD ! Giggles ! GIGGLES ;).
∆ STATUT CIVIL : Célibataire, égalitaire, polygame et tout le bordel !
∆ RACE : Humain ? Humain OGN ? Alors lààà, je ne sais pas.
∆ JOB : Mercenaire à ses temps perdus, ou alors chieur de première.
∆ COULEUR RP : ROUUUUUGE ! ROUUUGE ! Et encore rouge, c'est bon le rouge, c'est beau le rouge.





Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: L'ancienne vie de Giggles, d'avant à maintenant.   Ven 20 Mai - 19:55

My first case in the mercenary world!

écrit solo

Je comptais bien éclaircir les secrets de l’homme indestructible, élu le plus beau du monde, sept fois depuis que l’on me connaît, le DonJuan des Donjuan’s ! Quoi ? Vous n’savez pas de qui je parle ?! Bande de… Voyons, avec le plus grand calme que je peux avoir dans mon pantalon, je suis sûr que vous savez au plus profond de votre petit trou de souris de qui je veux parler. BORDEL DE MERDE ! Cette phrase était beaucoup trop longue ! C’est de moi que je parle ! Giggles ! Le grand ! Le magnifique, le suprême même.

Commençons du début, le tout début où je venais d’être « moi-même », parce qu’avant d’être « moi-même », je n’étais pas vraiment ce que l’on pourrait dire le « moi-même de maintenant »… Je disais quoi déjà ? Ah oui ! Éclaircir les choses.

Si je me souviens bien, et je peux dire que je me souviens très bien de ce passage là de ma vie, au vue que ma folie était à son paroxysme, son plein régime, son apogée ! HAHAHAHAHA !

J’avais une nouvelle existence devant moi, une nouvelle mentalité et un cerveau plus que vide…très vide et esseulé… Je me suis tapé une bonne femme sur le trajet, j’ai tué son homme et j’ai volé leur décapotable, avec les capotes, pour le comble que je ne les ai jamais utilisé.

« Elles sont encore chez moi… »



Reprenons : une nouvelle vie, un nouveau cerveau, un mort sur le dos et une femme violée dans le coffre, je commençais fort ! Et puis, je ne sais pas, c’est arrivé comme ça, sur la route, je fumais un bon gros joint remplit de tas de merde à en tuer une vache…

« Ça a tué une vache… »



Quand j’ai réfléchis à mon avenir. « Oh bordel de putain de merde ! », je me suis dit, une main sur le volant, le joint dans l’autre, alors que l’autre hurlait dans le coffre, « La ferme la vache ! » J’ai hurlé. Et là, j’ai recommencé à réfléchir à ma vie future : une femme dans chaque bras, une grande maison remplit de gigantesque Guernica, plus faux les uns que les autres, j’ai même voulu avoir une pièce secrète où entreposer les corps. Quels corps ? À ce moment là, je n’en savais foutrement rien. Mais c’est comme si cette voie était tracée dans la lumière. La lumière qui s’était illuminé à moi en plein milieu de la route, et j’ai vu un ange ! Par malheur, il est passé par-dessus la voiture, mais ! Il m’a montré le chemin.

« Merci vieux ! »,

J’ai dit. J’aurais peut-être dû, de mon temps, m’arrêter pour lui offrir une petite taffe, mais vous savez, le destin n’attend pas. Je me demande ce qu’il est devenu ce bon vieil ange ? Encore en train de montrer la voie sur les routes ? Qui sait.
Je suis donc, par la suite de mon petit voyage sur la route, arrivé dans un trou paumé, qui puait la pisse et la merde de buffle, peut-être aussi de mouton…quelque chose de fort, et j’ai reniflé cette bonne vieille odeur, je vous parle pas que j’ai vomis sur le bas côté d’un mec bourré.

« S’cuse moi mec, mais putain qu’est-ce que ça pue ici. »,

Faut dire aussi qu’il était tellement bourré qu’il ne se souvint sûrement pas de ma gueule.

J’ai entendu une petite musique de piano, j’ai siffloté de mes poumons, oublié la merde que j’avais senti il y a quelque instants. Mes bras ont poussé les portes de la taverne, la musique s’est tût, et les habitués se sont retournés pour voir quel beau gosse était rentré dans le pub. Je ne vous dis pas l’effet que je leur ai fait, même un vieux a perdu son dentier dans son verre de whisky bien corsé.

« À ta santé grand-père. »,

J’ai continué à avancer, et je suis sûr d’avoir entendu le papy m’insulter, je m’en occuperais plus tard. Je me suis mis au comptoir du barman, et ai commandé quelques choses de bien relevé. Le barman m’a regardé d’un air hautain, je me rappelle avoir tellement sourit que je voulais voir sa tête sur une pique.

« -Vous avez de quoi payer ? Ce qu’il m’a demandé, avec son putain de torchon à la main en train de nettoyer le même verre depuis plus de putain de 10 minutes.


-Bien sûr que j’ai de quoi payer, alors sers moi quelque chose de fort.


-Est-ce que je pourrais voir votre argent pour que je puisse vous offrir quelque chose de fort. »



La scène qui va suivre est subtile de vous faire vomir, j’espère que les âmes sensibles fermeront les yeux ou descendront quelques lignes pour reprendre tranquillement leur lecture.

C’est avec vitesse que j’ai accroché sa tête contre la paume de ma main, enfonçant sa mâchoire contre le bord du comptoir, la déchirant au passage, au lieu de gaspiller un verre si chère, j’ai préféré lui enfourner dans la gueule. Il ne sait plus jamais relevé. La vingtaine d’homme assit là, c’est soudainement levé, sûrement énervé d’avoir perdu un barman, un ami, ou un frère. Et alors que je partais dans l’optique de mourir maladroitement de l’une de leur balle de revolver. J’ai fini par en rire, en rire tellement fort et avec tellement de folie que certains ont tournés de l’œil. Non, ils ne sont pas morts, pas sur le moment, il fallait bien que quelqu’un les tue, moi en autre.

Et avant que la première balle ne commence une pluie de multitudes de bout de ferraille. Je me suis dit :

« Merde, pourquoi je n’ai pas de jouet comme ça sur moi ? C’est de la triche ! »

. Puis la première balle est partit à quelques centimètres de ma tempe, le mec qui avait tiré ne savait sûrement pas viser. Et je suis partit dans l’optique que je devais tuer le plus de ces trous du cul avant de me retourner dans ma tombe…

La suite ? Plus tard.

DEV NERD GIRL



Parce que la FOLIE c'est BOOOON !:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
L'ancienne vie de Giggles, d'avant à maintenant.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spécial tube de l'été
» Avant, j'étais schizophrène. Maintenant, nous allons mieux.
» Avant j'étais schizophrène mais maintenant nous allons mieux. Elisabeth
» Tess • Avant j'étais schizophrène, mais nous allons mieux
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AGE OF HEROES ::  :: Archives :: Anciens RP-
Sauter vers: