AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Merci de privilégier les prédéfinis Marvel (surtout les PVS) !
Nous manquons de mutants, de vilains et de civils ! N'hésitez pas !


N'hésitez pas à venir voter pour nous aux top-sites toutes les deux heures !
Et également à remonter notre sujet PRD !


MERCI DE PRIVILÉGIER LE GROUPE DU GOUVERNEMENT ET DES CIVILS !!

Autrement, nous nous verrons contraints de fermer certains groupes.
Merci de votre compréhension.


Partagez | 
 

 HEART OF THE JUNGLE ◭ (lora&loki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 







Invité

Invité








MessageSujet: HEART OF THE JUNGLE ◭ (lora&loki)   Dim 17 Mai - 2:40



Ain't no god on my streets in the heart of the jungleI lost my mind, in the city of lights. In the backstreets buildings and the neon lights. When I heard the thunder, I could feel the rain. It's the same to me, just a different name. ( Jamie N Commons → Jungle )
Et merde! J’allais être en retard! J’imaginais déjà le patron en train de pester devant les autres agents. Je n’avais pas d’autre choix, il fallait que je cours du travail jusqu’à la base d’Hydra. On m’a probablement pris pour une folle, en train de courir parmi la multitude de gens qui se déplaçaient très doucement dans la rue. Je m’en fichais complètement. J’aurais été jusqu’à tuer quiconque se plaçait entre moi et la porte d’entrée de la base. Heureusement pour moi, cela ne me prit que quinze minutes avant d’arriver à destination. À bout de souffle, je m’arrêtais quelques secondes devant un garde, lui murmura le mot de passe et hop, direction bureau du Baron. Une fois à l’intérieur, il m’accueillit avec un demi-sourire et me demanda de m’assoir. « Loralei, content de vous revoir. Appréciez-vous le temps ici, à New-York? » Il voulait faire la conversation. Pourquoi ne pas aller droit au but? Je détestais quand mes supérieurs me faisaient ça. « Ouais, pas mal. Un peu frisquet le matin, mais on vit avec. » Il ricana à ma réponse. « Vous savez, le vent mordant du Kosovo me manque. La neige … on voit plus facilement le sang sur un tapis blanc. » Sur ce point, il avait raison. Mes années d’entraînement au Kosovo étaient parmi mes meilleurs souvenirs, surtout lorsque la couleur du sang venait perler le blanc du sol. Ça me rendait toujours plus encline à me battre. On aurait dit que c’était ce dont le monstre avait besoin pour tuer. « J’ai eu vent de vos interrogations. Vous vouliez savoir pourquoi on ne vous donne pas encore de mission d’infiltration, c’est bien ça? » Oups. Quelqu’un avait entendu mes commentaires à propos du manque de vigueur dans les attaques envers Shield. Qui est-ce qui avait ouvert sa trappe, question que je le tue? « Effectivement, monsieur. Je me sens prête à aller plus loin, à en savoir plus sur les manigances de Shield. » Sans me répondre, le Baron se leva, s’approcha de moi et s’assied sur le rebord du bureau. « Comme nous tous, je crois bien. Mais vous n’êtes pas prête. Vous manquez de … d’énergie. » Hein? D’énergie? Mais de quoi il parlait, celui-là? Il ne m’avait probablement pas vu au travail. Je me tuais à la tâche de jouer le jeu de la policière apprentie, alors que je devais également tuer les ennemis ou dangers potentiels d’Hydra. Qu’est-ce qu’il faisait pendant la journée, lui? Voyant la surprise sur mon visage, il me prit le menton, sourit de toute ces dents et se leva. « Il vous faut plus d’exercice. » Ce fut ses dernières paroles avant qu’il ne quitte le bureau et ne laisse entrer quatre gros gaillards. Je compris alors ce qu’il voulait dire, par exercice. Hydra voulait voir si j’avais toujours la bête en moi. Ils eurent réponse à leur question dès que l’un deux m’asséna un coup de poing. Je devins alors une toute autre personne. Le seul mot pouvant décrire mon attitude serait celui de possédée. Je n’étais plus la jeune femme menue, mais bien une machine à tuer.

Je ne sais pas combien de temps passa car c’est comme si l’humaine quittait le corps, le temps que le monstre fasse tout le sale boulot. Lorsque je repris conscience du monde autour de moi, les quatre hommes étaient à terre, leurs visages complètement méconnaissables. J’entendis alors des applaudissements. « Tu n’as pas perdu ce talent, je vois! » Le Baron, il était revenu. Est-ce que tout ça n’était qu’un test? Avais-je perdu une journée de travail pour faire ça? « Maintenant vient ma partie préférée. » Oh non, pas ça! Il avait fait tout ça pour que … NON! Il n’avait pas le droit. Pas maintenant Pas en plein milieu de l’après-midi. Il y avait des touristes dans les rues. Je ne supporterais pas la présence de tant de gens. Je ne pouvais toutefois pas rester ici non plus. Je sortis donc en trombe de la base d’Hydra et cherchais une ruelle perdue. Une fois dans un recoin caché, je me suis assis par terre, le souffle court, le cœur qui battait à la chamade, la gorge sèche, la vue embrouillée. Ça commençait. J’avais soif … soif de souffrance. Et le pire c’est que ça empestait ce sentiment. Chaque personne qui se promenait non loin, qui travaillait, qui parlait … ça me rendait folle. J’en avais de besoin. Mais qui allait être cette victime. C’est alors que le Nogitsune prit le dessus. Il me guida jusqu’au trottoir non loin, et je commençais à suivre un homme. Pourquoi? Eh bien parce que l’affliction de cet individu débordait dans tous les sens. Et puis le Nogitsune en avait de besoin. Je ne sais toutefois pas combien de temps je le suivis, mais lorsqu’il s’arrêta à un coin de rue, je me cachais, le temps que je trouve le moyen de le pousser dans une ruelle et de le tuer afin d’absorber cette douleur morale qu’il portait avec lui.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: HEART OF THE JUNGLE ◭ (lora&loki)   Dim 17 Mai - 11:11

HEART OF THE JUNGLE
Loki
&
Loralei


 

 



 

 

Life is not a green meadow in which it is good to walk. Life is a ruthless jungle where only survive and advance the strongest, the smartest, the most farsighted.

Un claquement de langue suffit à faire taire l'incapable qui se trouvait devant moi. J'avais besoin de savoir ce qui se passait entre les différentes puissances qui se chamaillaient - si l'on pouvait appeler cela des puissances - et le faire moi-même aurait été trop dangereux, bien qu'incroyablement plus efficace. Mes échecs consécutifs, bien qu'il me coûte de l'avouer, m'avaient rendu plus prudent. J'avais l'intention de rester mort le plus longtemps possible, et me faire démasquer n'aurait pas grand intérêt, si ce n'est celui de causer à mon frère la plus grande surprise de sa vie, bonne ou mauvaise selon les points de vue. Et l'imbécile qui se trouvait devant moi  devait avoir, je l'espère, assez d'intelligence pour espionner mes ennemis à ma place. Bien évidemment, s'il se faisait prendre, j'avais tout mis en place pour qu'il ne parle pas. De toute manière, il était complètement fasciné par la personne que j'étais, ou plutôt par le Dieu que j'étais. Je l'avais quelque peu aidé : faisant en sorte qu'il pense qu'il était spécial, que je l'avais choisi lui, et non un autre, pour mener à bien une mission. C'était un fanatique, je l'avais poussé dans cette voix et je n'avais aucun doute sur le fait qu'il se tuerait pour moi. Je ne me lasserais jamais de voir à quel point l'esprit d'un homme est manipulable.

Il n'était pas foncièrement mauvais. Il était juste un pion. Je suis le mieux placé pour savoir qu'engager des personnes brutales et rusées était le meilleur moyen de se faire trahir, étant un professionnel en la matière. Je me penchais sur lui avec un sourire doucereux collé sur le visage. « J'espère que tu as parfaitement compris ce que tu devais faire. Si tu me déçois, tu n'auras pas d'autre chance. » Son air décidé, légèrement paniqué à l'idée de baisser dans mon estime - il n'avait aucune idée qu'il y était déjà plus bas que terre, tout comme l'humanité toute entière - me conforta dans l'idée qu'il ne ferait jamais rien contre moi. Il acquiesça avant de s'incliner profondément, ce qui me fit doucement sourire. Un parfait soldat. De la chair à canon, comme le disait les hommes. Il se leva avant de se diriger vers la porte et, juste avant de la retourner, sa voix s'éleva. « Je ne vous décevrais pas, maître » Je ne répondis pas, mais je le sentais qui lorgnait mon dos alors que Manhattan s'étendait devant mes yeux. La déception, voilà quelque chose que je connaissais sans doute mieux que personne.

Quelques heures étaient passées depuis mon entretien avec mon espion et nous avions rendez-vous dans les rues de Brooklyn dans une demi-heure. J'avais pris de l'avance et je le regrettais déjà, agacé par les passants qui parfois me bousculaient, sans avoir effleuré l'idée que j'étais un être supérieur, un dieu. J'aurais bien aimé les forcer à s'agenouiller devant moi, mais créer l'agitation n'était pas mon but aujourd'hui, pas encore. Et la dernière fois que j'avais tenté cela, j'avais été interrompu par ce Captain America, fidèle laquais de la liberté, toujours vêtu de ce costume affreusement laid. Alors que j'avançais d'un pas décidé, j'eus la drôle de sensation d'être suivi. Je jetais un coup d’œil en arrière. Rien. Par rien, j'entends trop de passants pour que je puisse distinguer quelqu'un de précis. Ce sentiment restait présent, collant à mes pas alors que je m'arrêtais au coin d'une rue qui se prolongeait jusqu'au café où j'avais rendez-vous. Si quelqu'un me suivait, et j'en étais certain, je n'avais certainement pas l'intention de lui faire bénéficier d'informations à mon sujet. Pourtant, personne n'avait l'air suspect et jouer à cache-cache n'était pas mon jeu favori, pas aujourd'hui. « Me suivre est une très mauvaise idée. » Peut-être qu'il n'y avait personne, que ce n'était qu'une chimère inventée par mon esprit détraqué parfois paranoïaque. Que cette ombre fugace que j'avais aperçu n'était rien.    
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas







Invité

Invité








MessageSujet: Re: HEART OF THE JUNGLE ◭ (lora&loki)   Mer 20 Mai - 20:57



Ain't no god on my streets in the heart of the jungleI lost my mind, in the city of lights. In the backstreets buildings and the neon lights. When I heard the thunder, I could feel the rain. It's the same to me, just a different name. ( Jamie N Commons → Jungle )
On m’aurait facilement pris pour une de ces droguées. Je crois que c’était le cas de plusieurs passants, qui me regardèrent, dégoûtés par ma présence là. Ils pourraient tous aller au diable! De toute manière, si je l’avais réellement souhaité, j’aurais pu en tuer certains sans broncher. Cependant,  en ce moment, Loralei n’avait plus du tout le contrôle de son corps. Le Nogitsune, lui, continuait à guider mes pas vers son prix. Il grognait et riait juste à l’idée de tuer. Il murmurait alors « une goutte de plus sur les lèvres, un homme de moins sur la terre », et l’enfant de cinq ans qui se cachait en moi tremblait comme une feuille morte. Où était l’ami imaginaire qui m’avait aidé à surmonter les nombreuses visites de mon père dans ma chambre? Nogi, comme je l’avais surnommé, et moi-même passions des journées ensembles à s’amuser, mais il agissait aussi comme un ange gardien. Je compris que bien plus tard son plan. Il ne souhaitait réellement qu’avoir un hôte assez fort pour qu’il puisse assouvir ses propres désirs. Son cœur, s’il en avait un, était aussi noir que celui de mon père, mais également le mien. Car oui, je suis tout aussi coupable que le monstre en moi. J’ai du sang sur les mains et ce, depuis que j’ai tué mon propre père.

C’était donc sans étonnement que l’inconnu que la bête suivait avec grand intérêt serait la prochaine victime dans une longue liste de noms. Malgré mon envie grandissante de sang et de violence, il y avait un petit problème. Comment allais-je faire en sorte de l’abattre si j’étais entourée de gens? Le renard n’en avait rien à faire, du regard des autres, mais l’agente d’Hydra savait très bien que ces temps-ci, il était question de subtilité. Après tout, aucun des Avengers ne connaissait l’existence de la base à New-York. Pas question de détruire les plans de son supérieur par le simple fait que je n’avais pas réussi à prendre la vie d’un homme sans être remarquer. Puis, j’étais une agente plutôt douée pour faire une telle erreur. Du moins, c’est ce que je croyais. Mais ma présomption me coûtait presque d’être repérée. Je dis ‘presque’, hein? Me suivre est une très mauvaise idée. Et merde! Comment avait-il fait? J’avais pourtant pris le temps de me cacher, de temps à autre, question qu’il ne me remarque pas. Celui-là, il devait avoir des yeux tout autour de la tête! Question de ne pas augmenter les soupçons de l’inconnu, je pris place sur un banc non loin, comme en train d’attendre l’autobus. Le plus important en ce moment c’était qu’il perde ses doutes. Oui, je l’avoue, bien que je sois entourée de millions portant avec eux de la souffrance, cet homme-ci en avait tant que le Nogitsune en devenait ivre d’envie. Pas question de le laisser filer.

Quinze minutes, trente minutes, ou deux minutes … je ne saurais vous dire combien de temps je suis restée plantée là. Pour quelqu’un en manque, le temps paraît presque infini, et dans mon cas, il avançait à pas de tortue. Cette pause me permit de repenser à ma situation. Ne devrais-je pas laisser tomber ma proie et partir à la recherche d’un idiot, d’un mendiant dans une ruelle? Non seulement serait-ce plus facile, mais personne ne douterait de sa disparition. « Pas question de partir. Je veux celui-là! Il me faut cet homme! » Malgré mes protestations, le monstre sévissait toujours, affamée à chaque seconde qui passait. Je n’eus d’autre choix que de me lever. Je tournais par la suite vers la gauche et longeait la rue, tout comme l’inconnu. Il était à quelques pas de moi, et plus que jamais je sentais ma gorge sèche, mon cœur qui battait vite et mes mains qui devenaient moites. Il était venu le moment de passer à l’action. Je regardais aux alentours, question de m’assurer qu’il n’y aurait pas trop de passants. Heureusement pour moi, il y avait une ruelle non loin. Voilà! C’était un signe du destin! Je pris donc de la vitesse, me rapprochant encore plus de lui et lorsque je n’étais qu’à quelques centimètres de distance, je me précipitais sur lui. On était juste à côté de la ruelle, et je le tirais vers celle-ci. Ouf, personne ne semblait avoir remarqué notre altercation. Maintenant, il ne restait plus qu’à le tuer. Tâche un peu plus complexe car maintenant, il était juste en face de moi et, aux premiers abords, ne semblait pas ‘sans défense’ comme j’aurais pu le penser.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas







Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: HEART OF THE JUNGLE ◭ (lora&loki)   

Revenir en haut Aller en bas
 
HEART OF THE JUNGLE ◭ (lora&loki)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Dans la jungle, terrible jungle [pv Elkim]
» The way of the heart.
» Précipitation...(PV Loki Kiraj)
» Voyage dans la jungle [CLos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AGE OF HEROES ::  :: Archives :: Anciens RP-
Sauter vers: